Un neurochirurgien américain né en Afrique rentre au Nigeria tous les mois pour opérer gratuitement

Par Catherine Bolton
6 septembre 2019 Mis à jour: 6 septembre 2019

Le coût des soins de santé peut déjà représenter un fardeau pour des millions de personnes chaque année. Et pour beaucoup de ceux qui vivent dans les pays en développement, il existe une préoccupation supplémentaire : en ce qui concerne les problèmes de santé rares et graves, il n’y a pas forcément toujours quelqu’un sur place qui soit capable de fournir les soins dont chacun a besoin.

Cela s’explique en partie par le nombre de médecins brillants et ambitieux qui quittent leur pays d’origine pour exercer la médecine avec des équipes de recherche et des équipements de classe mondiale dans des pays comme les États-Unis, le Canada et l’Europe de l’Ouest.

Cependant, un médecin nigérian a créé avec son épouse une organisation qui lui permet de rentrer dans son pays d’origine une semaine par mois, uniquement pour pouvoir sauver des vies sans que les patients ne s’inquiètent des frais et des déplacements.

Le docteur Wale Sulaiman vit à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, avec son épouse et ses enfants.

Une fois par mois, il monte dans un avion pour le Nigeria. Il se rend dans le monde entier pour effectuer des opérations de chirurgie cérébrale gratuite pour des personnes qui pourraient ne pas y avoir accès autrement et il a lancé la Fondation RNZ, qui forme également d’autres jeunes Nigérians brillants à suivre ses traces tout en collectant des fonds pour la construction d’un établissement médical au Nigeria.

« Après toutes ces opportunités que la vie m’a offertes, le moins que je puisse faire, c’est redonner à la société », a-t-il expliqué. « Ma philosophie est la suivante : que vous soyez Nigérian, Vietnamien ou Américain, tout le monde devrait avoir accès à des soins de qualité. »

Le Dr Wale a certainement eu de la chance dans la vie. Il a fréquenté l’institut médical de Varna, en Bulgarie, avant de suivre une formation en reconstruction complexe de nerfs à l’université d’État de Louisiane de la Nouvelle-Orléans, où il travaille maintenant la majorité du temps. Il a ensuite fréquenté le Medical College of Wisconsin pour compléter ses études en chirurgie complexe de la colonne vertébrale et a obtenu un doctorat en neurosciences de l’université de l’Alberta à Edmonton, au Canada.

Il utilise cette immense richesse de connaissances tous les jours à la Nouvelle-Orléans lorsqu’il s’occupe de patients aux États-Unis, mais il reconnaît tôt dans sa carrière que ce ne sont pas seulement les Américains qui méritent les meilleurs soins de santé. C’est pourquoi il a passé les 19 dernières années à faire des voyages de 17 heures, traversant l’océan Atlantique pour aider les autres.

Ce n’est pas seulement son temps que le Dr Wale donne lorsqu’il quitte sa famille et monte dans un avion tous les mois. Rares sont ceux qui lui reprocheraient de penser que son engagement en temps est un fardeau trop lourd à tenir, et plus rare encore ceux qui lui reprocheraient de rechigner à mettre l’argent investi dans des dépenses telles que les voyages, les fournitures médicales et les heures en moins sur son salaire.

En allant au-delà même des coûts, le docteur Sulaiman a en fait investi davantage afin de pouvoir effectuer les voyages mensuels tout en conservant son travail aux États-Unis. Il a pris une réduction de salaire de 15 % afin de lui garantir des congés mensuels, ce qui signifie que non seulement il dépense son propre argent pour sauver des vies d’un continent à l’autre, mais aussi il gagne moins d’argent qu’il n’en aurait gagné s’il restait aux États-Unis à plein temps.

L’impact qu’il a eu, cependant, montre à quel point son travail est précieux.

Depuis que le Dr Sulaiman a effectué son premier voyage au Nigeria pour une opération chirurgicale en 2010, il a opéré environ 500 patients et effectué des dépistages médicaux et d’autres mesures médicales préventives pour 5 000 autres personnes. Ses chirurgies ne sont pas toutes simples non plus ; il a déjà pratiqué une opération du cerveau sur une femme comateuse au Nigeria qui avait besoin d’une attention urgente. Grâce à sa philanthropie, elle a pu ouvrir les yeux et se déplacer à nouveau.

« C’est pourquoi je continue à le faire », a déclaré Wale Sulaiman. « Parce que je pense qu’on peut vraiment avoir un impact significatif sur des personnes qui seraient autrement sans espoir. »

RECOMMANDÉ