Un médecin atteint de sclérose en plaques arrive à se soigner lui-même grâce à une diète

Hors de mon fauteuil roulant et sur mon vélo : Pourquoi je remets en question le régime alimentaire des personnes atteintes de SEP
Par Terry Wahls
3 août 2019 Mis à jour: 3 août 2019

Lorsque j’ai reçu mon premier diagnostic de sclérose en plaques (SEP), ou plus précisément de sclérose en plaques cyclique, j’ai fait ce que font la plupart des médecins lorsqu’ils reçoivent un diagnostic grave : j’ai commencé par lire les dernières recherches. J’ai été bouleversée de découvrir que dans les dix ans qui suivent le diagnostic, la moitié des personnes atteintes de SEP sont incapables de travailler en raison d’une fatigue sévère et qu’un tiers d’entre elles ont un handicap de la démarche.

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire chronique au cours de laquelle les cellules immunitaires attaquent et endommagent le cerveau et la moelle épinière. Dans un premier temps, les épisodes sont marqués par des périodes d’aggravation (poussées) et des périodes d’amélioration (rémissions). Avec le temps, les dommages s’accumulent, le cerveau et la moelle épinière se rétrécissent lentement et le niveau d’invalidité augmente régulièrement. Chaque patient est affecté de façon unique en raison de l’emplacement spécifique de l’accumulation des dommages.

Mon histoire

Les médecins m’ont prescrit les médicaments les plus récents, mais mon état a continué à décliner. Végétarienne depuis 20 ans, j’ai examiné le régime paléo – qui imite le régime de base de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs pré-agricoles – qui prétend avoir le potentiel de traiter les maladies auto-immunes.

Selon Loren Cordain, défenseur de la diète paléolithique, en ne consommant pas de céréales, de légumineuses (légumes secs) et de produits laitiers qui ont été introduits dans l’alimentation humaine il y a 10 000 ans, les patients auront moins de lectines alimentaires (protéines présentes dans la plupart des plantes). La théorie de Loren Cordain est que les lectines alimentaires augmentent l’inflammation chez les patients sensibles. Il a également émis l’hypothèse que certains patients atteints de polyarthrite rhumatoïde présenteraient moins de symptômes s’ils consommaient moins d’aliments contenant de la lectine.

J’ai lu l’article de Loren Cordain dans le journal médical Mayo Clinic Proceedings, qui examinait les différences entre l’alimentation paléo et l’alimentation occidentale moderne, ainsi que les avantages théoriques de l’utilisation de l’alimentation paléolithique pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires. J’ai décidé que le risque d’adopter ses suggestions diététiques pour essayer de ralentir mon déclin était faible, alors je me suis remise à manger de la viande.

L’année suivante, ma maladie s’est transformée en sclérose en plaques progressive secondaire. Dans cette phase, il n’y a pas de rémissions spontanées. Une fois perdues, les fonctions disparaissent à jamais. J’ai acquis un fauteuil roulant recommandé inclinable. Afin de ralentir la dégradation de mon état, j’ai subi une chimiothérapie pour épuiser mes cellules immunitaires et leur rendre plus difficile la poursuite de leur attaque contre mon cerveau et ma moelle épinière. Mais cela n’a pas fonctionné.

En 2007, sept ans après mon diagnostic initial, j’étais trop faible pour m’asseoir sur une chaise ordinaire. J’étais constamment épuisée et j’ai eu des crises de névralgie du trijumeau de plus en plus graves – des poussées intenses de douleur électrique au visage qui étaient de plus en plus difficiles à arrêter.

Cet été-là, j’ai fait des recherches sur ce que je pouvais faire pour protéger mon cerveau, en me concentrant sur les vitamines et les suppléments nutritionnels pour soutenir davantage mes mitochondries, le moteur de chaque cellule. Selon une théorie, les maladies du cerveau peuvent être plus graves en raison des mitochondries qui ne fonctionnent pas correctement. J’ai commencé à prendre plus de suppléments pour soutenir ma santé cellulaire, mais là encore peu de choses ont changé.

J’ai donc décidé de me lancer dans une auto-expérimentation, espérant, si j’avais de la chance, ralentir la progression de ma SEP. En tant que médecin, je ne m’attendais certainement pas à me promener à nouveau dans l’hôpital pour faire ma tournée. Ou faire à nouveau de la randonnée ou du vélo. Ou mener un important essai clinique pour tester mes théories sur l’utilisation du régime alimentaire pour traiter la fatigue liée à la sclérose en plaques. Mais c’est ce qui s’est passé.

Mon nouveau régime

En identifiant les nutriments clés importants pour la santé du cerveau, j’ai revisité mon régime paléolithique. Je voulais maximiser ma consommation des nutriments que je prenais sous forme de suppléments, en les puisant plutôt directement dans les aliments que je mangeais.

Le nouveau régime que j’ai créé a considérablement augmenté ma consommation de légumes : chaque jour, je consommais trois assiettes de légumes à feuilles vertes, des légumes riches en soufre et profondément pigmentés, et je mangeais de la viande avec modération tout en éliminant les céréales contenant du gluten, les œufs, les produits laitiers et les légumineuses. J’ai aussi ajouté des aliments fermentés, pleins de bonnes bactéries pour la santé digestive, des algues riches en minéraux et des abats plus riches en nutriments.

Trois mois après avoir commencé le régime, ma fatigue avait disparu. Les douleurs au visage avaient aussi disparu. J’ai recommencé à faire mes visites aux patients hospitalisés avec une canne. Après six mois, j’ai commencé à marcher sans canne. À neuf mois, je suis remontée sur mon vélo pour la première fois en six ans et j’ai fait le tour du quartier à vélo. Après 12 mois de cette nouvelle façon de nourrir mes cellules, j’ai fait près de 29 km à vélo avec ma famille. Si j’arrêtais le régime, les douleurs électriques du visage revenaient dans les 24 heures.

Regard sur la science

Paul Rothman, alors chef du Département de médecine à l’université de l’Iowa, m’a demandé de rédiger une étude de cas parce que le rétablissement après une sclérose en plaques progressive est rare. J’ai travaillé avec mon équipe médicale traitante, qui a rédigé mon cas, qui documentait mes changements diététiques, mes suppléments, mon traitement de stimulation électrique neuromusculaire et ma thérapie physique intensive.

Paul Rothman m’a également demandé de rédiger le protocole que j’avais utilisé pour mener une étude de sécurité et de faisabilité. Mon protocole comprenait l’alimentation, la réduction du stress, l’exercice et la stimulation électrique des muscles. L’étude pilote suggère que le protocole complexe « peut réduire la fatigue et améliorer la qualité de vie des sujets atteints de SEP progressive ».

Depuis, nous avons mené deux autres petites études pilotes dont les résultats favorables montrent que l’intervention diététique est sécuritaire et peut être suivie par plus de la moitié des personnes qui commencent le protocole. La National Multiple Sclerosis Society finance notre essai clinique visant à tester l’effet du régime alimentaire sur la fatigue. Il s’achèvera en 2020.

Aujourd’hui, l’idée que l’alimentation a un impact sur la sclérose en plaques est à l’étude chez les chercheurs en SEP et chez de nombreux neurologues et patients. Toutefois, les neurologues de la National Multiple Sclerosis Society des États-Unis ont déclaré: « Bien que de nombreuses stratégies diététiques différentes soient promues pour les personnes atteintes de SEP, il n’y a actuellement pas suffisamment de preuves pour recommander l’une ou l’autre de ces stratégies. »

Tant que les résultats de mon essai clinique ne seront pas connus, nous ne serons pas en capacité de dire dans quelle mesure mon protocole alimentaire est efficace pour réduire la fatigue chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Mais d’après ma propre expérience, ce que je mange est important.

Terry Wahls est professeur clinicienne à l’université de l’Iowa dans les départements de médecine interne et de neurologie, où elle mène des essais cliniques pour tester l’efficacité des régimes thérapeutiques dans le contexte de la sclérose en plaques. Elle est l’auteur du Protocole de Wahls : How I Beat Progressive MS Using Paleo Principles and Functional Medicine et du livre de cuisine The Wahls Protocol Cooking for Life : The Revolutionary Modern Paleo Plan to Treat All Chronic Autoimmune Conditions. Vous pouvez en apprendre davantage sur son régime alimentaire en visitant le site www.terrywahls.com/diet

Il ne faut bien sûr pas se passer de l’avis de votre médecin.

RECOMMANDÉ