Un défi lancé au maire de Metz : parcourir les rues du centre-ville les yeux bandés

Par Emmanuelle Bourdy
16 février 2020
Mis à jour: 16 février 2020

Joachim est un enfant malvoyant âgé de cinq ans. Pour Joachim, la vie est loin d’être facile avec ce genre de handicap. Joachim rencontre de nombreux inconvénients, notamment la canne blanche qui se coince entre les pierres, sans compter les nombreux obstacles à éviter dans la rue.

En se mettant dans la peau de Joachim, le maire de Metz, Dominique Gros, a expérimenté ce que vivent les malvoyants. Pendant une heure, Joachim lui a lancé le défi de parcourir la ville les yeux bandés, ainsi que le relate France Bleu. Accompagné de Joachim, le maire a ainsi arpenté les rues du centre-ville avec une canne blanche, ce vendredi matin.

Une expérience qui lui aura permis de constater que toutes ces petites choses que l’on évite naturellement quand on n’a pas ce handicap, se transforment en un véritable parcours du combattant lorsqu’on est malvoyant. C’est ainsi que Dominique Gros a constaté que les présentoirs de magasin, les chevalet publicitaires et le mobilier urbain peuvent s’avérer très problématiques et gênants pour les personnes ayant une déficience visuelle. De plus, le marquage au sol en relief n’est pas toujours complet, sans compter la dangerosité des véhicules électriques tels que la navette du centre-ville du Met’.

Sophie Jumeau, une ergothérapeute, a été partie prenante dans cette initiative. Son but étant de faire comprendre au maire que certaines zones sont particulièrement compliquées à appréhender pour les malvoyants. C’est entre autre le cas des zones de rencontre, là où doivent se croiser les automobilistes, les piétons mais également les cyclistes et les bus. Dans ces zones, les repères se font rares, voire deviennent inexistants. Il n’y a plus de trottoirs, plus de marquage au sol et les malvoyants n’arrivent pas à s’imaginer aisément l’espace qui les entoure.

Cependant, pour le maire, ce sont aux automobilistes de s’adapter aux piétons qui sont prioritaires, leur limitation de vitesse ne devant pas excéder les 20 km/h.

Afin de sensibiliser les gens, les parents de Joachim ont créé une association baptisée UniversJo, le but étant de faire connaître le syndrome de Morsier.

Olivier Lallemand, le père de Joachim, est bien décidé à lancer le même défi au prochain maire de Metz, Dominique Gros ne se représentant pas aux élections municipales. En octobre, les parents du jeune garçon avaient notamment organisé un repas dans le noir.

RECOMMANDÉ