Une application populaire sur la fertilité fait l’objet de poursuites pour avoir partagé des données personnelles avec des entreprises chinoises

Par Cathy He
1 février 2021
Mis à jour: 9 avril 2021

Une application de fertilité populaire a été poursuivie en justice pour avoir apparemment envoyé des données personnelles à des sociétés d’analyse chinoises sans le consentement des utilisateurs.

Premom, un système numérique de suivi de l’ovulation appartenant à la société Easy Healthcare, basée dans l’Illinois, a été mis en cause l’année dernière lorsqu’un groupe de surveillance de la vie privée a découvert que l’application sur les appareils Android partageait des données sur l’utilisateur sans autorisation, avec trois sociétés chinoises qui se concentrent sur la publicité.

Les informations partagées comprenaient des données de localisation et des identificateurs uniques d’appareils, qui peuvent être utilisés pour suivre les activités d’un utilisateur sur des sites web et d’autres applications, a déclaré le Conseil international pour la responsabilité numérique (IDAC) en août 2020. Ces données sont également utilisées par les sociétés d’analyse pour établir des profils de comportement des consommateurs.

Les trois sociétés étaient Jiguang, UMSNS et Umeng, toutes des sociétés chinoises d’analyse de données. Umeng est une startup basée à Pékin et appartenant au géant du commerce électronique Alibaba.

Dans le cadre d’une action en justice collective intentée devant un tribunal de district de l’Illinois le 20 janvier, ces allégations contre Easy Healthcare ont également été présentées. Le partage de données s’est produit de 2017 à 2020 et a violé les politiques de confidentialité de Premom, qui a promis de ne pas partager les données personnelles à « des plateformes publicitaires, des données, des courtiers ou des revendeurs d’informations », selon le document du tribunal.

« Cela a été fait en secret, à l’insu et sans le consentement des utilisateurs de l’application Premom », a-t-il ajouté.

Elle prétend qu’Easy Healthcare a « trompé » les utilisateurs « parce que, à leur insu, elle a travaillé directement avec ces trois entités chinoises avant de lancer l’application Premom ».

« Avant son lancement, Easy Healthcare a encodé dans le logiciel Premom la possibilité pour ces entités chinoises d’accéder et de prendre les informations personnelles et les données de localisation des utilisateurs de … », ajoute-t-elle.

Le procès a indiqué que les données des utilisateurs partagées avec les entreprises chinoises étaient stockées sur des serveurs en Chine. « En vertu de la loi chinoise, toutes ces données sont accessibles par la République populaire de Chine, et par le Parti communiste de Chine », a-t-il déclaré.

Premom n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires. Mais il a déclaré au Washington Post en août dernier qu’il avait révoqué l’accès de Jiguang aux données. La société a également déclaré au journal qu’elle « n’utilisait pas actuellement » les deux autres sociétés chinoises, mais n’a pas commenté l’analyse de l’IDAC montrant que le partage des données a eu lieu jusqu’au 19 juin 2020.

Les conclusions de l’IDAC ont incité les procureurs généraux du Connecticut, de l’Illinois et de Washington D.C. à lancer des enquêtes sur l’application.

Le partage de données américaines avec des entreprises chinoises a été de plus en plus mis en avant sous l’administration Trump. Le président de l’époque, Donald Trump, a pris un décret interdisant l’application très populaire TikTok, visant à bloquer l’accès de Pékin à de grands volumes de données américaines qui pourraient être exploitées pour des opérations de renseignement et pour améliorer les outils d’intelligence artificielle du régime. L’interdiction est actuellement contestée devant les tribunaux.

Donald Trump a également émis une autre ordonnance, obligeant la société mère chinoise de TikTok à rendre la propriété de l’application américaine aux actionnaires américains. M. Trump avait approuvé le principe d’un accord de partenariat : TikTok serait autorisé à poursuivre ses activités aux États-Unis et ByteDance créerait une nouvelle société appelée TikTok Global, les sociétés américaines Oracle et Walmart ayant des participations dans l’entreprise.

Bien que les deux sociétés américaines soient restées engagées dans l’accord de septembre 2020, le partenariat n’a pas été formalisé.

L’administration Joe Biden n’a pas indiqué comment elle allait traiter avec TikTok. Le 25 janvier, le secrétaire de presse de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a déclaré que l’administration était en train de revoir toute une série de politiques de la Chine de l’ère Trump, ajoutant que le président était « fermement engagé à s’assurer que les entreprises chinoises ne puissent pas détourner et utiliser à mauvais escient les données américaines ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ