Un vétérinaire de Pékin meurt de l’herpès virus B du singe, dont le taux de mortalité est de 70 à 80 %

Par Nicole Hao
20 juillet 2021
Mis à jour: 20 juillet 2021

La Chine a signalé le premier décès de son histoire causé par le virus B du singe, un virus rare. La personne, identifiée comme étant un vétérinaire de Pékin, a été infectée par des singes en mars et est décédée le 27 mai.

L’herpèsvirus B (BV), également connu sous le nom de l’herpèsvirus B, (Macacine alphaherpesvirus 1) a un taux de létalité de 70 à 80 %, ont écrit les auteurs du rapport publié le 17 juillet dans la revue anglaise China CDC Weekly du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies. Le rapport précise que les contacts proches de la personne décédée ont été testés en avril et se sont révélés exempts du virus.

Selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), les humains sont généralement infectés par le BV lorsqu’ils sont mordus ou griffés par un macaque infecté, ou lorsqu’ils sont en contact avec les yeux, le nez ou la bouche d’un macaque. Les CDC soulignent qu’un seul cas de transmission interhumaine du BV a été documenté dans l’histoire.

On ignore avec quel type de singe la victime a été en contact lorsqu’elle a contracté le virus.

1er décès en Chine

Le vétérinaire décédé était âgé de 53 ans. Il travaillait dans un établissement spécialisé dans l’élevage et l’expérimentation de primates non humains à Pékin.

Les 4 et 6 mars, le vétérinaire a disséqué deux singes morts. Un mois après les dissections, le vétérinaire « a eu des nausées et des vomissements suivis d’une fièvre avec des symptômes neurologiques », selon le rapport.

Les médecins de Pékin n’ayant aucune expérience des infections provoquées par le BV, le vétérinaire a été invité à se rendre dans plusieurs hôpitaux pour y être soigné, mais le diagnostic n’a été posé que le 17 avril, lorsque les médecins ont prélevé son liquide céphalo-rachidien et celui de ses deux collègues pour rechercher des virus liés aux singes.

Les résultats ont montré que le vétérinaire était infecté par le BV.

Les auteurs du rapport ont conclu que « cela impliquait que le BV chez les singes pourrait constituer une menace zoonotique potentielle pour les travailleurs professionnels ».

Des travailleurs médicaux amènent un patient à la clinique de la fièvre dans un hôpital de Pékin, en Chine, le 13 janvier 2021. (Greg Baker/AFP via Getty Images)

Selon le CDC américain, les infections au BV commencent par des symptômes semblables à ceux de la grippe, à savoir fièvre et frissons, douleurs musculaires, fatigue et maux de tête. Les symptômes apparaissent généralement dans le mois qui suit l’exposition à un singe infecté par le BV.

La première infection humaine a été identifiée en 1932, et depuis lors, seuls 50 cas de transmission à l’homme ont été signalés. Parmi les personnes infectées, la plupart avaient été en contact avec un singe, et 21 sont décédées.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ