Un rapport divulgué révèle une « faute professionnelle systématique » dans la transplantation d’organes en Chine

Par Nicole Hao
6 janvier 2021
Mis à jour: 6 janvier 2021

Les preuves du prélèvement forcé d’organes à grande échelle ont jeté une ombre sur le système de transplantation d’organes en Chine pendant plus d’une décennie.

Aujourd’hui, un document interne analysant les données relatives à l’attribution et à la transplantation d’organes dans une province chinoise a révélé des anomalies systémiques dans les rapports des hôpitaux. Ces anomalies jettent un doute sur la crédibilité du système officiel d’enregistrement des organes en Chine, ce qui pourrait indiquer que le prélèvement d’organes sur des prisonniers contre leur volonté est autorisé par l’État, selon l’analyse des conclusions du rapport par un expert.

Le rapport, obtenu auprès d’une source fiable, avait été rédigé par le China Organ Transplant Response System (COTRS), un organisme mis en place par la Commission nationale chinoise de la santé (NHC) en 2011 pour enregistrer et attribuer les organes. Dans le cadre de ce régime, les organes enregistrés dans le COTRS sont appariés et attribués aux patients qui en ont besoin.

Il a révélé que du 1er janvier 2015 au 13 avril 2018, au niveau national, 3 130 organes ont été enregistrés dans le COTRS seulement après que la transplantation a été effectuée.

« C’est vraiment ridicule », a déclaré le Dr Torsten Trey, directeur exécutif du groupe de défense de l’éthique médicale Doctors Against Forced Organ Harvesting, dans un courriel au journal Epoch Times. Ce grand nombre de transplantations n’est entré dans le COTRS qu’après les interventions chirurgicales, ce qui indique une « faute professionnelle systématique », a-t-il dit.

Depuis 2015, le régime chinois affirme que les organes destinés à la transplantation proviennent uniquement de donneurs volontaires. Dans un programme habituel d’attribution d’organes, les donneurs d’organes potentiels doivent être signalés au système d’attribution (dans ce cas, le COTRS), qui apparie ensuite les organes à des receveurs appropriés.

« Mais ici, les organes [ont été] attribués sans COTRS », a déclaré M. Trey.

« Cela pourrait être un signal fort que les organes sont prélevés à la demande. »

En 2019, un tribunal indépendant a conclu, après une année d’enquête, que le régime chinois avait prélevé de force les organes de prisonniers d’opinion pour le marché des transplantations « à une échelle massive », une pratique qui se poursuit aujourd’hui.

Les principales victimes sont les pratiquants de Falun Gong détenus, a-t-il constaté. Les pratiquants de Falun Gong, une pratique spirituelle, sont persécutés par le Parti communiste chinois depuis plus de deux décennies, avec des millions de personnes détenues dans des prisons, des camps de travail forcé et d’autres installations, selon le Centre d’information du Falun Gong.

M. Trey a déclaré que parce que des milliers d’organes semblent avoir contourné le processus d’attribution, on ne peut pas faire confiance à l’ensemble du système.

« Si [ce que nous pouvons voir est que] 3 000 organes ne sont pas enregistrés [dans les données], alors comment pouvons-nous garantir que [le nombre réel] qui n’est pas enregistré n’est pas 30 000 organes ? a-t-il dit. « Peut-être qu’ils ont eu 30 000 transplantations et qu’ils ont ensuite décidé d’en enregistrer 3 000 dans le COTRS. »

« Une fois que le processus est rompu, tout peut arriver. »

M. Trey a suggéré que le COTRS pourrait n’être qu’une « coquille vide » ou une sorte d’ « embellissement pour les médecins occidentaux ».

« Les médecins occidentaux sont trompés par le fait que le COTRS soit similaire à d’autres programmes d’attribution d’organes », a-t-il déclaré.

Le signalement des infractions

Le rapport du COTRS a analysé les données relatives à l’attribution et à la transplantation d’organes dans la province du Zhejiang, en Chine orientale, du 1er janvier 2015 au 13 avril 2018. Outre les données du COTRS, le rapport s’appuie sur des données provenant de bases de données complémentaires du NHC, du Registre chinois des transplantations hépatiques et du Registre scientifique chinois des transplantations rénales, ainsi que sur des informations provenant des bureaux d’approvisionnement en organes des hôpitaux.

Le rapport indique qu’à l’échelle nationale, 2 036 organes ont été enregistrés dans le COTRS sans que les sources soient précisées. Trey a déclaré que cela démontrait une fois de plus la lenteur des rapports « qui ne sont pas conformes aux normes des programmes d’attribution occidentaux ».

Il a également constaté que 104 organes ont été attribués aux hôpitaux du Zhejiang mais n’ont finalement pas été utilisés pour des transplantations. Ce chiffre représente 2,6 % des organes enregistrés dans le COTRS de la province pendant la période concernée, selon les données citées dans le rapport.

Que plus de 100 organes (ou même n’importe quel organe) soient attribués à un hôpital et ne soient pas utilisés serait « cent pour cent impossible » dans d’autres régions disposant de systèmes de transplantation développés comme les États-Unis et l’Europe, a déclaré M. Trey.

Dans le cas où un receveur d’organe décéderait avant l’opération de transplantation, l’hôpital devrait alors informer la COTRS pour suspendre le transfert d’organe ou le réattribuer, a-t-il dit, notant qu’il était peu probable que plus de 100 patients décèdent avant leur transplantation.

« Si ces organes n’étaient pas utilisés, et non réaffectés, cela suggérerait une organisation léthargique ou une telle abondance d’organes qu’en réalité, personne ne s’en soucierait », a déclaré M. Trey.

Dans le rapport, le COTRS a également identifié plusieurs problèmes dans le système qui indiquent que les hôpitaux du Zhejiang pourraient avoir « falsifié les données médicales, manipulé la distribution des organes et triché [le système COTRS] pour obtenir des dons d’organes ».

Il a trouvé plus de 1 400 cas où les données d’un donneur ou d’un receveur ont été modifiées dans l’heure précédant la transplantation, ou de nouveaux receveurs ont été ajoutés à la liste d’attente juste avant de recevoir la transplantation.

« C’est terrible », a déclaré M. Trey, ajoutant que cela démontre les pratiques frauduleuses des hôpitaux.

« Si cela est rendu public à la communauté occidentale des transplantations, ces mauvaises pratiques devraient provoquer un tollé. »

Epoch Times a découvert que l’un des hôpitaux identifiés dans le rapport comme étant un hôpital autorisé à effectuer des opérations de transplantation, l’hôpital Shulan, ne figure pas sur la liste officielle des hôpitaux de transplantation du régime chinois.

« Si cet hôpital n’est pas officiellement un hôpital de transplantation, quel autre hôpital effectue des transplantations [sans autorisation] ? » a déclaré Trey.

Le COTRS a constaté que cinq hôpitaux non autorisés à pratiquer des transplantations d’organes avaient effectué 43 opérations de transplantation au cours de la période statistique.

Ce n’est pas la première fois que les données officielles chinoises sur les transplantations d’organes tirent la sonnette d’alarme.

Une étude de 2019 publiée dans la revue scientifique BMC Medical Ethics a révélé qu’il existait des « preuves très convaincantes » que le régime chinois falsifiait systématiquement ses données sur les dons d’organes. Elle a constaté que les chiffres officiels se conformaient presque précisément à une formule mathématique, une équation quadratique.

Des ambitions en hausse

Malgré l’examen minutieux des pratiques chinoises en matière de transplantation d’organes, Pékin se prépare à développer ce secteur.

Même si le virus du PCC a ravagé la Chine en 2020, l’industrie chinoise de la transplantation d’organes a poursuivi ses activités comme d’habitude, sans « délais d’attente évidents », selon une enquête menée en juillet par l’Organisation mondiale d’investigation sur la persécution du Falun Gong, une organisation américaine à but non lucratif. Une infirmière de la région du Guangxi a déclaré aux enquêteurs que, malgré les craintes d’une infection par le virus du PCC, ils « feraient l’opération chaque fois qu’il y en aurait une », mais qu’ils « ne deviendraient pas fous comme pendant la période pré-pandémique ».

Huang Jiefu, ancien vice-ministre chinois de la Santé et chef du Comité national chinois pour le don et la transplantation d’organes, s’est vanté, lors d’une conférence en octobre 2020, que la Chine soit devenue le deuxième pays au monde pour la transplantation d’organes.

« Pendant cette pandémie du virus du PCC, le don et la transplantation d’organes se sont développés de manière très harmonieuse et très efficace dans notre pays », a déclaré M. Huang.

Il a ajouté que la Chine pourrait devenir le plus grand pays de transplantation d’organes d’ici trois ans si elle parvenait à résoudre trois « problèmes de goulots d’étranglement », à savoir « le coût élevé, la pénurie de capacités de transplantation et le manque d’organes ».

Le NHC a modifié les règles de transplantation en août dernier afin de faciliter l’autorisation des médecins et des hôpitaux à effectuer des transplantations d’organes.

En décembre, les législateurs américains ont présenté des projets de loi qui sanctionneraient les fonctionnaires étrangers impliqués dans le prélèvement forcé d’organes.

« Il y a de plus en plus de preuves que le Parti communiste chinois a prélevé et continue de prélever des organes sur des prisonniers et des membres de groupes religieux chinois », a déclaré à l’époque le sénateur Tom Cotton (Parti républicain, Arkansas), co-parrain du projet de loi.

« Il est grand temps de tenir Pékin pour responsable de ces actes odieux. »

Focus sur la Chine – Chine en 2020 : dissimulation de la pandémie


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ