Une charte pour permettre aux nouveau-nés hospitalisés de rester auprès de leurs parents

Par Sarita Modmesaïb
21 novembre 2021
Mis à jour: 21 novembre 2021

La charte du nouveau-né hospitalisé a été dévoilée mercredi afin de remédier à la séparation physique entre les parents et leur nouveau-né lorsqu’il est hospitalisé à la naissance.

C’est à l’hôpital Hautepierre de Strasbourg que cette charte a été dévoilée par le secrétaire d’État à l’Enfance, Adrien Taquet, l’association SOS Prema et la Société Française de Néonatalogie (SFN), à l’occasion de la journée internationale de la prématurité.

« Nous ne voulons plus jamais que l’enfant soit séparé de ses parents à sa naissance », a souligné Charlotte Bouvard, fondatrice de SOS Préma, précisant que cette séparation « est absolument inacceptable et toutes les preuves scientifiques montrent combien (la présence des parents) est essentielle dans la construction du lien parents-enfant et le développement de l’enfant ».

10% des nourrissons hospitalisés

Aujourd’hui, selon le Secrétariat d’État à l’enfance, environ 10% des naissances nécessitent une hospitalisation immédiate du nourrisson, le séparant de ses parents pendant parfois plusieurs jours : sur 740 000 naissances par an, 75 000 sont suivies d’une hospitalisation (dont 60 000 bébés prématurés).

Dans ce cadre, SOS Prema précise que 39 % des mères d’un bébé hospitalisé à la naissance ont rencontré leur enfant plus de 5 heures après l’accouchement, selon une enquête réalisée au dernier trimestre 2020 auprès de 1104 jeunes parents.

Cette proportion peut s’élever jusqu’à 54 % pour les naissances par césarienne.

« Zéro séparation »

Adrien Taquet a ajouté que la « négation du rôle de la mère » observée lors de certaines hospitalisations n’est « supportable, ni individuellement ni collectivement » et relève d’ « une forme de maltraitance ».

La charte a été diffusée auprès de 490 services de néonatalogie en France. Basée sur le principe de « zéro séparation », elle se décline en 10 points, instaurant une « présence continue, 24 heures sur 24, d’au moins l’un des parents » auprès de l’enfant, ou encore autorisant « la participation des parents aux soins » reçus par le bébé… Elle reconnaît ainsi leur « rôle protecteur (…) dans la prise en charge de la douleur » du nourrisson.

Selon Pierre Kuhn, chef du service de néonatologie au CHRU de Strasbourg et membre de la SFN, « les nouveau-nés perçoivent beaucoup de choses de leur environnement, et ont besoin en particulier des stimulations qui proviennent de leurs parents pour bien se développer ».

Dans cette optique, Adrien Taquet a aussi annoncé le lancement d’un appel à projet sur 10 sites, d’ici 2022, visant à permettre la sortie précoce d’un prématuré avec la mise en place d’équipes mobiles pour la prise en charge du nourrisson au domicile de la famille.

Ce dispositif pourra être financé à hauteur de 2,6 millions d’euros pendant trois ans.

 


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ