Une conductrice aperçoit un homme vendant du bois de chauffage pour payer les frais médicaux de sa femme, puis elle apprend qu’elle est décédée

Par Louise Bevan
8 août 2019 Mis à jour: 8 août 2019

La curiosité de Jessica Pittman a été piquée lorsqu’elle a aperçu un vieil homme sur le bord de la route, debout à côté d’un 4×4, dans sa ville natale de Gulfport, dans l’État du Mississippi. Jessica s’est arrêtée et a vu que l’homme était accompagné d’une dame âgée et que les deux vendaient des choses sur le bord de la route.

©GoFundMe | Leslie Smith

L’homme s’appelait Kenneth Smith. En bavardant avec le couple bienveillant, Jessica apprit que la femme, Helen, était l’épouse de Kenneth depuis plus de 30 ans. « Elle s’asseyait et faisait signe à tous ceux qui passaient », a relaté Kenneth à WLOX. Lorsque Jessica les a rencontrés, le couple vendait du bois d’allumage et de chauffage pour payer les frais médicaux d’Helen.

Quelques années auparavant, Helen avait reçu le diagnostic déchirant de cancer du poumon. Ses factures de frais médicaux se sont accumulées et sont rapidement devenues impossibles à régler. Cependant, le couple était déterminé à poursuivre le combat. C’est alors que Kenneth a coupé les branches d’un arbre pourri en petits morceaux de bois d’allumage et a commencé à vendre du bois d’allumage pour 5 € le sac.
Photo: avec l’aimable autorisation de Leslie Smith

Un an après avoir fait la connaissance du couple âgé, Jessica a de nouveau croisé Kenneth sur le bord de la route. Il vendait encore du bois d’allumage, mais cette fois, il était seul. Helen avait perdu la bataille contre le cancer et était malheureusement décédée.

Kenneth, endeuillé et accablé de factures impayées, n’avait d’autre choix que de continuer à vendre son bois de chauffage. Plusieurs fois, Jessica est passée devant le vieil homme, mais un jour son cœur déchiré n’a pas pu supporter la scène dont elle était témoin.

Photo courtesy of Leslie Smith

Elle a vu une procession funèbre passer. Kenneth, laissant de côté son propre chagrin d’amour, se tenait solennellement avec son chapeau de paille sur la poitrine.

Jessica avait pris sa décision : elle allait faire tout ce qu’elle pouvait pour aider le veuf âgé, mais elle avait besoin de l’aide de sa communauté locale. Elle s’est tournée vers Facebook pour faire connaître le sort de Kenneth.

« Si vous avez besoin de bois d’allumage, s’il vous plaît achetez-le auprès de ce cher homme âgé de 80 ans », a publié Jessica. « Il est là tous les jours pendant des heures, pour 5 $ le sac. »

Photo: avec l’aimable autorisation de Leslie Smith

« L’année dernière, il était là pour vendre aussi », se rappelle la résidente de Gulfport émue, « mais il avait sa gentille petite femme, Helen, avec lui. Il vendait le bois pour payer les visites chez le médecin de sa femme. Cette année, il est seul. »

Kenneth a avoué à Jessica continuer à vendre du bois de chauffage pour terminer de rembourser la colossale dette du couple. « Chaque fois que je le croise, mon cœur se brise », a écrit Jessica. « Il fait signe à chaque voiture qui passe. »

Photo: avec l’aimable autorisation de Leslie Smith

À la mort d’Helen, Kenneth a perdu la moitié de ses prestations de sécurité sociale, selon le Daily Mail. « Il a de la difficulté à joindre les deux bouts », a partagé Jessica, implorant sa communauté de soutenir les efforts de Kenneth.

La publication de Jessica a touché des gens aux quatre coins du pays et les affaires de Kenneth ont commencé à connaître un grand succès. « Je pense que c’est une chose merveilleuse, c’est merveilleux que tant de gens veuillent aider un homme avec un si grand cœur », a dit Jill Paige à WLOX après avoir acheté plusieurs sacs de petit bois de Kenneth.

Photo courtesy of Leslie Smith

« Je l’admire beaucoup », a déclaré Karen Blakeney, une autre cliente qui venait de perdre son propre mari. « Il travaille et fait ce qu’il peut pour s’en sortir. »

Le fils de Kenneth, encouragé par le soutien de la communauté locale, a ouvert un compte GoFundMe pour son père : en une seule semaine, 100 000 € ont été amassés. Kenneth était immensément reconnaissant et dépassé par les événements.

« Cela me porte à croire que nous vivons dans un bon pays, et ces choses-là en font partie », a-t-il dit.

Partager ses problèmes c’est les réduire de moitié. Ou, dans le cas de Kenneth, c’est la différence bien tangible entre une vie endettée et la chance de vivre une vie paisible et sans soucis, comme sa chère épouse Helen l’aurait voulu pour lui.

RECOMMANDÉ