Un ver solitaire de 1m50 «se tortille» hors du corps d’un homme, le médecin soupçonne une consommation excessive de sushis

Par Louise Bevan
21 juillet 2019 Mis à jour: 21 juillet 2019

Des maux de ventre se sont transformés en vrai spectacle d’horreur pour un homme de Fresno, en Californie, après qu’il a fini par sortir de son corps un clandestin de 1 m 50 de long.

Il est allé directement aux urgences, mais n’est pas venu tout seul. Il amenait avec lui l’élément incriminé, dans un sac en plastique.

Illustration – Pixabay | HansMartinPaul

Le patient s’est rendu aux urgences du centre médical régional communautaire de San Francisco pour signaler des crampes abdominales et une diarrhée sanglante. Il a été soigné par le médecin urgentiste, le Dr Kenny Banh, qui a plus tard partagé ce qui s’est avéré être une histoire incroyable (et qui remue l’estomac) sur le podcast « Ça ne fera pas mal du tout ».

« Je vois ce jeune homme », se souvient le médecin. « C’est un Asiatique de 30 ans, et je lui dis : ‘Qu’est-ce qui vous amène ici aujourd’hui ?’ »

Illustration – Pixabay | sasint

Dr Banh se souvient de son mystérieux patient demandant à être traité pour des vers. Le Dr Banh, sceptique au début, a regardé dans le sac en plastique que le jeune homme transportait et ne pouvait en croire ses yeux. Le patient avait retiré un ténia de 1 m 50 de long de son derrière. Il était là, dans toute sa gloire ; un mètre cinquante de ver, soigneusement enroulé autour d’un rouleau de papier toilette.

« C’est sorti de vos fesses? », se souvient avoir demandé le Dr Banh, dans une interview à Inside Edition. Le patient a répondu tout simplement : « Oui. » Le jeune homme a ensuite expliqué qu’assis sur les toilettes, il avait ressenti une sensation de « tortillement » et qu’il avait été frappé d’une panique intense ; il pensait que ses intestins sortaient de son corps.

Il s’est alors emparé du morceau de chair, a tiré et a fini par sortir de son derrière un ténia de plus de 1 m 50. Étrangement soulagé mais ne sachant pas quoi faire d’autre, il a alors enroulé le ver solitaire autour d’un rouleau de papier toilette et s’est dirigé vers l’hôpital le plus proche.

Le patient a demandé au Dr Banh : « Quelle est la taille du ver? » Le médecin n’avait pas d’autre choix que de vérifier par lui-même. Dans le hall des urgences, les deux hommes ont déroulé le ténia sur le sol et le Dr Banh a utilisé son bloc-notes de 30 cm comme étalon. Les deux hommes ont tiré la conclusion suivante : ce ver mesurait 1 m 65. « Oh, c’est à peu près ma taille ! », s’est exclamé le médecin.

Dr Banh a alors posé des questions à son patient et a rapidement déterminé la cause profonde probable du parasite.

Le coupable ? « Presque certainement » du saumon cru, a-t-il dit. Le patient avait un penchant pour les sushis, en particulier les saumons sashimis.

C’est une cause bien connue d’infection au ténia. En 2017, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis ont identifié une contamination par le saumon d’Alaska et ont sonné l’alarme ; on a découvert que le saumon était infecté par le parasite du ver solitaire japonais.

Cependant, le médecin n’a pas pu déterminer avec précision l’âge du ténia. « Les vers peuvent croître à des vitesses différentes », a-t-il précisé. Son patient a été traité avec des médicaments pour sectionner et éliminer les parasites restants.

Le Dr Banh, soucieux de garder les choses en perspective, a informé les gens que le risque de parasites est présent dans tous les aliments, même les légumes. Une interdiction totale de consommer des sushis n’était pas nécessaire. Le média NPR a en outre rassuré les lecteurs en rappelant que l’infection au ténia reste rare chez les humains.

Illustration – Pixabay | rawpixel

Cependant, après cette épreuve hallucinante, personne ne pourrait blâmer le patient du Dr Banh de repenser dorénavant sa commande quotidienne de plats. C’est exactement ce qu’il a fait. Selon Fox News, le Californien a déclaré qu’il « ne mangerait pas de saumon de sitôt ».

RECOMMANDÉ