Une étoile brillante d’Orion a perdu sa lumière. Les astronomes s’attendent à une explosion de supernova

Par Anastasia Gubin - La Gran Epoca
27 décembre 2019 Mis à jour: 27 décembre 2019

Les astronomes craignent que l’étoile brillante Bételgeuse, dans la constellation d’Orion, environ 1 400 fois plus grosse que le Soleil, n’explose, si ce n’est déjà fait. Les revendications surviennent après que l’étoile s’est assombrie à son niveau le plus bas jamais vu.

« La Bételgeuse (Ori alpha) est devenue exceptionnellement faible », a révélé le 23 décembre une étude menée par Edward Guinan de l’université Villanova.

« Bételgeuse est parmi les étoiles les plus brillantes, [de l’ordre de] la 6e ou 7e [étoile la plus brillante]. Mais en 2019, à la mi-décembre, l’étoile a glissé vers le rang de la 21e étoile la plus brillante. La supergéante rouge a maintenant une luminosité plus proche de celle de Bellatrix », a ajouté le rapport.

L’European Southern Observatory avait souligné, en publiant une image de Bételgeuse avec le télescope ALMA, que l’étoile « brille de mille feux, ce qui lui donne une courte espérance de vie ». Il a également dit que « lorsque cela se produira, l’explosion qui en résultera sera visible de la Terre, même en plein jour ».

Bételgeuse est une supergéante rouge, âgée d’environ 8 millions d’années seulement. C’est l’une des plus grandes étoiles connues dans notre galaxie, la Voie lactée, aujourd’hui. Elle est située à environ 600 années-lumière, dans la constellation d’Orion, également connue sous le nom du « Chasseur ».

Après avoir explosé comme une supernova par manque de combustible, Bételgeuse se transformera probablement en une étoile à neutrons d’une masse 1,5 fois supérieure à celle de notre Soleil et deviendrait alors un pulsar, a déclaré l’astronome de la NASA Sten Odemwald dans son article paru dans le site web d’informations Huffpost.

Le Dr David Boyce, directeur du Département de physique dans une académie britannique, suggère également que Bételgeuse suit les traces d’une explosion de supernova, de sorte que l’étoile émettra plus de lumière que la Voie lactée et sera l’objet le plus brillant dans le ciel, a rapporté le site web d’informations australien News.

« Quoi qu’il arrive, cela vaudra la peine d’être vu », a dit le Dr Boyce. « Une supernova dans notre galaxie est un spectacle unique en son genre », a-t-il ajouté.

D’autres ne partagent pas la même opinion et pensent que Bételgeuse est une étoile variable dont la luminosité est susceptible de changer, de sorte que l’explosion se produirait plus tard. La raison est que l’étoile varie habituellement en luminosité, bien que ce ne soit pas comme maintenant.

« Cette saison montre que la luminosité de l’étoile a diminué depuis octobre », a déclaré le professeur Guinan, dans un article publié sur le service de publication internet The Astronomer’s Telegram, selon News.

« Bételgeuse connaît des variations de luminosité compliquées, quasi périodiques, avec une période dominante d’environ 405 à 435 jours. Mais Bételgeuse présente également de plus petites variations de luminosité à long terme (5 – 6 ans) et à court terme (100 – 180 jours). C’est actuellement le plus faible que l’étoile ait connu pendant nos plus de 25 ans de surveillance continue », indique la note.

Les astronomes de l’ESO ont observé dans le passé que l’étoile montre un vaste panache de gaz presque aussi grand que notre système solaire.

Les astronomes ont également découvert une bulle géante en ébullition à la surface de Bételgeuse. Ces caractéristiques signifient, selon l’équipe de l’ESO, que l’étoile se brisait déjà en gaz et en poussière à des vitesses énormes.

Une explosion

Si l’on considère qu’une expansion de Bételgeuse, de sa couche de gaz, a lieu, les vitesses auxquelles ce gaz chargé de particules radioactives se déplace seraient d’environ 10 000 kilomètres par seconde par rapport à la moyenne de 450 kilomètres par seconde du vent solaire, dit l’astronome Sten Felix Odenwald.

« La coquille arriverait ici environ 100 000 ans après que nous ayons vu l’étoile briller. » Pourtant, le système solaire serait protégé contre ces rayonnements.

Le flux de ces particules s’étendrait dans une coquille d’un rayon de 590 années-lumière et porterait en elle environ 100 000 protons par seconde par cm². Le flux du vent solaire, en comparaison, est d’environ 300 millions de protons par seconde par cm², sur l’orbite de la Terre.

« À l’intérieur de cette coque, il y a une bulle de plasma composée d’électrons très chauds et énergétiques et de champs magnétiques, qui produisent de grandes quantités de rayons X. Nous serions soumis à ce flux de rayons X pendant 10 000 ans jusqu’à ce que le reste de la supernova en expansion ait vieilli suffisamment pour arrêter ce mécanisme de production. Ces rayons X, de type ‘doux’, n’atteindraient pas la surface de la Terre en raison du blindage atmosphérique, mais les voyageurs dans l’espace interplanétaire auraient besoin d’un blindage supplémentaire contre les électrons secondaires générés lorsque ces rayons X frapperaient la structure de leur vaisseau spatial et libéreraient des électrons supplémentaires », selon M. Odenwald.

Comme le commentait la NASA avant le départ de la lumière des étoiles, « Bételgeuse finira par exploser comme une supernova qui fera exploser son stock d’éléments lourds dans notre galaxie – fournissant les matières premières pour les générations d’étoiles futures ».

« Cette explosion pourrait se produire ce soir… ou dans quelques centaines de milliers d’années. Continuez à regarder – vous serez peut-être témoin du moment où Bételgeuse rendra ses richesses à la communauté des étoiles. »

***

RECOMMANDÉ