Un Singapourien vend des fourmis comme animaux de compagnie

Par Epoch Times avec AFP
3 octobre 2020
Mis à jour: 3 octobre 2020

Des fourmis affairées courent dans des boîtes transparentes d’une boutique de Singapour: ce magasin propose des colonies et tout l’équipement nécessaire pour adopter ces insectes à six pattes comme animaux de compagnie.

John Ye a ouvert « Just Ants » – le premier magasin de la cité-Etat dédié à la vente de ces animaux minuscules – en janvier, transformant une passion à temps partiel en une carrière à plein temps.

Les fourmis se précipitent dans des boîtes transparentes empilées devant un magasin à Singapour, qui s’inspire d’une tendance improbable mais croissante dans la ville-état pour garder les créatures à six pattes comme animaux de compagnie. Photo de Roslan Rahman / AFP via Getty Images.

Le Singapourien a développé son intérêt pour ces insectes après avoir reçu quelques spécimen en cadeau de son beau-frère. Et il a peu après abandonné son emploi de vendeur d’électronique pour créer son entreprise.

Animaux « altruistes, doués de compassion »

L’homme de 41 ans décrit les fourmis comme des animaux « altruistes, doués de compassion » et « d’un esprit combatif ». Il espère que son magasin deviendra un sanctuaire pour les autres passionnés de fourmis.

« Je souhaite faire de ce lieu un endroit où les gens peuvent se réunir, partager leurs connaissances et leur expérience de l’élevage de fourmis », dit-il à l’AFP.

Le magasin vend des colonies de fourmis et de l’équipement spécialisé, des tubes pour les attraper, des minuscules plats pour la nourriture et même des vers pour les nourrir.

Le commerce a dû fermer pendant le confinement qui a suivi l’épidémie de coronavirus, mais a pu rouvrir depuis et les affaires marchent bien.

-Le propriétaire de l’animalerie « Just Ants » John Ye en train de parler à l’AFP devant son magasin à Singapour. Photo de Roslan Rahman / AFP via Getty Images.

Il propose une trentaine d’espèces, fournies par d’autres myrmécologues, des spécialistes des fourmis, ou capturées par John Ye et ses amis à Singapour.

Attraper ces insectes n’est pas aisé. Ce n’est possible en général que pendant les « vols nuptiaux », quand les nouvelles reines et les mâles ailés s’envolent pour trouver un partenaire.

Propose une une trentaine d’espèces

Les reines sont placées dans des tubes à essai où elles donnent naissance à une colonie de fourmis ouvrières si elles ont été fécondées.

La collection de John Ye comprend des dizaines de milliers de fourmis maraudeuses, espèce commune en Asie, dans une grande boîte.

La communauté des passionnés de fourmis est encore peu nombreuse à Singapour mais elle s’agrandit. Un groupe Facebook d’aficionados de ces insectes compte quelque 4.000 membres.

Mais John Ye sait qu’il y a encore du travail à faire pour convaincre ses compatriotes que ces insectes peuvent être des animaux de compagnie et pas seulement des nuisibles.

La plupart des Singapouriens pensent que « l’on ne devrait pas élever des fourmis, parce qu’elles sont venimeuses, dégoutantes, qu’elles portent des maladies », observe-t-il.

Michelle Serio est rentrée par curiosité dans le magasin : « je suis très intriguée, je n’avais jamais entendu dire que l’on puisse vendre des fourmis comme animaux de compagnie », s’étonne-t-elle.

Focus sur la Chine – 2 explosions en 1 semaine dans une usine chimique

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ