Une Chinoise de 22 ans dessine des caricatures se moquant du régime, les autorités la jettent en prison

Par David Vives
3 août 2019 Mis à jour: 3 août 2019

En Chine, le manque d’esprit nationaliste semblerait être devenu le dernier crime en date, comme en témoigne l’histoire d’une jeune diplômée de 22 ans.

Zhang Dongning a commencé à utiliser des caricatures du style japonais pour dépeindre les tendances sociales. Au cours des deux dernières années, la jeune dessinatrice de la province d’Anhui a produit une série de plus de 300 caricatures satiriques sur le thème du porc.

Ses créations illustrent des tendances telles que l’engouement traditionnel pour la couture Han, les anciens combattants qui réclament leurs prestations de retraite non payées ou encore la frénésie gourmande des touristes chinois pour les buffets en Thaïlande. Tous les personnages chinois qu’elle dessine sont de petits cochons surnommés « pigples ».

year of pig
Une caricature intitulée « Bonne année du Cochon 2019 » (Weibo)

Avant le Nouvel An, lorsque la Chine est officiellement passée à l’Année du Cochon, Zhang a affiché une nouvelle caricature sur le thème du cochon « célébrant » l’occasion : une carte de la Chine en forme de cochon au visage sombre, prostré, en couleur vermillon, sur laquelle plusieurs personnages à la tête de cochon manifestent contre les récents scandales en Chine. Cinq étoiles jaunes apparaissent bien en évidence dans le coin supérieur gauche, faisant référence au drapeau de la Chine communiste.

Les autorités s’en mêlent

Le 28 juillet, les autorités locales de Tianjia’an, une branche du Bureau de la sécurité publique de Huainan, ont annoncé que Zhang avait été arrêtée pour être une « Jingri » et pour avoir « insulté la Chine ». Littéralement traduit par « Japonais dans l’esprit », le terme « Jingri » est devenu populaire parmi les Chinois continentaux l’année dernière comme une référence quelque peu désobligeante aux ressortissants chinois qui s’identifient plus au Japon qu’à leur propre pays.

La police a accusé Zhang d’ « insulter l’image du peuple chinois, de déformer intentionnellement les faits historiques de la Chine et de mal interpréter les informations sur les tendances en Chine et à l’étranger », selon cette déclaration.

« [Les caricatures] avaient gravement blessé les sentiments chinois et piétiné la dignité nationale, l’impact sur la société était très préjudiciable », peut-on lire dans la déclaration, ajoutant que les responsables avaient décidé d’arrêter Zhang pour prévenir d’éventuelles « futures activités criminelles » et pour « nettoyer l’espace qu’est Internet ».

La déclaration indiquait également que la police avait lancé une enquête en octobre 2018 après que la série de dessins animés « insultant la Chine » eut été portée à leur attention.

cartoon zhang dongning
Un dessin montrant un vétéran qui quémande sa retraite, sur la pancarte est écrite « Donnez-moi une petite bouchée de nourriture ». (Weibo)

Le même jour, la police de cinq autres régions du pays a également annoncé l’arrestation de huit autres personnes dites « pro-japonaises », dont un dénommé Lu, qui aurait été de connivence avec Zhang. Tous deux publiaient les créations de la dessinatrice sur Weibo, l’équivalent chinois à Twitter où ils faisaient circuler les dessins animés. Leurs comptes ont été désactivés par les autorités.

Les internautes s’expriment

L’emprisonnement du jeune caricaturiste a suscité l’indignation sur Internet en Chine. Les critiques ont attribué l’arrestation de Zhang à l’intensification de la campagne de censure en ligne et dans les médias, alors que le Parti communiste chinois se prépare à célébrer le 70e anniversaire de la fondation du régime.

Nie Chenxi, vice-directrice du département Publicité en charge de la diffusion de la propagande en Chine, a émis des directives demandant aux bureaux locaux de « se tenir sur le terrain politique pour moduler chaque épisode télévisé, chaque documentaire et chaque caricature » et d’être à l’affût à « chaque seconde » pour repérer ce qui pourrait s’écarter de « récits ou histoires non officiels » ou des « sujets sensibles », selon les médias.

« Qu’y a-t-il de mal à ce que Zhang Dongning fasse une série de dessins animés sur le thème du cochon ? C’est l’année du cochon, et de nombreuses familles ont affectueusement appelé leur nouveau-né ‘cochon d’Inde' », a déclaré le journaliste d’investigation Gao Yu pour la défense de Zhang. Elle-même dissidente de premier plan, Gao a déjà été détenue pendant sept ans pour ses reportages sur la politique du cercle de l’élite de la Chine.

Certains internautes ont affirmé s’identifier à ce que Zhang dépeignait et posent la question de ce qu’est le « crime » de s’identifier à l’esprit japonais.

« Quel genre de crime est ‘l’esprit japonais’, les autorités peuvent-elles se manifester et donner une explication ? », a écrit une personne sur Weibo. « Le droit pénal doit faire de la place pour des dizaines de blancs pour les nouvelles accusations criminelles. »

« Ce que je mange, c’est de la nourriture contaminée, ce que je bois, c’est de l’eau contaminée, ce que je respire, c’est de l’air contaminé », écrit un autre. « Merci d’avoir dit la vérité. »

Absence de base juridique

Plusieurs avocats chinois ont également rédigé des analyses réfutant davantage les affirmations des autorités.

« Pour les accusations insultantes, la cible des crimes ne peut être que des individus et non un groupe, il doit y avoir des victimes spécifiques », a écrit Fu Wen, avocat de Shandong dans un article sur Weibo. « Dans ce cas, supposant que la victime soit tout le peuple chinois, la question est de savoir si chaque Chinois penserait que sa dignité et sa réputation personnelles ont été lésées. »

Zang Qiyu, avocat basé à Pékin, a annoncé publiquement sur Weibo qu’il était prêt à défendre Zhang gratuitement.

L’avocat a déclaré que ni « insulter la Chine », ni être « spirituellement japonais », ne constituent un délit criminel.

« C’est un dessin animé représentant une situation réelle », a dit Zang à Inkstone. « Si vous accusez Zhang d’insulter la dignité et la réputation de tous les Chinois, ça ne marcherait pas. Pour ma part, je ne me sens pas insultée, et je suis Chinois ».

RECOMMANDÉ