Un refuge pour animaux célèbre le fait que les chenils sont presque vides, car les familles adoptent et accueillent des animaux en pleine pandémie

Par Louise Bevan
28 avril 2020
Mis à jour: 28 avril 2020

L’association Animal Friends Humane Society de Hamilton, dans l’Ohio, a pu se réjouir après qu’un appel à l’adoption et à l’accueil pendant la pandémie a permis de vider presque tous leurs chenils.

Le refuge, anticipant une perte de personnel et de bénévoles due aux restrictions de confinement dans le contexte du virus du PCC (Parti communiste chinois), a fait appel aux réseaux sociaux pour demander de l’aide à sa communauté locale. Ils espéraient placer le plus grand nombre possible de leurs animaux dans des foyers d’accueil ou des foyers permanents en dehors du refuge, rapporte WLWT 5.

En plus de cette annonce, le refuge a lancé une campagne d’adoption « donnez un nom à votre futur animal de compagnie et adoptez-le si vous gagnez pour le meilleur nom choisi », et la réponse a été impressionnante ; en quatre jours seulement, 37 animaux sur 40 avaient trouvé un foyer aimant dans une famille.

Le 19 mars 2020, le refuge a publié sur Facebook : « À notre communauté d’amis des animaux, c’est vous qui avez rendu cela possible ! À l’exception de 3 chiens encore disponibles dans notre section Adoption de chiens, et de 5 chiens hébergés dans notre section Chiens errants en attente de propriétaires pour les réclamer, nous avons libéré de la place dans notre refuge ! »

« Les quatre derniers jours ont été très occupés et passionnants », poursuit le personnel. « C’est très encourageant de voir une famille après l’autre ouvrir les portes de leur foyer à un animal et de l’accueillir. »

Le refuge a informé ses abonnés que les chenils vides allègent le fardeau du personnel et des bénévoles de l’association, qui travaillent dur. Le fait d’avoir des chenils vides permet également à ces chiens méritants de vivre dans les meilleures conditions possibles et de ne pas devenir une statistique oubliée durant l’épidémie du virus du PCC, communément appelé le nouveau coronavirus.

Les commentaires des amoureux des animaux ont afflué en réponse à cette incroyable nouvelle. « J’aimerais que vos chenils ressemblent toujours à cela », a écrit un abonné. « J’espère que certaines familles temporaires deviendront vraiment des exceptions et que tous les animaux trouveront leur foyer. »

« Grâce à vous, c’est comme si ces animaux avaient gagné à la loterie, vous leur avez été d’une aide inestimable », a écrit un autre. « Souvenez-vous de ceci – aux yeux de certains de ces animaux – c’est peut-être la meilleure chose que l’on ait jamais faite pour eux. »

Dans tout le pays, des millions de personnes ont dû subir des réductions de salaire, des réductions d’équipes, voire du chômage, à la suite des mesures de quarantaine prises par les États-Unis. Selon Wired, dans les grandes villes et les zones les plus défavorisées, de nombreuses familles ont également été contraintes d’abandonner leurs animaux de compagnie dans des refuges après s’être retrouvées dans l’incapacité d’en assurer l’entretien.

D’autre part, de nombreuses familles se retrouvent à la maison avec du temps libre, et beaucoup de personnes sont de plus en plus vulnérables à l’anxiété ou à la solitude en raison des restrictions imposées à l’interaction sociale. Pour ces personnes, il n’y a peut-être jamais eu de meilleur moment pour devenir familles d’accueil.

En plus de cela, la réglementation américaine en matière de confinement permet toujours de promener un chien.

Selon le magazine mensuel américain Wired, Sandy Branson, une chercheuse sur l’impact des animaux de compagnie sur le bien-être à l’école d’infirmières Cizik de l’université du Texas, a déclaré « en étant isolé socialement, vous risquez la dépression et la solitude et, chez les personnes âgées, nous savons que la solitude est associée à une mort précoce [et] à la maladie d’Alzheimer ».

« Partager un moment avec un autre être que soi-même est une raison de se réveiller le matin », a-t-elle déclaré.

Jim Tedford, PDG de l’association pour l’avancement du bien-être animal (Association for Animal Welfare Advancement), a déclaré à USA Today qu’il n’y a aucun moyen de savoir exactement ce qui se passera lorsque le nombre de cas de virus augmentera, ni quel impact les tensions financières cumulées pourraient avoir. « Mais pour le moment », a déclaré Jim Tedford, « nous avons vu les communautés s’activer et contribuer à diminuer la population des refuges plutôt que l’inverse. »

Sur Facebook, l’Association Animal Friends Humane Society d’Hamilton, dans l’Ohio, a rappelé à ses adhérents qu’il y aura toujours des animaux dans le besoin ; les nouveaux animaux prêts pour l’adoption, disent-ils, sont affichés quotidiennement sur leur site web.

« Si vous ne pouvez pas accueillir ou adopter un animal, vous pouvez toujours envisager de faire un don », a ajouté le refuge. « Nous sommes très honorés de pouvoir servir cette formidable communauté. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ