Un travailleur licencié du Pipeline Keystone affirme que la décision de Biden va faire mal à « beaucoup de familles »

Par Lorenz Duchamps
30 janvier 2021
Mis à jour: 30 janvier 2021

À la suite de la décision de l’administration Biden d’annuler le permis pour le Pipeline Keystone XL, de nombreux travailleurs ont été licenciés et ont perdu leur source de revenu régulier.

Un directeur général qui n’a pas été identifié travaillant sur l’oléoduc Keystone XL a déclaré lors d’une réunion d’information que « des centaines de personnes » ont déjà été licenciées dans le Wisconsin depuis le décret du président Joe Biden.

Neal Crabtree, un contremaître soudeur âgé de 46 ans de l’Arkansas, dont la dernière source de revenus a été éliminée, tout comme plusieurs de ses collègues, a déclaré que l’annulation du projet va nuire à beaucoup d’Américains.

« L’annulation d’un projet de cette ampleur va faire mal à beaucoup de gens, à beaucoup de familles, à beaucoup de communautés », a déclaré Neal Crabtree à Fox News. « Ce n’est pas le moment de faire des déclarations politiques », a-t-il ajouté. « Nous devons trouver des moyens de remettre plus d’Américains au travail, et non l’inverse. »

L’annulation du permis devait rapidement éliminer environ 11 000 emplois américains qui auraient été occupés grâce au projet en 2021, ce nombre inclut 8 000 emplois syndiqués.

Des kilomètres de tuyaux inutilisés, préparés pour le projet de Pipeline Keystone XL, se trouvent sur un terrain à l’extérieur de Gascoyne, Dakota du Nord, le 14 octobre 2014. (Andrew Burton/Getty Images)

M. Crabtree, père célibataire de trois enfants, a travaillé toute sa vie comme soudeur et a expliqué que son père et son grand-père ont aussi travaillé dans le domaine. Il a critiqué le geste de certains politiciens démocrates qui ont déclaré que les travailleurs touchés par la politique de l’administration en matière de combustibles fossiles peuvent trouver des emplois dans d’autres industries en pleine croissance.

« Vous passez votre vie à peaufiner vos compétences et si vous commencez un autre emploi, vous commencez au bas de l’échelle », a-t-il déclaré à Fox News. « Je doute que ces politiciens aimeraient que quelqu’un leur dise de repartir à zéro et de trouver un autre emploi. »

« Ils suppriment les emplois d’ici et vantent un conte de fées d’emplois qui n’existe pas », a-t-il ajouté.

Joe Biden a annulé le projet de 8 milliards de dollars dès son premier jour de mandat, tenant ainsi une promesse électorale d’annuler le permis délivré par l’ancien président Donald Trump pour Keystone XL.

L’approche agressive de la nouvelle administration pour lutter contre le changement climatique a été applaudie par le mouvement environnemental et les militants du changement climatique qui se sont ralliés pour s’opposer au projet.

Beaucoup d’autres, dont le Premier ministre Justin Trudeau, ont qualifié cette décision de décevante. Justin Trudeau a souligné l’importance des relations bilatérales entre le Canada et les États-Unis et leurs préoccupations mutuelles en matière de sécurité économique et énergétique.

Le Premier ministre Justin Trudeau prononce son discours lors d’une conférence de presse devant le chalet Rideau à Ottawa. (Photo : DAVE CHAN/AFP via Getty Images)

Elmira Aliakbari, directrice associée des études sur les ressources naturelles à l’Institut Fraser, affirme que l’annulation aura des conséquences économiques considérables tout en ne contribuant pratiquement pas à réduire les émissions.

« Ironiquement, cette annulation ne fera rien ou presque pour l’environnement, car elle ne réduit pas la dépendance des États-Unis au pétrole. Il est probable que les raffineries américaines de la côte du Golfe du Mexique vont accroître leur dépendance vis-à-vis d’autres pays tels que le Venezuela et la Russie pour les importations de pétrole », dit-elle.

L’administration Biden a cependant déclaré que l’abrogation est l’une de ses premières mesures pour faire face à la crise climatique, expliquant que le permis de Pipeline Keystone XL n’était pas conforme aux impératifs économiques et climatiques de l’administration.

M. Crabtree a déclaré qu’il comprenait que le gouvernement veuille développer davantage d’infrastructures liées aux impératifs climatiques, mais il les a également critiquées en même temps pour avoir simplement supprimé des milliers d’emplois, qualifiant le plan de M. Biden de « peu réaliste ».

« Vous ne pouvez pas simplement basculer des combustibles fossiles et passer aux énergies renouvelables », a-t-il déclaré. « S’ils veulent commencer à développer cette infrastructure, ils peuvent le faire. Mais vous ne pouvez pas vous débarrasser de nous tout d’un coup. »

« Je ne comprends pas comment le secteur des pipelines est devenu soi-disant malfaiteur », a-t-il poursuivi. « Le public américain ne comprend pas qu’en ne construisant pas cet oléoduc, il n’empêchera pas le pétrole d’arriver sur le marché. Il y arrive déjà. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ