Un photographe du National Geographic capture des images sublimes de deux mondes, au-dessus et en dessous de la mer

Par Michael Wing
25 novembre 2021
Mis à jour: 25 novembre 2021

L’aventure du photographe du National Geographic David Doubilet, qui a créé ses célèbres clichés « au-dessus et en dessous de la mer », a commencé il y a trente ans au Grand Cayman.

C’est là que deux mondes ont convergé de part et d’autre d’une frontière moléculaire très mince entre le ciel et la mer. Au-dessus, il y avait « un ciel d’un bleu incroyable et des nuages ondulants » ; en dessous, le sable surréaliste « tacheté de soleil » et les raies pastenagues – tout convergeait à ce moment-là pour créer une œuvre d’art fortuite.

(Avec l’aimable autorisation de Phaidon)
Des carangues comades glissent sous une mer calme à North Sound, à l’île de Grand Cayman. (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)

Cette histoire a commencé à l’âge de 9 ans, lorsque son conseiller de camp des Adirondacks l’a banni sous les quais avec un tuba pour le punir de s’être plaint d’une randonnée, en raison de son état asthmatique. « Le conseiller intimidant pensait que ce serait une torture, mais j’ai adoré chaque minute et je suis resté dans l’eau pendant des heures », a raconté David à Epoch Times. « Je suis rentré chez moi dans le New Jersey et j’ai choisi mon propre masque, mes palmes et mon tuba. J’ai l’impression de devoir remercier cette personne. »

Depuis cette photo prise au Grand Cayman, David, qui a passé plus de 27 000 heures à capturer des mondes cachés sous l’eau, a continué à prendre ces clichés uniques, rendus possibles par l’arrivée d’un dôme en verre optique de 24 cm qui corrige le grossissement d’un tiers sous la surface.

Des manchots à jugulaire et des manchots papous sur une petite banquise au large de l’île Danko, dans la péninsule Antarctique (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)
Des manchots papous et des manchots à jugulaire sur une banquise près de l’île Danko, en Antarctique (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)
Un iceberg échoué dans la baie de Blanley, île de Devon à Nunuvut, dans l’Arctique canadien (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)

Il a voyagé partout, du nord et du sud de l’Équateur jusqu’aux pôles arctique et antarctique, pour réaliser ses photographies d’art dans le cadre de diverses missions. Ces travaux mettent en scène : un trésor de coraux à plaques à Opel Reef, en Australie ; la beauté brute des icebergs qui touchent l’air de l’Antarctique et plongent dans des profondeurs obscures ; un requin-baleine bâillant qui rencontre des vacanciers philippins ; le spectacle saisissant d’un crocodile américain, invisible d’en haut, mais trop proche pour être confortable dans le monde sous-marin ; et bien plus encore.

La lumière est un élément clé dans le travail de David Doubilet, qui donne vie à ces deux mondes et inspire l’artiste photographe. « Après des décennies sur l’océan, je poursuis toujours la lumière. Elle est magique et peut changer l’ambiance d’une image en un instant. La lumière bleue du soir, du lever et du coucher du soleil crée sa propre toile », a-t-il confié. « Il n’y a rien de tel que la couleur d’un coucher de soleil ou un ciel sombre comme de l’encre. »

Récif corallien, la passe sud de l’atoll de Fakarava, réserve de biosphère de l’UNESCO située en Polynésie française (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)
Image moitié-moitié d’un pêcheur indigène avec son jeune fils dans un embarcation d’un village de la péninsule de Willaumez sur l’île de Nouvelle-Bretagne, Kimbe Bay en Papouasie-Nouvelle-Guinée. (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)
Une méduse à crinière de lion (Cyanea capillata) dérivant dans les baies peu profondes du fjord de Bonne Bay situé dans le parc national de Gros Morne à Terre-Neuve, au Canada. (Avec l’aimable autorisation de Phaidon)

Après avoir créé des compositions pendant trois décennies, David a compilé son parcours épique d’exploration de deux mondes et raconté des histoires à l’aide de ses photographies en publiant un livre : Two Worlds: Above and Below the Sea, avec lequel il espère inspirer un sens de la beauté, d’émerveillement et de perte – perte pour certains des changements cataclysmiques qui se sont produits au cours de ces trois décennies – mais aussi l’espoir dans la résilience de nos océans.

« Je photographie maintenant avec un sens du but, de l’urgence et, oui, de la poésie », écrit-il dans la préface de son livre. « Dans ma tête et mon cœur, il est essentiel de faire une photo qui transcende le journalisme, de créer une image qui atteint le domaine de l’art. Si nous perdons le sentiment d’espoir et de magie de la mer, nous avons tout perdu. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C’est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ