Un « vaisseau fantôme » de 77 mètres de long s’échoue sur la côte irlandaise, ses propriétaires demeurent introuvables

Par Epoch Times
16 juin 2020
Mis à jour: 16 juin 2020

Près de quatre mois après l’échouement d’un « bateau fantôme » en Irlande, les autorités tentent toujours de retrouver les propriétaires. Il semble maintenant que les contribuables irlandais soient confrontés à une opération de nettoyage qui pourrait se chiffrer à plusieurs millions d’euros.

Le MV Alta, cargo de 77 mètres de long, s’est échoué sur des rochers au large des côtes du comté de Cork en février dernier, après avoir été ramené à terre par les vents de la tempête Dennis ; le navire dérivait depuis plus d’un an des Bermudes vers l’océan Atlantique.

« C’est un cas sur un million », a déclaré le chef local des bateaux de sauvetage, John Tattan, au Irish Examiner.

Le MV Alta, un « bateau fantôme » de 77 mètres abandonné, est photographié coincé sur des rochers près du village de Ballycotton, au sud-est de Cork, en Irlande du Sud, le 18 février 2020. (CATHAL NOONAN/AFP via Getty Images)

John Tattan, qui est à la tête de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI) de Ballycotton, a déclaré qu’il n’avait « jamais, jamais vu quelque chose d’abandonné comme ça auparavant ».

Depuis l’échouement, le mystère de l’identité du propriétaire du bateau n’a pas été résolu, laissant aux autorités irlandaises un énorme cauchemar quant à son issue. Selon l’expert en sauvetage Mark Hoddinott, l’enlèvement de l’épave pourrait coûter plus de 10 millions € (11,3 millions $ US).

S’adressant au radiodiffuseur irlandais RTE, M. Hoddinott a déclaré : « Je doute que l’État veuille l’enlever simplement parce qu’il était une horreur. Le coût d’une telle mesure serait trop élevé – 5 à 10 millions €, ou je dirais même un peu plus. Cela en vaut-il vraiment la peine ? Mon propre avis le serait, probablement pas. »

Mark Hoddinott a ajouté qu’en raison de l’âge du navire, la valeur de la ferraille est presque nulle.

Les gens regardent le « bateau fantôme » abandonné MV Alta, à la dérive et sans équipage pendant plus d’un an avant de s’échouer sur la côte sud de l’Irlande en haute mer à cause des vents de la tempête Dennis. (CATHAL NOONAN/AFP via Getty Images).

Cependant, le fait d’être laissé comme une horreur côtière à rouiller et à être brisée par les vagues est une perspective qui ne peut qu’irriter la population locale.

L’histoire enchevêtrée du « bateau fantôme » est un rappel salutaire que les propriétaires, quels qu’ils soient, doivent toujours prendre à cœur leurs responsabilités. Leur devoir est de s’approprier le gâchis financier et environnemental qu’ils créent et d’assumer la responsabilité de la vie de leur équipage.

Ce qui est évident, selon la BBC, c’est que les choses ont commencé à mal tourner pour l’équipage de l’Alta lors de son passage de la Grèce pour rejoindre Haïti en septembre 2018. En raison de problèmes non identifiés, le navire a perdu de la puissance. Il a alors commencé à dériver pendant près de trois semaines, à environ 2 092 km au sud-est des Bermudes.

Le « bateau fantôme » MV Alta s’est coincé sur des rochers près du village de Ballycotton, au sud-est de Cork, en Irlande du Sud, le 18 février 2020. (CATHAL NOONAN/AFP via Getty Images)

Selon les garde-côtes américains, qui surveillaient la situation, ils ont largué des fournitures d’urgence par hélicoptère à l’équipage, n’ayant plus que deux jours de nourriture à bord. Mais la situation de l’équipage s’est encore aggravée à l’approche d’un ouragan.

La vie de l’équipage étant en danger sur un navire à la dérive, les gardes-côtes américains ont décidé d’évacuer les dix membres de l’équipage vers Porto Rico. À ce moment, les garde-côtes des Bermudes ont confirmé que le navire était resté à la dérive, a rapporté la BBC.

Le navire vieillissant, sans équipage à bord, a été laissé à la merci des vents et marées et n’a été repéré qu’en septembre 2019. Le patrouilleur de la Royal Navy britannique HMS Protector a trouvé l’Alta au milieu de l’Atlantique. Après que la Royal Navy a confirmé que personne n’était à bord, le compte Twitter du navire de la Marine a tweeté : « Les efforts peuvent se poursuivre pour le retrouver, mais son avenir est entre les mains d’autres personnes. »

Le « navire fantôme » MV Alta, mesurant 77 mètres, abandonné. (CATHAL NOONAN/AFP via Getty Images)

C’est ainsi que la navigation en errance et dangereuse a continué, alors que le bateau restait apparemment non réclamé, jusqu’à ce que les vents de la tempête Dennis le conduisent sur les rochers d’Irlande.

Cependant, le Guardian a rapporté que l’Alta, construit en 1976, avait battu pavillon en Tanzanie mais avait changé de mains en 2017, l’année précédant son dernier voyage en Grèce. Après que l’équipage a été secouru à un moment donné, le Guardian a affirmé que l’Alta aurait été « remorqué jusqu’en Guyane puis détourné ».

Des gens du coin montent à bord du « bateau fantôme » MV Alta. (CATHAL NOONAN/AFP via Getty Images)

L’histoire déjà sombre de l’Alta devient donc encore plus mystérieuse. Il est clair, cependant, que les propriétaires semblent avoir abandonné l’équipage du navire à son sort tout en ne faisant apparemment aucun effort pour faire réparer le navire pendant les 20 jours où il était à la dérive.

En outre, ils se sont soigneusement lavé les mains de toute responsabilité pour sécuriser leur navire et éviter qu’il ne devienne un danger potentiellement mortel pour la navigation et l’environnement marin.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ