Un virus transmis par des tiques tue 7 personnes et en infecte des dizaines d’autres dans l’est de la Chine

Par Eva Fu
7 août 2020
Mis à jour: 7 août 2020

Un virus contagieux transmis par les tiques, apparu pour la première fois en Chine, a récemment tué sept personnes tout en en infectant des dizaines d’autres à travers le pays.

Le virus se propage généralement entre les mois de mai et octobre dans les régions montagneuses, et a un taux de mortalité de 5 à 17 %, a déclaré Chuang Jen-Hsiang, directeur général adjoint des Centres de contrôle des maladies de Taïwan (CDC), lors d’une conférence de presse tenue le 5 août.

Le virus a rendu malades au moins 62 personnes au cours du premier semestre, dont 37 dans la province côtière chinoise du Jiangsu et 23 dans la province voisine de l’Anhui, dont cinq sont décédées, selon les médias locaux. Deux autres sont morts dans la province centrale du Zhejiang, qui borde le Jiangsu.

Le dernier patient hospitalisé était une cultivatrice de thé de 65 ans surnommée Mme Wang, originaire de la ville de Nanjing, dans le Jiangsu. Selon les médias locaux, elle a commencé à se sentir mal il y a environ deux mois, après avoir récolté des feuilles de thé dans sa plantation.

En quelques jours, elle a commencé à avoir des frissons, une forte fièvre, une fatigue physique et une toux humide. Sa température corporelle est montée jusqu’à 40 °C par moments. On lui a diagnostiqué une fièvre sévère avec un syndrome de thrombocytopénie (SFTS), également connu sous le nom de virus banyang de Huaiyangshan, caractérisé par un faible nombre de plaquettes et de globules blancs.

Des ouvriers agricoles cueillent des feuilles de thé dans une plantation de thé à la périphérie de la municipalité de Chongqing, en Chine, le 9 mars 2007. (Photos de Chine / Getty Images)

Actuellement, aucun vaccin n’est disponible pour prévenir la maladie.

Jin Ke, chirurgien à l’hôpital populaire de Jiangsu, a déclaré aux médias locaux que les organes de Mme Wang étaient défaillants au moment où elle a été transférée au service des maladies infectieuses. Elle s’est rétablie après environ un mois de traitement à l’hôpital.

M. Fang, un autre patient de la ville de Yiwu, dans la province du Zhejiang, présentait fin juin des symptômes de forte fièvre, de diarrhée et de perte d’appétit, qui n’ont pas disparu après avoir pris des anti-inflammatoires. Son taux de globules blancs et de plaquettes était tombé à environ un quart et la moitié des niveaux normaux, respectivement, lorsqu’il s’est rendu à l’hôpital local.

Le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) de la ville a conseillé aux gens d’utiliser un insectifuge, de porter des pantalons longs lorsqu’ils sortent à l’extérieur, de resserrer les revers de pantalon autour des chevilles et d’éviter de s’allonger sur l’herbe.

Bien que les morsures de tiques restent la principale voie de transmission de la maladie, Sheng Jifang, un expert en bunyavirus du Zhejiang (une famille de virus transmis par l’homme), a averti qu’elle peut également se transmettre entre humains, citant des cas antérieurs d’infections par contact de mucus ou par contact avec le sang d’un patient.

Les tiques vivent souvent dans les forêts, les buissons, les champs de pâturage ouverts, les prairies et les collines, a déclaré M. Sheng.

Un médecin chinois examine un échantillon de bactéries dans un hôpital de Pékin le 14 septembre 2010. (AFP/AFP via Getty Images)

Le virus est apparu pour la première fois dans la province chinoise du Henan en 2009. Depuis lors, des cas ont été découverts en Corée du Sud, au Japon et au Vietnam. Taïwan a détecté son premier cas de SFTS en novembre 2019, un homme d’environ 70 ans du nord de Taïwan qui n’avait aucun antécédent de voyage récent. Il a été hospitalisé après neuf jours de fièvre et de vomissements.

Les autorités taïwanaises ont inscrit le SFTS sur la liste des maladies infectieuses à déclaration obligatoire depuis le mois d’avril et exigent des médecins qu’ils signalent au gouvernement tout cas pertinent dans les 24 heures suivant son apparition.

En cas de morsure de tique, les médecins ont conseillé aux gens d’utiliser une pince à épiler ou de demander une aide médicale plutôt que de retirer la tique à la main, ce qui pourrait provoquer la rupture des crochets de la bestiole et leur présence dans le corps.

Des gonflements, des ampoules, des éruptions et des bleus se forment souvent autour de la zone des morsures. La période d’incubation du virus est de 7 à 14 jours, selon le CDC de Taïwan.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ