Une centaine de gens du voyage réunis pour des funérailles pendant le confinement : « Personne ne peut nous empêcher »

Par Séraphin Parmentier
11 mai 2020
Mis à jour: 11 mai 2020

Alors que les mesures de confinement étaient toujours en vigueur, des membres de la communauté du voyage se sont rassemblés en grand nombre pour inhumer l’un de leurs proches.

Les faits ont eu lieu dans la matinée du samedi 9 mai à Compiègne. Des membres de la communauté des gens du voyage de Rivecourt ont assisté aux funérailles de l’un de leurs proches au cimetière nord de la ville.

D’après Le Courrier Picard, une centaine de personnes auraient assisté aux obsèques. L’hommage rendu au défunt a commencé dans la matinée rue de la Pantoufière, à Rivecourt, avant de se poursuivre à l’église du Meux et de s’achever au cimetière nord de Compiègne.

Une affluence qui a largement dépassé le seuil de vingt personnes autorisé pendant le confinement, comme le rappelle le quotidien régional.

À la suite d’une vidéo diffusée sur le site d’Oise hebdo, le rassemblement a été abondamment commenté sur les réseaux sociaux, suscitant l’incompréhension de plusieurs internautes.

« C’est deux poids, deux mesures », s’est notamment ému Alain, qui attend le mois de juin pour honorer en famille la mémoire de sa mère décédée du virus du Parti communiste chinois (PCC)*, connu sous le nom de nouveau coronavirus.

« C’est une communauté qui fout la trouille et donc on ferme sa gueule », écrit pour sa part une femme prénommée Julie.

Un accord passé avec les forces de l’ordre

Des critiques auxquelles les membres de la famille du défunt inhumé à Compiègne le 9 mai ont souhaité réagir.

« Nous avons eu assez de peine comme ça. Ne soyez pas si arrogants avec la communauté des gens du voyage », a déclaré Tony, qui se présente comme un neveu du mort.

« Personne ne peut nous empêcher d’être aux funérailles de nos proches. Les cimetières sont sacrés », abonde un autre membre de la communauté des gens du voyage.

Selon les journalistes du Courrier Picard, les forces de l’ordre n’auraient relevé aucune infraction pendant les funérailles.

« Tout s’est déroulé de manière calme et respectueuse, avec discernement sur les impératifs et obligations de chacun », affirme un officier de police.

« Les gendarmes et les policiers ont veillé à ce que tout se passe correctement : le port de masques, le respect des distances. Un accord avait été passé entre les forces de l’ordre et les intéressés. Dans notre pays, il y a des gens différents qui vivent différemment et il faut accepter leurs différences tant qu’il n’y a pas de danger manifeste. Susciter des réactions chez des gens dans la peine aurait conduit à un manquement aux mesures-barrière bien pire », commente pour sa part Philippe Marini, le maire (LR) de Compiègne.

Début mai, pendant une intervention diffusée sur sa page Facebook, l’édile avait pourtant précisé que les cérémonies funéraires seraient « toujours limitées à moins de vingt personnes » après le 11 mai, au moment du déconfinement. Une mesure qui n’était visiblement pas toujours respectée, même pendant le confinement.

 

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le «  virus du PCC  » car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ