Une célèbre gorille orpheline secourue en 2007 meurt dans les bras de son gardien : « Il l’aimait comme sa fille »

Par Mariana Buendia
9 octobre 2021
Mis à jour: 9 octobre 2021

Une célèbre gorille, sauvée à l’âge de deux mois des bras de sa mère assassinée il y a 14 ans, est morte fin septembre dans les bras de son ami de toujours, le gardien du parc national des Virunga, au Congo.

Ndakasi est une célèbre gorille de montagne orpheline, qui a été trouvée et sauvée par des rangers au mois de juin 2007, s’accrochant à sa mère qui avait été tuée par des braconniers. La petite gorille n’avait que deux mois, elle était déshydratée et effrayée.

André Bauma, l’un des rangers, était chargé de la maintenir en vie. Cette nuit-là, sous une pluie battante, M. Bauma a serré Ndakasi contre sa poitrine nue pour lui tenir chaud et la réconforter, selon le parc.

Aujourd’hui, 14 ans plus tard, le 26 septembre, M. Bauma a été chargé de l’accompagner au cours de ses derniers jours de vie. La gorille orpheline, qui a vécu toute sa vie au centre Senkwekwe du parc national des Virunga au Congo, est morte dans les bras du gardien qui l’avait sauvée en ce jour tragique.

Andre Bahuma, un ranger du parc national de Virunga, joue avec un gorille des montagnes orphelin au sanctuaire des gorilles, dans l’est de la République démocratique du Congo, le 17 juillet 2012. (PHIL MOORE/AFP/GettyImages)

La célèbre gorille, connue pour son caractère enjoué, souffrait d’une « longue maladie qui a évolué rapidement », a expliqué le parc dans un communiqué.

« Ce fut un privilège de soutenir et de prendre soin d’une créature aussi aimante, connaissant le traumatisme subi par Ndakasi à un âge si précoce », a déclaré son gardien.

Toutefois, l’histoire de Ndakasi s’est terminée autrement, elle a été entouré de beaucoup d’amour et d’affection, prodigués par les autres gorilles du groupe et les rangers qui ont pris soin d’elle et l’ont accompagné tout au long de ces années.

La gorille de montagne orpheline, Ndakasi, repose dans les bras de son gardien, Andre Bauma, le 21 septembre 2021, peu avant son décès, que le parc a confirmé le 26 septembre. M. Bauma et d’autres membres du Centre des gorilles de montagne de Senkwekwe se sont occupés de Ndakasi et des autres orphelins pendant 13 ans. Ndakasi a souffert d’une longue maladie avant de mourir. (Brent Stirton/Getty Images)

« C’est la nature douce et l’intelligence de Ndakasi qui m’ont aidé à comprendre le lien entre les êtres humains et les grands singes. C’est pourquoi nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les protéger », a expliqué M. Bauma.

Le ranger a également expliqué par le passé que Ndakasi était une gorille extrêmement intelligente qui aimait jouer, avec une fascination certaine pour tout ce qui est en relation avec le monde humain. Ndakasi avait un comportement particulièrement séduisant.

Le monde entier a découvert Ndakasi lorsque plusieurs images sont devenues virales sur les réseaux. L’une d’entre elles, très particulière et spéciale, est le fameux « selfie » où la gorille semble prendre la pose pour être photographiée à côté de son gardien.

Sa personnalité excentrique a fait que sa vie a été très médiatisée. Elle est apparue dans plusieurs émissions et films, dont un documentaire dans lequel son rire, tandis que son gardien le chatouillait, a séduit des spectateurs.

« Je suis fier d’avoir appelé Ndakasi mon amie. Je l’aimais comme une fille et sa personnalité enjouée me faisait sourire à chaque fois que je la côtoyais », a ajouté M. Bauma.

Ndakasi a également « incarné l’esprit des Virunga ». Le parc a fait savoir que le massacre de sa famille et d’autres gorilles qui a eu lieu en 2007 a entraîné des réformes au sein de la structure pour renforcer la protection des gorilles de montagne de la région. Ces efforts ont permis le renouvellement de l’espèce.

Le garde forestier du parc national de Virunga Patrick Karabaranga joue avec une gorille de montagne orpheline au refuge pour gorilles du siège du parc à Rumangabo, dans l’est de la République démocratique du Congo, le 17 juillet 2012. Le parc des Virunga abrite quelque 210 gorilles de montagne, soit environ un quart de la population mondiale. Les quatre orphelins qui vivent dans le sanctuaire sont les seuls gorilles de montagne au monde à ne pas vivre dans la nature. Ils ont été emmenés ici lorsque leurs parents ont été tués par des braconniers ou après avoir été victimes de trafiquants qui tentaient de les faire sortir du parc. (PHIL MOORE/AFP via Getty Images)

« Ndakasi est née à une époque où la population mondiale des gorilles de montagne était fragilisée et en danger critique d’extinction. Cependant, au cours de son existence, l’espèce a augmenté de 47%, passant de 720 spécimens en 2007 à une estimation de 1063 en 2021 », indique le parc des Virunga sur son site web. Il explique également que le centre Senkwekwe est le seul au monde à s’occuper des gorilles de montagne orphelins.

Une belle expérience de vie et un adieu à cette célèbre gorille qui laissera un héritage à son espèce, tout en nous faisant prendre conscience de l’importance de protéger les gorilles ainsi que tous les êtres vivants dans leur habitat naturel.

« Ndakasi va nous manquer à tous à Virunga. Mais nous serons à jamais reconnaissants pour la richesse qu’elle a apportée à nos vies », a conclu son gardien.

Avec des informations fournies par Romina García


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ