Un professeur chinois disparaît des médias sociaux après qu’une vidéo de lui discutant du prélèvement forcé d’organes a fait surface en ligne

Par Frank Fang
14 juillet 2021
Mis à jour: 14 juillet 2021

Le compte d’un professeur de droit pénal chinois sur les médias sociaux a récemment été supprimé après la diffusion d’une vidéo le montrant en train de parler du crime à grande échelle de prélèvement forcé d’organes dans le pays.

Luo Xiang, qui compte plus de 2,5 millions d’abonnés sur Weibo, le site chinois de type Twitter, est professeur à l’École de justice pénale de l’Université publique de sciences politiques et de droit de Chine.

Les remarques de Luo Xiang sur le prélèvement forcé d’organes sont apparues dans une vidéo non datée, qui a commencé à circuler sur les médias sociaux chinois le 26 juin.

Le même jour, on a constaté que tous ses messages sur les médias sociaux avaient été supprimés.

On ne sait pas s’il a supprimé les messages lui-même ou si les messages ont été supprimés par les censeurs chinois. Mais ses commentaires touchent à un sujet sensible pour le régime chinois : leur pratique répandue et illégale du prélèvement d’organes forcé.

Si les remarques de Luo Xiang visaient les criminels qui pratiquent le prélèvement forcé d’organes, cette pratique est également mise en œuvre à une échelle beaucoup plus large sous la direction du Parti communiste chinois (PCC). Le prélèvement forcé d’organes sur des prisonniers de conscience de leur vivant, autorisé par l’État, est pratiqué depuis des années en Chine et se poursuit encore aujourd’hui.

Une capture d’écran de l’universitaire Luo Xiang parlant du vol d’organes dans une vidéo non datée, qui a commencé à circuler sur les médias sociaux chinois le 26 juin. (Screengrab/YouMaker)

Dans cette vidéo, Luo Xiang parle des criminels qui mènent des opérations illégales de prélèvement d’organes dans le pays. Selon lui, ils enlèvent des sans-abri de santé mentale instable et les hébergent dans des zones reculées. Dans ces endroits, les victimes étaient bien nourries mais traitées pareillement à des animaux.

Ces victimes étaient ensuite forcées de vendre leur sang ou de faire don d’un organe à une date fixée, selon M. Luo. Il a ajouté que ces actes constituaient soit un crime de blessure intentionnelle, soit un homicide intentionnel.

« Si le darwinisme social atteint sa limite, et si vous ne respectez pas vraiment les autres, vous traiteriez les autres personnes comme des animaux », a déclaré M. Luo dans la vidéo.

« Donc, en cette ère ‘d’involution’*, nous devons faire quelque chose nous-mêmes, c’est-à-dire résister instinctivement au darwinisme social, parce que nous sommes des humains, nous ne sommes pas des animaux », a-t-il ajouté.

* : L’ « involution » est un mot à la mode utilisé par la jeunesse chinoise au cours de l’année écoulée. Il fait référence à la façon dont les gens se sentent désespérés et piégés dans la société sans aucun signe d’avancement, comme les personnes qui occupent des emplois d’ouvriers sans avenir ou les étudiants qui voient peu d’opportunités pour leur avenir, même s’ils travaillent dur.

Crimes antérieurs

La mort d’un sans-abri a fait les gros titres en septembre 2009, lorsque le magazine d’État chinois Caijing a rapporté qu’il avait été retrouvé mort sur un barrage, ses organes ayant été prélevés. Avant sa mort, des habitants de la province du Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine, l’ont vu se faire couper les cheveux et tailler la barbe. Il a également été noté qu’il avait mis des vêtements propres. Peu après, il a disparu.

Selon le journal Caijing, trois médecins du Troisième Hôpital affilié de l’université chinoise Sun Yat-sen ont été impliqués dans le prélèvement des organes du vagabond après que l’un d’entre eux a été en contact avec un trafiquant d’organes du Guizhou.

On ne connaît pas les détails de l’affaire, car les médias chinois et les médias sociaux ont cessé de couvrir le décès peu après la publication de l’article publié par Caijing. Néanmoins, le Troisième Hôpital affilié a depuis été montré du doigt pour avoir prélevé des organes sur des pratiquants de Falun Gong, selon l’Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis.

Des médecins chinois transportent des organes frais pour une transplantation dans un hôpital de la province du Henan, le 16 août 2012. (Capture d’écran/Sohu.com)

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle impliquant des exercices méditatifs et un ensemble d’enseignements moraux basés sur le principe d’Authenticité, Bienveillance et Tolérance. Depuis 1999, cette discipline est fortement réprimée par le PCC, et des millions de pratiquants sont détenus ou emprisonnés, où ils sont torturés et tués, parfois après avoir été soumis à des prélèvements forcés d’organes.

En 2006, un médecin chinois de l’hôpital ethnique de Guangxi a déclaré par téléphone à un enquêteur de WOIPFG sous couverture que les organes des pratiquants de Falun Gong étaient disponibles pour des transplantations au Troisième Hôpital affilié.

WOIPFG a également documenté qu’un grand nombre de chirurgies de transplantation ont été effectuées au Troisième Hôpital affilié au fil des ans, et aussi récemment qu’en 2019, lorsqu’une infirmière du service de transplantation du foie de l’hôpital a déclaré que des centaines de cas de transplantation y ont été effectués.

En 2019, un tribunal populaire indépendant a constaté que « les prélèvements forcés d’organes ont été commis pendant des années dans toute la Chine à une échelle significative », les pratiquants de Falun Gong détenus étant l’une des principales sources d’organes pour la transplantation illégale.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ