Une famille afro-américaine, accusée d’avoir «kidnappé» un bébé blanc adopté, surmonte les épreuves et dit: «L’amour vainc tout»

Par Louise Bevan
13 janvier 2020 Mis à jour: 13 janvier 2020

Les Baldwin de Caroline du Nord connaissent bien les épreuves et les tribulations d’élever un bébé d’une couleur de peau différente. Lorsque la famille afro-américaine a accueilli un bébé blanc nommé Princeton en 2017, les problèmes ont commencé, y compris des accusations d’enlèvement et même des interrogatoires de la police.

Mais les Baldwin ont suivi leur cœur. Aujourd’hui, la famille est un ardent défenseur de la diversité, de la tolérance et du message primordial que « l’amour triomphe de tout ».

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

La thérapeute Keia Jones-Baldwin et son mari, l’agent de police Richardo Baldwin, prévoyaient adopter un autre enfant. Déjà parents de Zariyah, la fille biologique de Keia, 16 ans, et de deux enfants adoptés, Karleigh, 16 ans, et Ayden, 8 ans, les ambitions du couple d’adopter un enfant plus âgé ont été renversées lorsque Keia s’est liée avec un nouveau-né à l’USIN locale.

Mon superviseur de famille d’accueil m’a appelée et m’a dit : « Y a-t-il un moyen d’aller à l’hôpital et de faire du peau à peau avec un bébé ? » se souvient Keia, 36 ans, en s’adressant à Today Parents.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

Le bébé Princeton a été exposé à des drogues in utero et est né prématurément, ne pesant environ 454 g. « Je me suis liée à lui si rapidement », a expliqué Keia. « J’ai commencé à y aller tous les jours. »

Princeton fut un succès auprès des autres enfants de Keia, et très vite, toute la famille fut frappée par le beau petit garçon à la peau claire. Les Baldwin adoptèrent officiellement Princeton le 29 août 2019.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

Après avoir lutté contre l’infertilité pendant des années, Keia et Richardo se sont tournés vers la famille d’accueil comme solution possible à leur désir de fonder une famille. « [Nos] plans ne sont pas les plans de Dieu », a écrit plus tard Keia pour Love What Matters. « Je ne le savais pas, mais Il avait de plus grands projets pour nos vies ! »

La famille d’accueil a bien marché pour les Baldwin. Finalement, en ouvrant leur foyer aux enfants dans le besoin, Keia et Richardo sont devenus les fiers parents d’une famille multiraciale de quatre enfants.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

Malheureusement, cependant, tout le monde n’acceptait pas la famille Baldwin aussi bien que Keia, son mari et ses enfants l’avaient espéré. « Beaucoup de gens nous regardent », révéla Keia aux parents d’aujourd’hui. « On me demande souvent si je suis la baby-sitter de Princeton. On me demande : ‘Pourquoi ne l’avez-vous pas laissé rester dans une famille de sa race ?’ »

Les parents ont même dû prouver que Princeton est légalement leur fils à plus d’une occasion. Pendant des vacances familiales au Tennessee, une photographe a appelé la police, affirmant qu’elle avait photographié Princeton avec une autre famille (sa famille) deux semaines auparavant.

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

À une autre occasion, la voiture de Keia est tombée en panne et elle a frappé pour obtenir de l’aide chez un résident voisin. « J’ai frappé à sa porte pour expliquer pourquoi j’étais sur son gazon », a expliqué Keia. « Il a appelé la police et a dit que j’avais volé ma voiture et le bébé. »

Plutôt que de se concentrer sur les opposants et la négativité, les Baldwin ont choisi de canaliser leur énergie pour vivre leur meilleure vie et faire la chronique de leurs aventures sur une page Facebook, Raising Cultures. Cette page célèbre la diversité et espère éduquer les autres sur les réalités de la vie en tant que famille aimante et multiraciale.

« Je ne considère pas la famille comme du sang », a expliqué Keia. « Je considère la famille comme un amour. Lorsque Princeton est entré dans nos vies, il est venu dans nos cœurs. L’amour triomphe de tout. »

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

Le 6 décembre 2019, Keia a posté sur Facebook un message d’amour et de positivité : « [M]es enfants ne sont pas des ‘cas de charité’ ou des ‘chanceux’ […] nous sommes bénis ! »

« Mon fils blanc sera un meilleur être humain grâce à notre famille multiraciale », a poursuivi la fière mère, « mes enfants biraciaux seront de meilleurs êtres humains grâce à notre famille multiraciale, ma fille afro-américaine sera un meilleur être humain grâce à notre famille multiraciale. »

Photo publiée avec l’aimable autorisation de Raising Cultures

« Mon mari et moi serons de meilleurs humains grâce à nos enfants », réfléchit Keia, ajoutant avec enthousiasme : « Si vous n’aimez pas ça, fermez les yeux et continuez à défiler ! »

Les Baldwin prévoient de garder leurs portes ouvertes pour accueillir plus d’enfants à l’avenir, quel que soit le besoin.

RECOMMANDÉ