Un orang-outan criblé de balles, sauvé de la famine, se rétablit et retourne dans la nature

Par Louise Bevan
1 mars 2020
Mis à jour: 1 mars 2020

Lorsqu’une femelle orang-outan s’est fait tirer dessus et a perdu son bébé, laissée pour compte à mourir de faim dans la forêt tropicale à Bornéo Ouest, en Indonésie, les perspectives semblaient sombres. Heureusement, grâce à l’intervention d’une organisation de sauvetage des animaux, la femelle orang-outan s’est non seulement remarquablement rétablie, mais elle a été relâchée avec succès dans la forêt tropicale pour qu’elle puisse se développer dans son habitat naturel.

Cependant, son calvaire illustre la crise croissante de destruction de l’environnement et une menace pour la survie de ces espèces en danger critique d’extinction.

Un orang-outan abattu et presque mort de faim a été sauvé par l’IRA en novembre 2019. (Photo avec l’aimable autorisation de l’International Animal Rescue)

Fin novembre 2019, les habitants du village de Sungai Besar ont alerté le personnel de l’International Animal Rescue (IAR) chargé de la protection des animaux sur le sort d’une femelle orang-outan blessée dans la forêt tropicale voisine. Dans une interview par e-mail, Lis Key, responsable des relations publiques et de la communication de l’IAR, raconte le parcours extraordinaire de l’orang-outan femelle, qui est passée du stade de la famine à celui du rétablissement complet.

« Grâce à notre travail d’éducation et de sensibilisation dans la région », explique Lis Key, « aujourd’hui, les gens contactent l’IAR ou les autorités forestières lorsqu’ils rencontrent un orang-outan sauvage dans le voisinage. »

Elle a ajouté : « Il y a quelques années, ils auraient été plus enclins à l’attaquer et même à la tuer pour l’empêcher de manger leurs récoltes. »

L’orang-outan mal nourri avait des plombs de fusil à air comprimé logés dans son dos et ses cuisses. (Photo avec l’aimable autorisation de International Animal Rescue)

La femelle orang-outan, nommée Epen par ses sauveteurs, a été découverte avec des balles de fusil à air comprimé logées dans son dos et ses cuisses. « Quelqu’un lui avait clairement tiré dessus », a expliqué Lis Key, « peut-être pour la chasser de leur propriété. »

Les incendies de forêt de Ketapang Regency ont ravagé l’habitat d’Epen en 2019. Il s’agirait des incendies les plus terribles depuis 2015.

Lis Key a expliqué que les incendies sont généralement déclenchés délibérément pour défricher des terres pour l’agriculture et les plantations de palmiers à huile, mais qu’ils se déchaînent parfois de manière incontrôlable. Certains orangs-outans déplacés sont obligés de quitter leur habitat à la recherche de nourriture, et Epen, avec ses blessures, s’est retrouvée incapable de poursuivre sa route.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de International Animal Rescue

Epen a été trouvée par l’équipe de sauvetage de l’IAR au milieu des ruines brûlées de son habitat dans la forêt tropicale. Afin de capturer la femelle orang-outan faible et affamée, l’équipe a utilisé un pistolet à fléchettes sûr et sans cruauté pour l’anesthésier. « Une fois anesthésiée, elle est tombée gracieusement de l’arbre et dans le filet tenu pour la capturer par les sauveteurs en bas », a déclaré Lis Key.

Quand Epen a été secourue, elle produisait du lait, mais son bébé était introuvable. « Malheureusement, il est possible que son bébé soit mort, peut-être de malnutrition puisque sa mère était affamée. Ou alors, le bébé a peut-être été pris pour être vendu comme animal de compagnie », a ajouté Lis.

Comme Epen était très maigre et mal nourrie, on a interdit sa libération immédiate, et elle avait donc besoin de soins médicaux urgents et d’une rééducation. Néanmoins, en cas d’amélioration de son état, elle pouvait être transférée dans une zone forestière protégée et libérée.

« Elle avait besoin de reprendre des forces », a expliqué Lis Key. « Bien sûr, elle avait les balles du fusil à air comprimé logées dans son dos et ses cuisses, mais l’équipe médicale a décidé qu’il était plus sûr de les laisser en place que d’essayer de les enlever. Elle était très sauvage, ayant toujours vécu dans la forêt. »

Lis Key poursuit, « pour cette raison, tous les contacts ont été réduits au minimum, et les contrôles médicaux étaient effectués sous anesthésie ».

Epen au centre spécialisé dans les orangs-outans de l’IAR. (Photo publiée avec l’aimable autorisation de l’International Animal Rescue)

Au cours de son traitement au centre spécialisé pour les orangs-outans de l’IAR, Epen a reçu des fluides et un régime de renforcement musculaire qui l’a également aidée à prendre du poids. En plus de cela, on lui a fait une prise de sang pour déterminer son état de santé. Pendant le mois passé au centre, comme tous les autres orangs-outans sauvés, a déclaré Lis Key, Epen a montré une « volonté de vivre remarquablement forte ».

« Ils sont stoïques et s’accrochent à la vie même lorsque leurs habitats ont été détruits et qu’ils sont sans nourriture et sans abri », explique Lis. « Ils ont un très fort instinct de survie, et Epen n’a pas fait exception à la règle. »

Le 20 janvier 2020, après six semaines de traitement, Epen a été relâchée dans la forêt protégée de Gunung Tarak, un site de relâchement sûr pour les orangs-outans depuis 2014, dans une opération conjointe du BKSDA (Agence de conservation du Kalimantan occidental), de l’unité forestière de South Ketapang, et d’une équipe de l’IAR Indonésie.

Epen a été libéré le 20 janvier 2020 dans la forêt protégée de Gunung Tarak. (Photo publiée avec l’aimable autorisation de International Animal Rescue)

Après des semaines de malnutrition et de souffrances inimaginables, Epen a enfin retrouvé la sécurité des grands arbres et une nourriture abondante.

Lis Key a déclaré : « On l’a équipée d’une micropuce sous-cutanée, de sorte que, si elle devait à nouveau se trouver en difficulté et devoir être recapturée, on puisse facilement l’identifier. » Tant qu’elle sera laissée seule pour vivre paisiblement dans son habitat naturel, a partagé Lis, Epen pourra se débrouiller par elle-même.

La libération d’Epen était une opération conjointe de la BKSDA (Agence de conservation du Kalimantan occidental), de l’unité forestière de South Ketapang et d’une équipe de l’IAR Indonésie. (Photo publiée avec l’aimable autorisation d’International Animal Rescue)

La perte d’habitat naturel due à la déforestation et aux incendies de défrichement intentionnels constitue la menace la plus immédiate pour les orangs-outans sauvages. La chasse est très répandue, et les jeunes orangs-outans sont particulièrement vulnérables à la capture et à la vente comme animaux de compagnie. « La capture d’un bébé provoque généralement des blessures ou la mort de la mère », a révélé Lis, « alors qu’elle se bat pour protéger son enfant. »

En outre, Lis a également suggéré certaines pratiques que chacun peut mettre en œuvre dans sa vie pour minimiser son impact sur l’environnement. L’achat de produits d’origine locale réduit le risque de soutenir une production alimentaire non durable. En outre, il est essentiel de soutenir le travail d’ONG telles que International Animal Rescue, dont l’action repose entièrement sur des dons, afin d’assurer un soutien continu à des espèces en danger critique d’extinction comme l’orang-outan.

(Photo publiée avec l’aimable autorisation d’International Animal Rescue)

À ce jour, en collaboration avec des groupes locaux, gouvernementaux et communautaires, l’IAR a sauvé plus de 200 orangs-outans et plus de 90 d’entre eux sont en cours de réhabilitation dans leur centre.

« Il est donc vital que les gouvernements, les entreprises, les ONG, les communautés locales et les individus – toutes les parties prenantes qui ont un intérêt direct dans l’espèce et dans la forêt – travaillent ensemble pour protéger son habitat et son avenir », explique Lis.

RECOMMANDÉ