Une coalition mondiale de législateurs dénonce la persécution du Falun Gong par le PCC à l’occasion du 22e anniversaire de sa création

Par Mimi Nguyen-ly
22 juillet 2021
Mis à jour: 22 juillet 2021

Un groupe international de législateurs a publié une déclaration pour dénoncer les atrocités du Parti communiste chinois (PCC) en matière de droits de l’homme, à la veille de la 22e année de persécution de la pratique spirituelle Falun Gong en Chine.

« Il y a vingt-deux ans, le Parti communiste chinois a entamé une campagne de persécution contre les pratiquants de Falun Gong », a déclaré le 19 juillet l’Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), qui regroupe plusieurs partis. « Nous profitons de cet anniversaire solennel pour nous souvenir de toutes les minorités ethniques et religieuses persécutées par le gouvernement chinois, notamment les bouddhistes tibétains, les chrétiens, les Ouïghours et d’autres groupes turcs majoritairement musulmans. »

L’IPAC est une coalition de législateurs axée sur la réforme des approches adoptées par les pays démocratiques pour faire face à l’influence mondiale autoritaire et croissante du PCC. Créée en juin 2020, la coalition est composée de plus de 100 politiciens de 20 nations.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique d’amélioration de soi qui a été présentée pour la première fois au public en Chine par son fondateur, M. Li Hongzhi, en 1992. Cette pratique comprend des enseignements fondés sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance, ainsi que cinq exercices doux de méditation. Elle est désormais pratiquée dans plus de 110 pays par des millions de personnes.

Dans sa déclaration, l’IPAC a appelé l’attention du monde entier sur les centaines de milliers de pratiquants de Falun Gong qui ont été arrêtés et harcelés ou torturés en Chine depuis que le PCC a commencé sa persécution brutale le 20 juillet 1999.

Cette persécution a été déclenchée par l’ancien chef du PCC, Jiang Zemin, qui a ordonné l’interdiction et l’éradication du Falun Gong. Il a également ordonné la création du Bureau « 610 », dont la seule fonction était de persécuter et d’éradiquer le Falun Gong. Cette agence extralégale, créée le 10 juin 1999, a reçu le pouvoir d’outrepasser la police et les tribunaux en Chine.

Des chercheurs aux États-Unis ont appelé les dirigeants à reconnaître la persécution du Falun Gong par le PCC comme un génocide.

« Le génocide est la destruction d’une partie d’une communauté religieuse, par exemple, avec l’intention de l’éradiquer, et je pense qu’il ne fait aucun doute que ce qui est arrivé au Falun Gong au cours des dernières décennies répond à ce critère », a déclaré Nina Shea, membre senior et directrice du Center for Religious Freedom de l’Hudson Institute, lors d’un rassemblement à Washington le 16 juillet.

De nombreux pratiquants de Falun Gong emprisonnés ont été « soumis aux formes de torture les plus sévères » dans le but de les forcer à renoncer à leur foi, a déclaré l’IPAC.

« Les rapports faisant état de prélèvements forcés d’organes sur des pratiquants de Falun Gong et des prisonniers de conscience en Chine sont particulièrement inquiétants », ajoute le groupe, qui note que l’analyse d’un tribunal populaire indépendant, connu sous le nom de Tribunal chinois, a conclu que les meurtres de pratiquants pour leurs organes vitaux « ont été perpétrés à grande échelle, sous l’égide de l’État et de manière systématique ».

Si les pratiquants de Falun Gong constituaient la « source principale » des organes, le tribunal a indiqué dans son rapport, publié en mars 2020, que d’autres groupes minoritaires, notamment les Ouïghours, sont également des cibles probables de ces crimes horribles.

« Nous demandons une fois de plus à nos gouvernements de se lever et de s’exprimer pour mettre fin à une telle répression », a déclaré l’IAPC. « Les États démocratiques doivent prendre des mesures pour mettre fin au commerce et à l’utilisation d’organes prélevés de force dans le monde entier. Le gouvernement chinois doit être tenu responsable du respect des droits de l’homme de tous les peuples en Chine. »

Selon Minghui.org, un site Web basé aux États-Unis qui suit la persécution du Falun Gong en Chine, il a été confirmé que 4 641 pratiquants sont morts à cause de la persécution du PCC au cours des 22 dernières années. Le site indique que le nombre réel de morts serait beaucoup plus élevé, « mais en raison de la stricte censure en Chine, de nombreux cas ne sont pas signalés ou nécessitent une enquête plus approfondie ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ