Une étudiante invente un dispositif de dépistage du cancer du sein à domicile sans douleur et remporte le premier prix

Par Louise Bevan
15 décembre 2020
Mis à jour: 15 décembre 2020

L’invention d’un dispositif abordable, réutilisable et non invasif pour aider les femmes à effectuer un dépistage du cancer du sein à domicile a valu à une étudiante en génie biomédical un prix prestigieux.

L’étudiante espagnole Judit Giró Benet, âgée de 23 ans, est l’une des deux lauréates du prix James Dyson 2020, une récompense annuelle pour les inventeurs pionniers. Cette récompense s’accompagne d’un prix de 30 000 euros en espèces.

La Blue Box (la Boîte bleue), l’appareil de Mme Benet, a été inspirée à mi-chemin de la recherche par le diagnostic de cancer du sein de sa propre mère. L’étudiante est alors devenue inébranlable dans son désir de trouver une solution facile de dépistage précoce pour les autres femmes.

L’étudiant est devenu inébranlable dans son désir de trouver une solution de dépistage précoce facile pour les autres femmes.
Judit Giró Benet, âgée de 23 ans, avec son invention, la Boîte bleue (Avec l’aimable autorisation de James Dyson Award)

Selon TechNewsWorld, la Boîte bleue utilise six capteurs chimiques et un algorithme d’intelligence artificielle (IA) pour dépister les biomarqueurs du cancer du sein dans un échantillon d’urine. Les résultats sont ensuite envoyés au téléphone portable de l’utilisateur via une application en quelques minutes.

L’appareil, qui coûte environ 50 euros, peut être utilisé plusieurs fois par plusieurs utilisateurs, ce qui le rend extrêmement rentable.

« Le nom vient de l’idée de faire en sorte que les gens voient la boîte comme une boîte bleue et rien d’autre, pour éliminer la peur et l’inquiétude face au cancer », a dit Mme Benet, de Tarragone, en Espagne, à TechNewsWorld.

« Je croyais que ce dispositif était quelque chose dont le monde avait besoin », a-t-elle dit. « J’ai refusé d’arrêter jusqu’à ce qu’on me dise le contraire. »

(Avec l’aimable autorisation du prix James Dyson)

Très tôt dans la vie, Mme Benet a su qu’elle voulait travailler dans le domaine du génie biomédical. Elle a finalement poursuivi une maîtrise en systèmes cyber-physiques intégrés à l’université de Californie, à Irvine, avec le projet la Boîte bleue en tête.

La jeune inventrice a dit à Dyson.com lors d’une interview que son inspiration initiale pour la Boîte bleue lui est venue à la suite d’une rencontre avec un chien de l’Université d’Espagne, à Barcelone, qui pouvait détecter le cancer du poumon dans l’haleine d’un patient.

« Je me suis dit que si le chien était capable de faire cela, pourquoi mon microprocesseur Arduino n’en serait-il pas capable ? J’ai lu beaucoup d’articles pour essayer de découvrir les composés qui font aboyer les chiens. J’ai commencé à collecter beaucoup de capteurs et je les ai tous rassemblés », a-t-elle dit.

« En fin de compte, certains d’entre eux avaient raison, nous avons donc pu détecter le cancer du sein. »

Judit Benet avec sa mère, qui avait reçu le diagnostic de cancer du sein. Le diagnostic de sa mère l’a incitée à trouver une solution facile de dépistage précoce pour les autres femmes. (Avec l’aimable autorisation du prix James Dyson)

L’inventeur britannique James Dyson, fondateur et ingénieur en chef de Dyson, a fait l’éloge de l’invention de Mme Benet dans une déclaration. Il a dit que le dispositif de Mme Benet « combine les dernières technologies à travers le matériel et les logiciels pour créer un produit bien conçu, holistique pour résoudre un problème bien réel qui pourrait bénéficier à plusieurs personnes ».

M. Dyson a ajouté : « J’ai vu et fait l’expérience de première main des effets cruels du cancer. En tant que scientifiques et ingénieurs, nous devons donc faire tout ce que nous pouvons pour utiliser la technologie afin de tenter de surmonter ce problème. »

« J’ai été particulièrement impressionné par la façon dont la Boîte bleue fonctionne avec des capteurs et l’intelligence artificielle pour fonctionner merveilleusement comme un dispositif électronique et l’application qui l’accompagne. »

Research by the CDC indique que seulement 66 % des femmes de plus de 40 ans aux États-Unis passent régulièrement des mammographies. Pouvoir effectuer des dépistages sans douleur et à un prix abordable avec la Boîte bleue dans le confort de son foyer pourrait radicalement améliorer les diagnostics précoces.

(Avec l’aimable autorisation du prix James Dyson)

En plus d’être au service de l’individu, l’appareil stocke également des données dans le Cloud, contribuant ainsi à élargir les connaissances mondiales sur le cancer. L’université de Californie se prépare à procéder à des essais cliniques sur l’humain. En attendant, Mme Benet affirme que le prix de 30 000 euros lui permettra de faire breveter la Boîte bleue et de commencer à la présenter aux investisseurs.

L’entreprise californienne de Mme Benet, The Blue Box Biomedical Solution, se prépare à lancer un produit en ligne dès que le dispositif aura reçu l’approbation de la FDA. Elle espère un jour accroître la capacité de la Boîte bleue à détecter d’autres types de cancer.

« La Boîte bleue s’efforce de changer la façon dont la société lutte contre le cancer du sein et de donner à toutes les femmes dans le monde la possibilité d’éviter un diagnostic avancé, en faisant du dépistage une partie de notre vie quotidienne », a-t-elle déclaré.

Élections américaines – La stratégie bolchévique observée aux États-Unis

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ