Une ancienne cadre chinoise est témoin du traitement intolérable des Ouïghours dans un Xinjiang « ravagé par la guerre »

Par Frank Yue
1 mai 2021
Mis à jour: 1 mai 2021

Une ancienne cadre chinoise se dit « horrifiée » par ce dont elle a été témoin lors d’un voyage d’affaires dans la région du Xinjiang, dans le sud de la Chine, en 2017, décrivant toute la région comme un « super camp de concentration » pour ses résidents ouïghours.

L’expérience a fait voler en éclats non seulement les idées qu’elle se faisait de ce voyage qui lui permettrait de ressentir le bonheur du ciel bleu, de se délecter des « délicieuses dattes rouges » et de profiter des opportunités à gros budget de la région, mais aussi sa croyance dans la propagande du Parti communiste chinois (PCC).

« Depuis cette tournée [dans le sud du Xinjiang], je n’ai plus jamais cru à la propagande du PCC », a déclaré Mme Wang, qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat, dans une interview exclusive avec NTD, média partenaire d’Epoch Times.

En 2017, Mme Wang et un contingent de collègues de la chambre de commerce de sa province se sont rendus dans une ville du sud du Xinjiang pour rencontrer des responsables du gouvernement local au sujet de projets d’infrastructure aidés par l’État, d’une valeur potentielle de plusieurs milliards de yuans (plus de 250 millions €). Ils sont restés dans la ville et ont visité les comtés locaux pendant plus de deux semaines.

Après réflexion, Mme Wang estime aujourd’hui que la communauté internationale en sait plus sur ce qui se passe au Xinjiang que les Chinois eux-mêmes.

« Beaucoup affirment qu’il est impossible [pour le PCC] de garder le peuple chinois dans l’ignorance de ce qu’il fait au Xinjiang », a confié Mme Wang. « Mais le fait est qu’ils en savent effectivement moins que les étrangers ».

« J’étais confrontée à un pays ravagé par la guerre »

À son arrivée, Mme Wang a eu l’impression d’avoir mis les pieds dans un « pays ravagé par la guerre ».

« J’ai trouvé deux groupes de personnes armées, les Hans et les Ouïghours, qui tenaient respectivement des fusils et des baïonnettes en direction des voyageurs qui arrivaient », a déclaré Mme Wang.

Elle a noté que le personnel de sécurité d’origine ouïghoure à l’arrière-plan n’était pas autorisé à détenir des armes à feu, contrairement à leurs homologues chinois Han.

Les rues abritaient de nombreuses « petites structures rondes », des postes de sécurité qui, selon Mme Wang, étaient là pour maintenir la stabilité.

La police patrouille dans les rues en formation, se déplaçant dos à dos, les yeux scrutant toutes les directions à la fois. En tant que spectatrice, Mme Wang a avoué que cela la mettait mal à l’aise.

La police paramilitaire chinoise circule dans des camions et un véhicule blindé de transport de troupes lors d’une cérémonie de « démonstration de force » à Urumqi, dans la province du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, le 29 juin 2013. (Mark Ralston/AFP via Getty Images)

À l’hôtel, ils ont été accueillis par des agents de sécurité supplémentaires et soumis à d’autres contrôles avant de pouvoir entrer dans le hall. Leurs bagages ont été contrôlés séparément et, comme pour le passage à la douane, ils ont été interrogés sur l’objet de leur voyage et sur ce qu’ils comptaient faire.

Tôt chaque matin, Mme Wang entendait les sirènes hurlantes, car la police effectuait régulièrement des patrouilles dans la ville quatre fois par jour.

En partant pour visiter des comtés, leur voiture a été arrêtée et fouillée minutieusement à plusieurs reprises. Dans une station-service, tout le monde devait sortir, montrer sa carte d’identité et se soumettre à un scanner de reconnaissance faciale avant de pouvoir faire le plein.

Les conducteurs Han avaient la vie plus facile que les conducteurs Ouïghours, a fait remarquer Mme Wang. Les conducteurs han n’avaient pas à s’arrêter aux postes de sécurité.

Ce qui a le plus horrifié Mme Wang, c’est le spectacle qui l’a accueillie à l’entrée d’une administration locale de comté.

« Juste à l’entrée se tenait un char militaire, avec trois ou quatre soldats portant des fusils chargés », a déclaré Mme Wang, notant que cela donnait l’impression que le Xinjiang venait de survivre à une guerre et essayait de relancer son économie à partir du champ de bataille.

Ici, un fonctionnaire local du comté a dit à Mme Wang, en privé, que toute personne détenant un enregistrement de ménage du Xinjiang serait examinée par la police dans les minutes qui suivaient son arrivée dans une ville chinoise n’appartenant pas au Xinjiang. Il s’agit d’une exigence obligatoire dans tout le pays qui rend la migration extrêmement difficile, voire impossible, pour les Ouïghours.

Le fonctionnaire l’a également persuadée de ne pas sortir la nuit parce que ce n’était pas sûr.

« Tout [là-bas] m’a horrifiée », a-t-elle déclaré. « Je n’ai jamais vécu dans une ville aussi tumultueuse. Si horrible ! Pourquoi est-ce si différent de ce que j’avais imaginé ? »

Mme Wang a déclaré que, tout à coup, elle avait l’impression d’être « confrontée à un pays ravagé par la guerre ».

Nous allions construire un atelier clandestin : Mme Wang

En 2017, des milliards de yuans affluaient au Xinjiang, attirant les chambres de commerce d’autres régions de Chine et alimentant un boom de la construction, a expliqué Mme Wang.

« Les incitations financières étaient puissantes ! » a dit Mme Wang. « Une ville avait un budget de plusieurs milliards de yuans ; une province (Xinjiang) avait un budget de plus de dix milliards de yuans. Tout cet argent provenait du financement du Xinjiang pour maintenir la stabilité. »

À cette époque, les images satellites ont montré qu’environ 14 millions de pieds carrés (1,3 million de m2) de nouvelles usines ont été construites rien qu’en 2018, reflétant l’internement d’un million de Ouïghours, a rapporté Buzzfeed.

Un soit disant camp de rééducation dans la préfecture de Kashgar, dans la province du Xinjiang, à environ 3,94 km à l’est de la ville de Shule, identifié par Google Maps comme une image prise le 8 septembre 2018. (Google Maps via le Twitter de Li Fang)

Les contrôles stricts des mouvements des Ouïghours, qui rendent pratiquement impossible leur réinstallation en dehors de la région du Xinjiang, ont convaincu Mme Wang que toute la région ressemblait à un « super camp de concentration ».

En parlant avec des responsables locaux, elle a compris que les usines et les installations qu’elle voyait étaient des ateliers clandestins, même si elle n’y a jamais mis les pieds.

« Je crois qu’il y a des ateliers clandestins au Xinjiang », a-t-elle déclaré. « Ce que nous allions construire serait probablement un camp de concentration, comme le disent les médias étrangers. »

Dans la région du Xinjiang au nord-ouest de la Chine, jusqu’à un million d’Ouïghours et d’autres minorités majoritairement musulmanes détenus dans un réseau des camps d’internement au Xinjiang. Photo GREG BAKER/AFP via Getty Images.

Mme Wang a demandé à un fonctionnaire local qui viendrait travailler dans une usine s’ils en construisaient un.

Elle dit que le fonctionnaire lui a répondu : « Les gens du Xinjiang sont nombreux ! [Nous] allons prendre des dispositions et faire les choses correctement. »

Mme Wang a supposé que le boom du développement, des investissements et des usines de confection était dû au travail forcé. « Le régime du PCC ne les gardera jamais en vie pour rien », a-t-elle affirmé.

Au cours de leur tournée, Mme Wang est tombée par hasard sur un petit village. Elle y a trouvé tous les enfants pieds nus, et un homme âgé portant un brassard rouge menait une foule de femmes criant des slogans.

Bizarrement, elle raconte qu’elle n’a pas vu un seul jeune homme dans le village. Elle se demande si tous les jeunes hommes de la région sont à l’usine.

Le traitement des Ouïghours est devenu un point de mire international ces derniers mois, les gouvernements du Royaume-Uni, du Canada et de l’UE ayant officiellement reconnu le génocide ouïghour. L’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo a pris la tête de cette mobilisation le 19 janvier en déclarant officiellement le génocide ouïghour dans la région du Xinjiang.

La Chambre des représentants des États-Unis a depuis réintroduit un projet de loi, soutenu par les deux partis, qui rendrait illégale l’importation aux États-Unis de tous les biens provenant de la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, à moins de pouvoir prouver que le travail forcé n’a pas été impliqué dans leur production.

Au Xinjiang, la déclaration que Mme Wang a entendue le plus souvent de la part des officiels était : « La stabilité est primordiale, et plus importante que la croissance économique. »

Tous les nouveaux projets de construction étaient financés par des fonds locaux affectés au maintien de la stabilité dans la région, ce qui était l’objectif ultime du PCC, a déclaré Mme Wang.

Le PCC est si mauvais

Une expérience dans un restaurant de cuisine ouïghoure a laissé Mme Wang et son contingent dégoûtés par les restrictions imposées par le PCC aux Ouïghours.

À leur arrivée sur les lieux, ils ont découvert que tous les Ouïghours étaient soumis à une fouille corporelle intrusive, y compris une jeune mère avec un petit bébé.

« On touchait toutes les parties de votre corps. C’est insupportablement humiliant. Moi, qui suis également une jeune mère, je me sentais tout aussi mal à l’aise », a déclaré Mme Wang.

À leur table, ils ont constaté que tous les couteaux étaient enchaînés. Mme Wang explique que la cuisine ouïgoure nécessite des couteaux pour couper, contrairement à l’utilisation habituelle des baguettes.

Étonnée, elle était sur le point de demander « pourquoi ? » mais a ravalé ses questions sur le geste d’un de ses collègues.

Le ressenti a mis tout le groupe mal à l’aise, même le responsable de la chambre de commerce de Mme Wang, qui s’est exclamé : « Le PCC est tellement mauvais ! »

Photos et vidéos mystérieusement supprimées d’un téléphone Huawei

Pendant la visite, Mme Wang a pris de nombreuses photos et vidéos avec son téléphone portable Huawei. Elle a dit qu’elle disposait d’un réseau 3G au Xinjiang, mais qu’elle ne pouvait pas les envoyer avec succès, alors que les habitants n’avaient qu’un réseau 2G.

Plus d’un mois et demi après le voyage, Mme Wang a constaté que toutes les photos et vidéos qu’elle avait prises avaient disparu de son téléphone.

« Je ne les ai pas supprimées. Ni personne d’autre », a déclaré Mme Wang. « Je me souviens clairement que la police ne les a pas supprimées lorsque j’ai passé des contrôles de sécurité au Xinjiang. »

La disparition inattendue de ses photos et vidéos l’a mise en alerte. Depuis, elle a commencé à soupçonner que les téléphones portables Huawei pouvaient avoir une « porte dérobée » comme le veut la rumeur.

Robert O’Brien, alors conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, a déclaré au Wall Street Journal le 11 février 2020 qu’ils avaient des preuves que « Huawei a la capacité d’accéder secrètement à des informations sensibles et personnelles dans les systèmes qu’il entretient et vend dans le monde entier. » Le gouvernement australien a également banni Huawei de son réseau 5G.

Barrière interethnique

Après réflexion, le Xinjiang ressemblait à un pays étranger pour Mme Wang, où ses personnes âgées parlaient leur propre langue et non le mandarin. Mais toutes ces personnes vivaient dans la peur.

Mme Wang a dit qu’elle avait senti une certaine méfiance chez les Ouïghours qui hésitaient à dire ce qu’ils pensaient, elle a supposé que c’était par crainte d’être dénoncés au PCC. Dans de telles circonstances, la communication de cœur à cœur n’est pas possible, dit-elle.

Un fonctionnaire local a dit à Mme Wang en confidence : « N’ayez pas pitié d’eux (les Ouïghours). Ils sont terriblement mauvais. »

Mme Wang pensait que le fonctionnaire avait peut-être subi un lavage de cerveau par la propagande du PCC ou qu’il avait peur d’exprimer ses pensées les plus intimes parce qu’il était trié sur le volet par les autorités du PCC.

Mme Wang est troublée par l’oppression des Ouïghours par le PCC et craint que les restrictions discriminatoires et les contrôles de sécurité ne créent une crise interethnique plus importante.

« Il n’y a rien de plus inhumain que de juguler sans cesse la violence par la violence et de différencier sévèrement les Hans et les Ouïghours », a-t-elle déclaré.

« Depuis ce voyage [dans le sud du Xinjiang], je n’ai plus jamais cru à la propagande du PCC. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ