Une Chinoise infectée par le coronavirus se serait échappée de Wuhan pour venir en France – elle s’en vante sur les médias sociaux

Par Laurent Gey - Epoch Times
23 janvier 2020 Mis à jour: 24 janvier 2020

Selon le journal britannique Express, une Chinoise qui se savait infectée par le coronavirus mortel a caché ses symptômes pour se rendre en France à bord d’un avion. Elle s’est ensuite vantée en publiant en ligne des photos d’elle avec des amis qu’elle a rencontrés à son arrivée.

Les transports ferroviaire et aérien sont suspendus depuis jeudi au départ de Wuhan, la ville du centre-est de la Chine où est apparu le nouveau coronavirus qui s’est étendu à plusieurs autres pays, tandis que l’OMS a prolongé sa réunion d’urgence. Les 11 millions d’habitants de cette agglomération ne peuvent plus sortir sans une raison particulière, ont annoncé les médias d’Etat, relayant la décision des autorités chinoises.

Pourtant une Chinoise aurait réussi à s’échapper de cette quarantaine géante en cachant les symptômes du coronavirus et en se rendant ensuite en France par avion.

Alors que le bilan du nouveau est de 17 morts, la femme « infectée » a posté sur Weibo son « évasion » de Wuhan et comment elle appréciait maintenant la nourriture dans une ville française.

Elle écrit: « Enfin, je peux avoir un bon repas, j’avais l’impression de mourir de faim depuis deux jours. Dans une ville aux spécialités mondiales, bien sûr, nous devons manger de la nourriture avec des étoiles Michelin. Cela a également été plus que réussi, car avant mon départ, j’avais de la fièvre et je toussais beaucoup. J’ai pris beaucoup de médicaments, ce qui a fait baisser ma fièvre. Enfin, ma fièvre a baissé et j’ai pu sortir. « 

Les utilisateurs de Weibo ont été choqués  par les actions potentiellement mortelles de la femme. L’un d’eux a écrit sur le réseau social chinois: «Ce genre de personne n’a aucune honte». Un autre a posté: « C’est une bombe à retardement. »

Un antipyrétique pour cacher le symptômes du coronavirus

Toujours selon l’Express, la femme aurait utilisé un antipyrétique, un médicament qui abaisse la température corporelle lors d’une fièvre – ce qui lui a permis de passer les contrôles sanitaires à Wuhan.  La femme « infectée » explique dans un post que si son infection avait été diagnostiquée, elle serait devenue une « personne super-infectée ».

Cette nouvelle survient alors que de nombreux autres cas de personnes infectées par le virus ont été révélés, y compris Wang Guangfa, membre du groupe d’experts de la Commission nationale chinoise de la santé et de la médecine qui s’était rendu à Wuhan plus tôt et avait déclaré que l’épidémie était «contrôlable et évitable». Cependant, il a reçu un diagnostic de pneumonie à Wuhan le mercredi 22 janvier.

Le virus commence à se propager en dehors de la Chine

Selon l’AFP, le nombre total des personnes contaminées s’élève à plus de 500 dans ce pays, en majeure partie à Wuhan. Hong Kong a signalé mercredi son premier cas suspect, un homme de 39 ans arrivé en train de Wuhan. Le résultat définitif des tests médicaux ne sera connu que jeudi 23 janvier.

Les contrôles de température se sont généralisés cette semaine dans plusieurs aéroports d’Asie et du pourtour du Pacifique pour repérer et isoler les passagers infectés par le virus.  Des contrôles ont été mis en oeuvre dans cinq aéroports des Etats-Unis, ainsi qu’au Royaume-Uni, au Nigeria et en Italie. Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, les Etats-Unis ont annoncé mardi un premier cas.

Des centaines de millions de Chinois voyagent à travers leur pays pour se retrouver en famille à l’occasion des congés du Nouvel An lunaire, qui commencent vendredi.

Le président chinois Xi Jinping a assuré au téléphone à son homologue français Emmanuel Macron que la Chine avait pris « des mesures de prévention et de contrôle strictes », selon des propos rapportés par l’agence de presse Chine nouvelle. D’après la commission nationale de la santé chinoise, Li Bin, le virus, qui se transmet par les voies respiratoires, « pourrait muter et se propager plus facilement ».

Pour l’instant pas de réaction des autorités françaises sur ce cas potentiellement épidémique arrivé sur le sol français.

RECOMMANDÉ