Une avocate qui représentait Trump en Pennsylvanie a été placée sous protection après avoir été menacée

Le juge autorise l'avocate Linda Kerns à se retirer de l'affaire
Par Jack Phillips
20 novembre 2020
Mis à jour: 21 novembre 2020

Une avocate de Philadelphie qui avait représenté l’équipe de campagne de Donald Trump a été placée sous protection officielle après avoir reçu des « menaces de préjudice », selon les documents judiciaires qui ont été déposés le 18 novembre.

L’avocate Linda Kerns a fait l’objet de « menaces de préjudice, à tel point que l’implication de la police et des US Marshals a été nécessaire pour assurer sa sécurité », peut-on lire dans le dossier (pdf).

Le juge Matthew Brann a autorisé Mme Kerns à se retirer de la fonction d’avocate de l’équipe de campagne de Donald Trump, selon un dossier judiciaire.

En début de semaine, Mme Kerns a demandé des sanctions contre un avocat travaillant pour un cabinet représentant la secrétaire d’État démocrate de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, après avoir été harcelée et menacée au cours du week-end en raison de sa fonction de représentante de l’équipe de campagne du président américain Donald Trump.

Linda Kerns a écrit le 16 novembre qu’elle avait « été soumise à un harcèlement continu sous forme de courriels offensants, d’appels téléphoniques, de menaces physiques et financières, et même d’accusations de trahison – tout cela pour avoir été représentante de l’équipe de campagne du président des États-Unis lors de ce litige ». Le porte-parole de l’équipe de campagne, Tim Murtaugh, a également confirmé ces affirmations.

Linda Kerns a ensuite demandé l’autorisation d’arrêter de travailler sur cette affaire.

Linda Kerns a déclaré qu’un avocat du cabinet Kirkland & Ellis du district de Columbia lui a laissé un message vocal d’une minute qui « ne respecte pas les normes de conduite professionnelle ». Dans une réponse, l’avocat Daniel Donovan, de Kirkland, a déclaré qu’il avait trouvé l’appel « discourtois et inapproprié », mais qu’il n’était pas d’accord avec la façon dont Mme Kerns l’avait décrit.

Il a également déclaré que l’associé de la société « agissait unilatéralement, à titre personnel, à l’insu ou sans l’autorisation de l’avocat soussigné ou du cabinet ».

C’est alors que le groupe Lincoln Project, anti-Trump, qui compte des centaines de milliers de partisans sur les réseaux sociaux, a proposé de faire pression sur l’équipe juridique de Donald Trump. Le cabinet d’avocats Porter, Wright, Morris & Arthur, se sont également retirés de l’affaire en Pennsylvanie.

Linda Kerns avait pris la relève après le départ du cabinet Porter, Wright, Morris & Arthur, selon les journaux.

De plus, deux membres républicains du Conseil des représentants du comté de Wayne, dans le Michigan, ont déclaré avoir été menacés et harcelés en début de semaine après avoir déclaré qu’ils ne voteraient pas pour valider l’élection. Ils ont ensuite changé leurs votes de certification, mais ont ensuite signé des déclarations sous serment pour annuler les votes.

« J’annule mon vote antérieur à la certification des élections du comté de Wayne », a déclaré Monica Palmer dans une déclaration sous serment signée le 18 novembre. « Je crois fermement que le vote du comté de Wayne ne devrait pas être validé. » L’autre solliciteur, William Hartmann, a également signé une déclaration sous serment, faisant écho à la plainte de Mme Palmer.

Les deux personnes ont fait valoir que « des actes d’intimidation et de coercition intenses » les ont obligés à voter pour valider les résultats. Ils ont également déclaré que des fonctionnaires leur avaient promis qu’un examen complet de l’élection serait mis en œuvre pour répondre à leurs préoccupations, mais qu’ils avaient appris par la suite qu’aucun examen n’aurait lieu.

Le 19 novembre, le professeur de droit constitutionnel Jonathan Turley a écrit dans son blog que les menaces contre les avocats et les républicains n’ont pas été dénoncées par des démocrates de haut rang ou les organes de presse traditionnels.

« Ce qui manque cependant, ce sont des demandes formulées dans les médias ou par des dirigeants démocrates pour mettre fin à cette campagne d’intimidation et d’abus menée par des groupes comme le Lincoln Project », a déclaré M. Turley.

« Alors que le président élu Joe Biden appelle à l’unité et à la guérison, il n’a rien dit au sujet des attaques menées contre les avocats de l’équipe de campagne de Donald Trump et de leurs clients. Il n’a rien dit sur les allégations de menaces violentes contre des fonctionnaires ou des avocats en rapport avec les contestations électorales. »

En outre, il a déclaré que des groupes tels que le Lincoln Project n’ont pas été dénoncés, et que les réseaux sociaux continuent de le soutenir.

Focus sur la Chine – Trump continue de lutter contre la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ