Une entreprise de désinsectisation reçoit une demande pour «enlever» des cigales trop bruyantes

Par Emmanuelle Bourdy
23 juillet 2019
Mis à jour: 24 juillet 2019

A Ribérac en Dordogne, Sylvie Cornu est gérante de l’entreprise Allo 3D qui est spécialisée dans la désinsectisation. La semaine dernière dans sa boîte mail, elle a reçu une demande pour le moins étonnante.

En effet, l’expéditeur du message demandait à cette entreprise de «l’aider» à «enlever» les cigales présentes dans les arbres proches de sa maison pour la simple raison qu’elles sont trop «bruyantes» ainsi que le rapporte France Bleu.

Les cigales n’étant pas considérées comme des nuisibles, Sylvie Cornu s’indigne d’une telle requête et préfère «perdre un gros chèque» plutôt que de répondre favorablement à cette demande qu’elle juge «pas du tout écologique ni éthique».

Elle raconte : «J’ai complètement halluciné quand j’ai vu ça. C’est une première car d’habitude on nous appelle pour des puces, des punaises de lit, des moustiques, des mouches… mais pas des cigales quoi de toute façon maintenant on ne supporte plus le chant du coq, les clochers des églises dans les petits villages, les grenouilles… maintenant faudrait détruire les cigales !»

Des Ribéracois, également choqués par la démarche, s’expriment sur le sujet. «Les cigales ça m’inspire les moments de détente dans mon jardin alors on a la chance de vivre à la campagne et de pouvoir les entendre», explique l’une tandis qu’un autre s’offusque : «C’est ridicule de vouloir les éliminer, c’est totalement aberrant».

Mais ce n’est malheureusement pas la première fois que les bruits de la campagne dérangent certaines personnes, peu sensibles à ce charme rural.

Toujours en Dordogne, précisément à Grignols, des gens ont été condamnés à vider leur mare parce que le bruit des grenouilles embêtaient le voisin. La justice leur a donné raison et ils ont été contraints de reboucher la mare située dans leur jardin.

A Saint-Chartres, dans la vallée de la Dive, en région Poitou-Charentes, le propriétaire d’une résidence secondaire située au pied de l’église de ce petit bourg a porté plainte contre la municipalité en 2017, jugeant le niveau sonore des cloches de l’église trop élevé. Sans parler d’une plainte à Blis-et-Born en raison d’un coq trop bruyant et de bien d’autres.

Bruno Dionis du Séjour, le maire de Gajac, avait demandé lors du grand débat national lancé en janvier 2019, que les bruits de la campagne tels que le chant du coq, le son des cloches ou encore le coassement des grenouilles soient inscrits au «patrimoine national». Bruno Dionis du Séjour s’insurgeait contre ces doléances, désapprouvant les plaignants : « Laissez-nous vivre à la campagne ! Quand les gens se plaignent du meuglement des vaches ou du chant des coqs, ça m’est insupportable, je dis stop ! »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ