Un prématuré sans aucune chance de survivre défie la mort et rentre chez lui après cinq mois à l’hôpital

Par Epoch Times
7 octobre 2020
Mis à jour: 7 octobre 2020

Un bébé prématuré né à 25 semaines et un jour de gestation avait zéro pour cent de chance de survie.

Cependant, il a surmonté tous les obstacles qui se dressaient devant lui pour finalement rejoindre sa famille après avoir passé cinq mois à l’hôpital.

Théodore avec ses quatre frères et sœurs, Xavier, 1 an, Kiya, 3 ans, Phoebe, 4 ans, et Sophia, 8 ans, ainsi que papa David Shirley, 30 ans, et maman Melissa Shirley. (Caters News)

Melissa Shirley, 29 ans, de Port Talbot, dans le sud du Pays de Galles, au Royaume-Uni, a eu la surprise d’apprendre qu’elle était enceinte d’un cinquième bébé qu’elle a nommé Theodore. La mère de cinq enfants a immédiatement été prise en charge par un gynécologue, qui l’a examinée deux fois par semaine. Personne ne s’attendait à ce qu’il y ait un problème, l’échographie de la 20e semaine ne montrait rien qui laissât présager une naissance prématurée, selon un post sur Facebook.

Le 9 avril, elle a été admise à l’hôpital Singleton de Swansea, après s’être réveillée en saignant abondamment.

Selon l’agence de presse Caters, la température de la mère était montée en flèche à 40 degrés Celsius, et son rythme cardiaque avait plus que doublé pour atteindre 200 battements par minute, ce qui a fait craindre aux médecins qu’elle souffrait du Covid-19.

Il était envisagé que Melissa soit transférée dans un hôpital disposant d’un lit de soins intensifs pour elle, mais malheureusement, l’hôpital dans lequel elle a été admise ne disposait pas d’une unité de soins intensifs néonatals (USIN). Les médecins avaient informé la future mère qu’ils donnaient la priorité aux soins dont elle avait besoin, car le pronostic de son enfant à naître n’était pas bon, laissant présager son décès.

« Cela m’a brisé le cœur, et je suppose que j’ai trouvé un peu de force en moi pour demander à aller ailleurs », a partagé Melissa sur le post sur Facebook. Il a été décidé qu’elle serait transférée à l’hôpital universitaire du Pays de Galles à Cardiff, où le bébé aurait de meilleures chances de survie.

« Je choisirais toujours mon petit garçon plutôt que moi », a déclaré Melissa à l’agence de presse Caters, se remémorant le moment. « Les médecins n’avaient aucun espoir pour lui, mais je savais que je ne pouvais pas l’abandonner. »

Théodore à l’hôpital. (Caters News)

Bien que tout semble s’être ligué contre le petit Théodore, il est venu au monde vivant à 25 semaines et un jour avant terme, à la suite d’une césarienne d’urgence, pesant seulement 765 g – moins qu’un paquet de sucre.

Il s’est avéré plus tard que Melissa souffrait en fait de la combinaison d’une infection sanguine, d’un staphylocoque, d’une septicémie et d’une chorioamnionite – une infection bactérienne qui peut toucher les femmes enceintes – et qui mettait sa vie en danger.

Les médecins ne s’attendaient même pas à ce que le nouveau-né survive à la naissance, craignant que les infections dont souffrait Melissa ne lui soient transmises.

Après sa naissance, Theodore a été emmené à l’unité de soins intensifs néonatals, car il ne pouvait pas respirer tout seul, et a été placé sous respirateur pendant les six premières semaines de sa vie.

Le courageux nouveau-né a souffert d’une multitude de problèmes médicaux. Theodore a lutté contre la septicémie, deux épisodes d’une grave infection à E. coli et le cytomégalovirus pendant son séjour à l’hôpital. À un moment donné, il a dû être réanimé pour un reflux important. En outre, il a également subi une opération au laser des yeux à 3 mois et demi.

Melissa et Theodore à l’hôpital. (Caters News)

En raison des règles strictes de visite en raison du Covid-19, Melissa et Theodore n’ont pas pu voir David, le père du nouveau-né, pendant plus d’un mois, jusqu’à ce que le duo mère-fils soit suffisamment rétabli pour retourner à l’hôpital Singleton de Swansea fin mai.

Cette période a été très difficile pour Mélissa, qui ne pouvait voir personne en raison de règles strictes de distanciation sociale.

Pendant cinq mois, la mère a jonglé entre l’hôpital et la maison. Cependant, depuis que le courageux guerrier est rentré chez lui le 13 septembre, auprès de ses frères et sœurs, Xavier, 1 an, Kiya, 3 ans, Phoebé, 4 ans, Sophia, 8 ans, la famille ne pouvait pas être plus heureuse.

Melissa et Theodore. (Caters News)

« Son retour [à la maison] a été long à venir. J’avais peur que les autres enfants commencent à se demander s’il était réel ou non », a partagé Mélissa. « Nous prenons juste le temps de nous détendre et de ne plus avoir à nous inquiéter. »

(Caters News)

FOCUS SUR LA CHINE – Un incendie dans le centre de la Chine fait 13 morts

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ