Un médecin chinois s’inquiète de l’aggravation de l’épidémie de pneumonie de Wuhan

Un médecin de Wuhan révèle la dissimulation intentionnelle des autorités et les caractéristiques difficiles du nouveau coronavirus
Par Olivia Li
25 janvier 2020
Mis à jour: 25 janvier 2020

Un médecin de la ville de Wuhan, qui a traité des patients atteints de pneumonie de Wuhan, a révélé des informations alarmantes sur le nouveau virus et s’est dit préoccupé par le fait que la maladie sera hors de contrôle dans les prochains mois en raison de la lenteur de la réaction des autorités et du manque de transparence.

Le docteur, surnommé Dr Xu, s’est entretenu avec le média chinois Secret China, basé aux États-Unis, au sujet des conditions d’anonymat le 24 janvier.

Il a révélé que le 31 décembre, 27 patients avaient été confirmés comme ayant été infectés par le coronavirus, mais les responsables de la santé publique de Wuhan ont décidé de ne pas informer le public de cette nouvelle maladie. De plus, certaines caractéristiques du nouveau coronavirus le rendent plus dangereux que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère).

Les hôpitaux de Wuhan ne peuvent pas faire face à l’épidémie

Dr Xu a révélé que les hôpitaux de Wuhan n’ont pas la capacité de traiter le nombre actuel de patients. Tous les lits d’hôpitaux sont occupés, et beaucoup de ceux qui doivent être hospitalisés ne peuvent pas y entrer. Un nouveau kit de test pour le coronavirus est distribué exclusivement aux hôpitaux de haut niveau, mais seulement en nombre limité. Cela signifie que les autres hôpitaux sont pénalisés dans la prise en charge de la maladie.

En outre, un test de diagnostic des coronavirus nécessite un laboratoire de biosécurité capable de traiter les maladies infectieuses de catégorie A. Les maladies de catégorie A, telles que l’Ebola ou l’anthrax, représentent le risque le plus élevé pour la sécurité nationale et la santé publique. Certains des meilleurs hôpitaux chinois ne sont pas équipés pour effectuer le test de diagnostic.

À l’heure actuelle, les hôpitaux de Wuhan ne peuvent effectuer des tests de diagnostic que sur des patients gravement malades. Ceux qui semblent présenter des manifestations légères sont priés de rentrer chez eux et de surveiller leur état, a révélé Dr Xu.

La dissimulation est une erreur grave

Dr Xu a expliqué qu’il pensait qu’au premier stade de l’épidémie virale, la situation était contrôlable.

« Les organismes de santé publique de Wuhan ont détecté le nouveau virus lorsque la maladie a commencé à apparaître chez les patients de Wuhan », a déclaré Dr Xu. « Dès le 31 décembre 2019, la Commission de la santé de Wuhan a notifié aux autorités supérieures qu’elle avait trouvé 27 patients infectés par un nouveau virus, et tous ces patients ont été placés en quarantaine stricte. Le 8 janvier, des experts en virologie ont identifié le virus et ont terminé le séquençage des gènes deux jours plus tard. »

Cependant, les responsables de la santé publique de Wuhan ont commis une erreur en n’alertant pas le public en temps utile, a déclaré Dr Xu.

« Les responsables de la santé publique ont adopté une politique dite de ‘contrôle strict en interne, tout en assouplissant les règles en externe’. Cela signifie que le personnel médical doit strictement mettre les patients en quarantaine et les soigner à l’hôpital, alors que les autorités ne divulguent que peu d’informations (sur la maladie) au public », a-t-il déclaré.

Pour une maladie aussi contagieuse et mortelle que la pneumonie de Wuhan, Dr Xu a souligné que les autorités auraient dû faire plus pour avertir le public de la gravité de la situation.

« Ils auraient dû exhorter le public à mettre fin aux migrations de masse et aux rassemblements, et l’avertir de porter un masque et de se laver les mains fréquemment. Pensez-y, c’est précisément parce que les civils ne sont pas conscients de la gravité de la question et de l’importance de la prévention qu’il y a eu ce grand banquet de 40 000 familles en pleine épidémie. De plus, lorsqu’une personne est infectée, elle peut ne pas le prendre au sérieux au début et ne pas se rendre à l’hôpital pour se faire soigner. »

Le 18 janvier, plus de 40 000 familles de Wuhan ont assisté à un banquet festif pour célébrer la nouvelle année, qui tombe le 23e jour du 12e mois du calendrier lunaire. C’était deux jours avant que les autorités chinoises n’annoncent que la pneumonie de Wuhan s’est propagée de personne à personne.

La pneumonie de Wuhan est plus difficile à traiter que le SRAS

Selon l’observation de Dr Xu, le nouveau coronavirus qui a causé la pneumonie de Wuhan est difficile à détecter car il se propage rapidement, ce qui le rend beaucoup plus dangereux que le SRAS.

« Lorsqu’ils sont infectés, les premiers symptômes peuvent être très légers, comme une léthargie, une toux sèche ou une fièvre légère. Cela signifie que nous ne pouvons même pas dépister les patients sur la base de leur température corporelle. Certains patients qui sont encore à la période d’incubation du virus n’ont aucun signe ou symptôme. Ce nouveau virus diffère du SRAS, car les symptômes de certains patients semblent bénins, mais ils sont néanmoins porteurs du virus et peuvent le transmettre à d’autres personnes », a expliqué Dr Xu.

Il pense que c’est l’une des principales raisons qui expliquent la rapidité de propagation de la maladie.

« Le premier groupe de patients a surtout des liens avec le marché de Huanan, mais le deuxième groupe n’a rien à voir avec ce marché. Rétrospectivement, je pense que les personnes qui ont le virus, mais qui présentent peu ou pas de symptômes, peuvent quand même infecter leur entourage si elles ne se rendent pas à l’hôpital pour se faire soigner. »

Dr Xu a déclaré que certains médecins d’autres départements de son hôpital avaient été infectés par des patients qui présentaient peu ou pas de symptômes de la pneumonie de Wuhan.

« Notre département a pris des mesures de prévention adéquates en matière de biosécurité depuis le 31 décembre, mais les médecins des autres départements n’ont pas ce niveau de prévention car ils n’avaient pas prévu que de telles choses se produiraient », a ajouté Dr Xu.

Dr Xu, originaire de Wuhan, était étudiant en médecine à Pékin lors de l’épidémie de SRAS en 2003. Il se souvient très bien de la façon dont les hôpitaux de Pékin identifiaient et isolaient les patients atteints du SRAS.

« Certains hôpitaux de Pékin n’avaient pas le kit de diagnostic à l’époque. Mais les patients qui ont pu être infectés par le SRAS ont été mis en quarantaine », a-t-il déclaré.

« Pendant leur séjour à Wuhan, de nombreux patients suspectés de pneumonie ont été renvoyés chez eux. En outre, certains patients ont cherché à se faire soigner dans plus d’un hôpital, car presque tous les hôpitaux de la ville sont maintenant surpeuplés. Ils seraient entrés en contact avec beaucoup d’autres dans les files d’attente, et s’ils ont pris les transports publics pour se rendre à l’hôpital, le risque de propagation de la maladie est encore plus élevé. »

Notre connaissance actuelle du virus est insuffisante, a ajouté Dr Xu.

Dr Xu a déclaré qu’il pense qu’une épidémie plus importante est encore à venir. Le virus se propagera davantage lorsque les gens retourneront travailler dans leur ville natale après le Nouvel An chinois, ce qui provoquera une autre grave épidémie dans les villes importantes.

Il espère que la propagation de la maladie va ralentir en mai. « D’une part, je pense que nous allons progressivement mettre en place davantage de mesures de contrôle et de prévention. D’autre part, le coronavirus n’aime pas le temps chaud. La chaleur devrait favoriser la répression du virus. Je suis maintenant prêt à poursuivre la bataille jusqu’en mai. »

À 15 h 30 le 25 janvier, heure de Pékin, 929 personnes ont été diagnostiquées avec une pneumonie de Wuhan en Chine, et 26 sont mortes de cette maladie.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ