Une association à but non lucratif intente un procès contre les CDC à la suite de leur déclaration que les vaccins ne causent pas l’autisme

Par Meiling Lee
24 février 2021
Mis à jour: 24 février 2021

Del Bigtree, fondateur de l’organisme ICAN (Informed Consent Action Network), a déclaré que son organisation engagerait des poursuites contre les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) pour demander à l’agence fédérale de retirer sa déclaration selon laquelle les vaccins ne provoqueraient pas l’autisme, celle-ci a été publiée sur leur page web à propos de l’autisme et les vaccins.

« Il n’y a pas de données scientifiques pour supporter cette déclaration, en ce qui concerne ce que les CDC ont fourni pour dire que les vaccins au pluriel ne causent pas l’autisme », a déclaré M. Bigtree à Epoch Times. « C’est une fausse déclaration. »

« Nous allons engager une procédure contre les CDC pour retirer cette déclaration de leur site web, parce qu’elle est factuellement inexacte », a-t-il ajouté.

M. Bigtree affirme que les CDC n’ont pas été en mesure de fournir à son organisation des études qui montrent concrètement que les vaccins administrés aux nourrissons au cours des six premiers mois de leur vie ne causent pas l’autisme, un trouble neurologique et développemental qui peut être diagnostiqué dès 6 à 12 mois.

« Si les vaccins contribuent au problème, nous pouvons certainement l’isoler à l’intérieur des vaccins administrés au cours des six premiers mois de vie, car l’autisme apparaît à 6 mois », a déclaré M. Bigtree.

Les États-Unis ont constaté une augmentation du nombre d’enfants diagnostiqués autistes. En 2000, il n’y avait qu’un enfant autiste sur 150. En 2016, les CDC ont estimé que 1 enfant sur 45 était autiste, avec 1 enfant sur 32 diagnostiqué dans le New Jersey.

Un podium avec le logo des CDC (Kevin C. Cox/Getty Images)

Un porte-parole des CDC a déclaré que l’agence de santé a toujours été franche sur sa position concernant les vaccins et l’autisme. « Les CDC sont, et ont toujours été clairs sur ce sujet : les vaccins ne provoquent pas l’autisme », a déclaré le porte-parole dans un courriel à Epoch Times.

En août 2020, l’agence fédérale a déclaré qu’elle procéderait à une mise à jour de son site web et a temporairement retiré la déclaration, ce qui a provoqué un malentendu sur le fait que les CDC auraient pu avoir changé de position sur la question.

« En ce qui concerne la déclaration à laquelle vous faites référence, à l’automne 2020, dans le cadre des mises à jour de routine du site web pour assurer un formatage cohérent du site, le CDC a mis à jour sa page sur les vaccins et l’autisme », a déclaré le porte-parole. « Récemment, ce changement a été mal interprété sur les médias sociaux et par certaines organisations comme un changement de position du CDC. »

« Le titre a été ajouté à notre site web pour éviter toute confusion sur la position du CDC », est-il ajouté.

Selon M. Bigtree, la déclaration a été retirée du site web du CDC le 27 août 2020, puis réintroduite peu après la publication du communiqué de presse d’ICAN sur le changement le 25 janvier.

Mark Sadaka, un avocat spécialisé dans les blessures causées par les vaccins ayant travaillé avec plus de 180 cas lié à la vaccination, a déclaré que le CDC « ne retirera jamais » la déclaration puisque l’agence de santé fait cette affirmation en se basant sur ses propres recherches et sur la recommandation du Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation (ACIP) qui « se réunit régulièrement et vote sur toutes sortes de questions, y compris les préoccupations de sécurité et les recommandations sur qui devrait être vacciné et quand ».

« Le CDC est la première agence américaine de santé publique, et comme l’ACIP, il peut prendre les informations actuellement disponibles et émettre des déclarations relatives à la santé publique », a déclaré M. Sadaka dans un courriel à Epoch Times. « C’est ce que le CDC est chargé de faire et c’est ce qui est fait ici. »

M. Sadaka a déclaré que le procès d’ICAN devrait plutôt se concentrer sur le fait que le CDC « ajoute un langage qualificatif aux informations présentées au public ».

« Le mieux qui puisse arriver est d’ajouter un texte qualificatif indiquant qu’il y a ‘six effets des vaccins dans les six premières semaines de vie qui n’ont pas été étudiés’ ou quelque chose comme ça », a déclaré M. Sadaka.

« En tant qu’avocat de personnes affectées par les vaccins, je peux dire que les vaccins peuvent blesser et tuer. Mais en ce qui concerne l’autisme en particulier, la science n’est tout simplement pas là pour le moment. Cela pourrait venir un jour », a-t-il ajouté.

Manque d’études pour soutenir la déclaration

Logo ICAN. L’association a déclaré qu’elle allait intenter une action en justice contre le CDC en raison de l’affirmation selon laquelle les vaccins ne provoquent pas l’autisme. (Avec l’aimable autorisation de icandecide.org)

En 2019, ICAN et l’Institut des sciences de l’autisme ont soumis une demande au CDC en vertu de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act, FOIA), demandant à l’agence de santé de fournir toutes les études sur lesquelles elle s’est appuyée pour déterminer que les cinq vaccins administrés au cours des six premiers mois de la vie d’un nourrisson ne provoquent pas l’autisme.

Les vaccins : diphtérie, tétanos et coqueluche acellulaire (DTaP), hépatite B, polio (IPV), Haemophilus Influenzae type B (Hib) et conjugué pneumocoque (PCV13), sont chacun « injectés aux bébés trois fois au cours des six premiers mois de vie », selon la plainte [PDF] déposée contre le CDC en décembre 2019.

Le CDC a finalement fourni à ICAN 20 études en mars 2020 (PDF) après avoir été contraint de se soumettre à la demande de la FOIA.

Sur les 20 études fournies par le CDC, 18 ne concernaient aucun des cinq vaccins contestés par ICAN.

Ils étaient plutôt liés soit au ROR (rougeole, oreillons et rubéole), soit au thimérosal, soit aux deux. Le thimérosal est un conservateur contenant du mercure largement utilisé pour prévenir la croissance bactérienne et fongique dans les vaccins jusqu’en 2001, date à laquelle il a été « supprimé ou réduit dans tous les vaccins pour les enfants de 6 ans », sauf pour le vaccin contre la grippe, selon le CDC.

M. Bigtree a déclaré que deux des études restantes – le rapport de 2012 de l’Institut de médecine (IOM) et l’essai d’exposition à l’antigène de 2013, tous deux financés par le CDC – n’ont toujours pas répondu à la question de savoir si les vaccins administrés de la naissance jusqu’à 6 mois peuvent provoquer l’autisme.

L’étude sur les antigènes (PDF) publiée dans le Journal of Pediatrics a examiné spécifiquement le nombre d’antigènes – une substance qui peut induire une réponse immunitaire – dans les vaccins administrés au cours des deux premières années de vie aux enfants souffrant de troubles du spectre autistique et à ceux qui n’en souffrent pas. Il n’a pas examiné les effets des autres substances contenues dans les vaccins, comme les adjuvants et autres produits chimiques.

Selon le CDC, les adjuvants sont des ingrédients des vaccins qui « aident à créer une réponse immunitaire plus forte » ou qui aident « les vaccins à mieux fonctionner », mais « peuvent provoquer des réactions plus locales (comme des rougeurs, des gonflements et des douleurs au point d’injection) et plus systémiques (comme de la fièvre, des frissons et des douleurs corporelles) que les vaccins sans adjuvant ». Un adjuvant commun utilisé dans de nombreux vaccins est l’aluminium.

Les auteurs de l’étude n’ont trouvé aucune preuve indiquant une association entre l’exposition aux antigènes des vaccins et l’autisme, ou les troubles du spectre autistique (TSA) avec régression, bien que « l’on puisse affirmer que les TSA avec régression, dans lesquels les enfants perdent généralement leurs capacités de développement au cours de la deuxième année de vie, pourraient être liés à des expositions pendant la petite enfance, y compris aux vaccins ».

Le rapport de l’IOM était la seule étude portant sur l’un des vaccins, le DTaP, sur lequel l’ICAN s’est renseigné. L’étude a analysé plus de 12 000 essais évalués par des pairs afin d’examiner si certains vaccins auraient causé les 158 effets indésirables reconnus.

Sur la base de la littérature scientifique disponible, l’IOM a constaté que seuls cinq des 158 effets indésirables n’étaient pas associés aux vaccins, que 18 étaient associés aux vaccins et que pour les 135 effets indésirables restants, les preuves étaient insuffisantes pour « accepter ou rejeter une relation de cause à effet ».

Pour le vaccin DTaP, le rapport a conclu que « les preuves sont insuffisantes pour accepter ou rejeter une relation de cause à effet entre le vaccin contenant l’anatoxine diphtérique, l’anatoxine tétanique ou le vaccin acellulaire contre la coqueluche et l’autisme ».

La seule étude pertinente examinée par l’IOM, mais « n’ayant pas été prise en compte dans le poids de la preuve épidémiologique » a trouvé une association entre l’autisme et le DTaP. L’étude a été rejetée parce qu’elle « fournissait des données provenant d’un système de surveillance passive et qu’il lui manquait une population non vaccinée ».

À ce jour, aucune étude n’a été menée sur les effets globaux sur la santé entre un groupe vacciné et un groupe placebo ou non vacciné en raison de préoccupations éthiques concernant la rétention des vaccins chez les enfants du groupe placebo.

Mais M. Bigtree affirme que le CDC peut encore réaliser une étude rétrospective et comparative sur les enfants vaccinés et non vaccinés en utilisant les données de son système de liaison de données sur la sécurité des vaccins qui surveillerait « la sécurité des vaccins et mènerait des études sur les effets indésirables rares et graves après la vaccination ».

M. Bigtree allègue que les agences fédérales de santé refusent de faire ce type d’étude, affirmant que cela a été confirmé lors d’une rencontre que lui et Robert Kennedy Jr. ont eue avec des responsables des National Institutes of Health (NIH), dont le directeur du directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses, Anthony Fauci, pour discuter de la sécurité des vaccins le 30 mai 2017. La réunion a été organisée par l’ancien président américain Donald Trump.

« C’est tout ce que nous avons demandé, il suffit de faire une étude comparative avec votre base de données, vacciné contre non vacciné », a déclaré M. Bigtree. Et ils nous ont essentiellement dit : « Nous ne ferons jamais cette étude. »

Le NIH n’a pas répondu à la demande de commentaires envoyée par Epoch Times par courriel.

« Cette étude pourrait répondre à cette question une fois pour toutes », a déclaré M. Bigtree. « Ce qui signifie que s’ils savaient qu’ils avaient raison et que les vaccins rendaient les gens plus sains, ils feraient cette étude. »

L’OIM a également suggéré qu’une étude soit faite entre « ceux qui ne reçoivent aucune vaccination et ceux qui reçoivent le calendrier de vaccination complet actuellement recommandé » pour aborder « tous les résultats sanitaires et les préoccupations de sécurité » dans son rapport de 2013 sur la sécurité du calendrier de vaccination.

Le calendrier de vaccination recommandé par le CDC comprend 50 à 54 doses de 13 vaccins lorsque le vaccin antigrippal est administré chaque année à partir d’un an et si les vaccins combinés (DTaP et ROR) ne sont pas comptés séparément.

Les États-Unis sont le pays qui recommande le plus de vaccins aux enfants et aux adolescents par rapport aux autres pays occidentaux. En Suède, les vaccinations sont volontaires et la première dose est proposée à 6 semaines au lieu d’être administrée immédiatement après la naissance comme aux États-Unis. La Suède propose 22 doses de sept vaccins.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ