Une croix en bois de 15 mètres et un drapeau tricolore hissés au sommet du pic Saint-Loup

Par Emmanuelle Bourdy
20 mai 2020
Mis à jour: 20 mai 2020

Quelques membres du parti de droite Objectif France ont effectué l’ascension du pic Saint-Loup, près de Montpellier, pour implanter une croix de bois et ainsi remplacer la croix de fer vandalisée une dizaine de jours plus tôt.

Ainsi que le rapporte Midi libre, une dizaine de personnes d’Objectif France ont érigé cette nouvelle croix de bois, afin de remplacer la croix en fer qui avait été sectionnée à la base dans le week-end qui a précédé le déconfinement. Venus de l’Hérault, d’Aix-en-Provence et de Marseille, ces personnes étaient toutes animées d’une même volonté ; rétablir ce symbole.

Rémy Groussard faisait partie de l’équipe des volontaires pour ériger la croix de bois. Ce jeune entrepreneur de 25 ans basé à Graissessac (dans le Biterrois), a bien précisé que cette action était « symbolique, citoyenne, non religieuse ». Il a ajouté : « Ça a été une blessure de voir ça. On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose. Chacun a donc fait une petite partie du travail. »

C’est ainsi qu’une dizaine de personnes ont entrepris l’ascension du pic Saint-Loup dimanche dernier. Même si le site avait été sécurisé et que les sentiers depuis Cazevieille étaient interdits, les 150 kilos de bois ont quand même été transportés à bout de bras par la dizaine de volontaires.

La nouvelle croix de 15 mètres de haut et recouverte d’une peinture brillante a été montée sur place. Un immense drapeau Français avait également été érigé à côté de la croix. « On a la volonté de montrer que des casseurs, il y en aura toujours mais il y a aussi des gens qui se lèvent à 5 heures du matin, qui n’hésitent pas à marcher pour reconstruire », avait indiqué Rémy Groussard qui a filmé l’événement et l’a publié sur sa chaîne YouTube « Demain c’est mieux ».

Si la nouvelle croix de bois a été érigée par un groupe se réclamant de droite, les soupçons sur la dégradation de la croix de fer se portent plutôt sur un groupe d’extrême gauche. Le maire de Cazevieille, Jean Vallon, est agacé. « Je regrette que cela prenne cette tournure. Cela m’énerve que ce sommet devienne un enjeu politique : un coup à gauche, un coup à droite », déplore-t-il.

La section de recherche mène l’enquête afin de déterminer les auteurs de l’acte de vandalisme. La nouvelle croix de bois et le drapeau ont été désinstallés sur demande de la municipalité, dès le lendemain de leur mise en place. Midi libre précise qu’une cagnotte Leetchi « pour la commune de Cazevieille » a été ouverte par les membres d’ Objectif France mais ignore si la municipalité va cautionner cette action.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ