Un nouveau type d’astéroïde a été découvert

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
15 janvier 2020 Mis à jour: 16 janvier 2020

Un nouveau type d’astéroïde a été découvert. Les astronomes disent qu’au lieu de se déplacer autour du Soleil dans la ceinture d’astéroïdes, c’est une roche qui se déplace dans l’orbite de Vénus, ce qui n’a jamais été vu auparavant.

L’astronome amateur Filipp Romanov a photographié l’objet le 8 janvier, qui a ensuite été catalogué internationalement comme astéroïde 2020 AV2. « Jusqu’en 2020, aucun astéroïde connu n’avait contenu d’orbite dans celle de Vénus », a déclaré M. Romanov, selon Space Weather. (Photo)

« Le 4 janvier 2020, la Zwicky Transient Facility (ZTF) a découvert ceci, et j’ai pu le photographier seulement 4 jours plus tard en utilisant un iTelescope télécommandé au Nouveau Mexique », a-t-il ajouté.

Les centaines de milliers d’astéroïdes découverts qui appartiennent à notre système solaire transitent presque tous par la ceinture d’astéroïdes qui se trouve entre l’orbite de Mars – la prochaine planète après la Terre – et Jupiter. Certains d’entre eux, à un moment donné de leur orbite, se rapprochent du Soleil et traversent l’orbite de la Terre, de sorte qu’ils sont plus susceptibles d’avoir un impact sur notre planète à un moment donné.

Carte des impacts d’astéroïdes sur la Terre de 1988 à 2019 (JPL/NASA/ Caltech)

Seulement un peu plus de 20 astéroïdes connus ont une orbite plus petite que celle de la Terre, mais elles ne sont pas proches de Vénus. Certains astronomes appellent provisoirement ce groupes d’astéroïdes les Atiras, dit Space Weather. Ainsi, le nouvel astéroïde découvert près de Vénus pourrait faire partie du groupe possible des Atiras.

« Les chercheurs ne savent pas grand-chose sur l’ensemble des roches spatiales du système solaire. L’éblouissement du Soleil rend de tels objets très difficiles à découvrir », affirment les astronomes, qui notent qu’une équipe de la ZTF étudie maintenant activement le ciel crépusculaire, à la recherche d’autres astéroïdes comme 2020 AV2.

Dessin du système solaire avec les planètes Mercure, près du Soleil, suivie de Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune ; sans tenir compte de l’échelle réelle de taille et de distance. (NASA)

Mercure et Vénus ne peuvent être vues qu’au coucher du soleil, à l’horizon et pendant un court laps de temps, contrairement à Mars et Jupiter. C’est pourquoi les astéroïdes situés à l’intérieur de l’orbite de la Terre sont plus difficiles à découvrir, aussi pense-t-on qu’il y en a moins.

Le projet de télescope virtuel a également permis de confirmer la découverte de ce nouvel astéroïde rare.

« Cet objet est certainement spécial : c’est le premier qui possède une orbite à l’intérieur de celle de Vénus », a noté l’équipe, ajoutant que le 4 janvier, quand le Centre des planètes mineures a signalé la découverte du nouvel objet vénusien, qui s’appelait alors ZTF09k5, l’équipe a commencé à faire des recherches à son sujet.

« Il va sans dire que dès que j’en ai entendu parler, j’ai voulu observer cet objet à travers le projet du télescope virtuel et contribuer à sa découverte. Malheureusement, j’ai dû faire face aux nuages pendant plusieurs jours, ce qui a rendu impossible l’observation d’un objet aussi bas au crépuscule. Hier soir, enfin, la météo était de mon côté, et, peu après le coucher du soleil, j’ai réussi à préparer soigneusement le télescope robotique à Ceccano, en Italie, un site reconnu par le Centre des planètes mineures avec le code 470. J’ai eu environ 30 minutes pour l’essayer », a déclaré Gianluca Masi par l’intermédiaire de Virtual Telescope, le 9 janvier. (Photo)

Les planètes Jupiter (à gauche), Vénus (au centre) et Mercure (à droite) sont vues dans une conjonction inhabituelle au-dessus des ruines de la ville de Wupatki le 24 mai 2013 dans le Wupatki National Monument au nord de Flagstaff, Arizona. Image d’archives. (STAN HONDA/AFP par Getty Images)

« La prise de ces images était difficile, car l’objet était assez bas (25 degrés ou moins) à l’horizon ouest au coucher du soleil. L’arrière-plan du ciel était lumineux, il y avait aussi une lune presque pleine dans le ciel, et l’objectif était de plus en plus bas, minute après minute », a-t-il ajouté.

***

RECOMMANDÉ