Une étude chinoise révèle que les chats sont très sensibles au virus du PCC

L'OMS va enquêter sur la transmission homme-animal
Par Katabella Roberts
11 avril 2020
Mis à jour: 11 avril 2020

Une étude publiée le 8 avril par l’Association américaine pour l’avancement de la science a révélé que les chats peuvent être infectés par le virus du PCC*, qui a jusqu’à présent tué des milliers de personnes dans le monde depuis son apparition à Wuhan, en Chine, à la fin de l’année dernière.

L’étude, menée par la République populaire de Chine et publiée dans la revue Science, vise à déterminer si le virus peut ou non être transmis à d’autres espèces animales et de quelle manière il se comporte chez d’autres animaux, ainsi qu’à découvrir quels animaux sont les plus vulnérables au virus afin de pouvoir les utiliser pour tester des vaccins expérimentaux afin de le combattre.

Basée sur des recherches menées en Chine en janvier et février, l’étude a révélé que les furets peuvent être infectés par le virus du PCC (Parti communiste chinois) – également connu sous le nom de nouveau coronavirus – lorsque les chercheurs ont tenté d’infecter les animaux en introduisant des particules virales par le nez.

Cependant, le virus a été trouvé dans les voies respiratoires supérieures mais n’a pas causé de maladie grave.

Ils ont également découvert que les chats, en plus d’être très sensibles au virus, peuvent également s’infecter mutuellement par le biais de gouttelettes respiratoires. Les chats infectés avaient le virus dans la bouche, le nez et l’intestin grêle. Cependant, l’étude a noté que les chercheurs avaient « seulement collecté les excréments de ces chats et vérifié la présence d’ARN viral dans leurs organes après l’euthanasie », afin d’éviter d’éventuelles blessures, parce que les chats adultes avaient eu un comportement « agressif ».

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Les chats exposés au virus présentaient également des lésions massives dans les poumons, le nez et la gorge, selon les chercheurs. « La surveillance du SRAS-CoV-2 chez les chats devrait être considérée comme un complément à l’élimination du COVID-19 chez l’homme », ont écrit les auteurs. Les tests d’anticorps ont montré que les chiens étaient moins susceptibles d’attraper le virus, tandis que les porcs, les poulets et les canards inoculés ne présentaient aucune souche du virus.

Toutes les expériences d’infectiosité avec le SRAS-CoV-2, le terme scientifique pour le virus du PCC, ont été réalisées dans les installations de niveau 4 de biosécurité et de niveau 4 de biosécurité animale de l’Institut de recherche vétérinaire de Harbin de l’Académie chinoise des sciences agricoles, et des protocoles stricts d’étude et de bien-être des animaux ont été suivis, ont déclaré les auteurs.

Une étude antérieure publiée au début de ce mois a également révélé que les chats peuvent être infectés par le virus du PCC et peuvent le transmettre à d’autres chats, mais l’étude n’a pas fait l’objet d’un examen par les pairs et les experts ont précisé que ces travaux ont été réalisés sur un petit nombre d’animaux de laboratoire infectés par de fortes doses du virus.

Un chat dort dans le café fermé 2 Cats cat à Séoul le 2 avril 2020. (Ed Jones/AFP via Getty Images)

La dernière étude en date a incité l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à annoncer qu’elle examinerait de plus près la transmission du virus entre les humains et les animaux de compagnie. L’OMS enquête actuellement sur plusieurs cas de contamination d’animaux par le virus du PCC via leurs gardiens ; ainsi, aux États-Unis, un tigre aurait développé une toux sèche et une perte d’appétit après avoir été en contact avec un gardien de zoo infecté.

« Nous ne pensons pas qu’ils jouent un rôle dans la transmission, mais nous pensons qu’ils peuvent être infectés par une personne infectée », a déclaré Maria Van Kerkhove, responsable technique de l’OMS sur l’épidémie, lors d’une conférence de presse.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont également fait remarquer qu’ils n’ont aucune preuve que les animaux de compagnie peuvent propager le virus du PCC. Casey Barton Behravesh, directeur du Bureau de santé unique de l’agence au sein du Centre national des maladies infectieuses émergentes et zoonotiques, a déclaré à Science qu’« il n’y a aucune raison de penser que les animaux de compagnie pourraient être une source d’infection compte tenu des informations dont nous disposons pour le moment ».

Cependant, Daniel Kuritzkes, responsable des maladies infectieuses à l’hôpital des femmes Brigham de Boston, a déclaré que cette dernière étude n’est pas surprenante, car lors de « l’épidémie initiale de SRAS, les civettes étaient impliquées comme l’un des vecteurs qui auraient pu transmettre le virus aux humains ».

Daniel Kuritzkes a ajouté que les nouvelles données soutiennent les recommandations selon lesquelles « les personnes atteintes de COVID-19 devraient prendre leurs distances, non seulement par rapport aux autres membres de leur famille mais aussi vis-à-vis de leurs animaux domestiques, afin de ne pas leur transmettre le virus, en particulier aux chats ou autres félins ».

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ