Une femme a joué pendant 10 heures au casino, enfermant 3 chiens dans une voiture au soleil, leur infligeant une «séance de torture»

Par Robert Jay Watson
7 août 2019 Mis à jour: 10 août 2019

L’été est là et avec l’envolée du mercure aux États-Unis, il est vital d’empêcher les chiens d’être enfermés dans des voitures en plein soleil pendant de longues périodes de temps. Selon PETA, depuis l’été dernier, au moins 78 chiens et autres animaux de compagnie sont morts à cause d’expositions à la chaleur dans les voitures.

Alors que la température extérieure peut être de 24 à 29 °C, si la voiture est en plein soleil et qu’aucune fenêtre n’est ouverte pour permettre la circulation de l’air, alors la voiture peut rapidement devenir un four. Selon les calculs de chercheurs de l’université d’État de San José, « par une journée où la température extérieure est de 27 °C, une voiture avec ses vitres relevées chauffera jusqu’à 46 °C degrés en 30 minutes ».

Cela peut sembler un peu extrême à certaines personnes. Comment une voiture a pu chauffer si vite ? Eh bien, au cas où quelqu’un avait besoin de preuves, un cas horrible du comté de Cass, au Michigan, plus tôt cette année, a montré les terribles conséquences de la négligence.

Illustration – Shutterstock | Vitoony35

À 8 h, le matin du 7 avril 2019, Sherrill Langford, 50 ans, de Flint, au Michigan, est entrée au casino Four Winds à Dowagiac. Dehors, dans sa voiture, elle a laissé trois chiens. Sans nourriture. Sans eau. Sans air.

Il s’en est suivi une séance épique de jeux de hasard pour Sherrill Langford qui l’a collée aux machines du casino pendant 10 heures, une durée de temps considérable et frappante. Tel que rapporté dans le Herald Palladium, les caméras de surveillance ont montré que Mme Langford était si occupée qu’elle n’est pas retournée à son véhicule une seule fois pendant sa folie du jeu.

Illustration – Shutterstock | Olena Serzhanova

Alors que la température élevée à Dowagiac n’était que de 22 °C ce jour-là, à peine une vague de chaleur, la température à l’intérieur de la voiture exposée aurait pu être supérieure à 43 °C. L’agonie des chiens à l’intérieur, sans parler de la détresse émotionnelle d’être négligé et abandonné si longtemps, était inimaginable.

Comme l’a rapporté le Daily Mail, le personnel de sécurité du casino a été alerté à plusieurs reprises par d’autres clients qui avaient vu les chiens coincés dans le véhicule alors qu’ils marchaient dans le stationnement.

Lorsque la sécurité a identifié le véhicule, ils ont été assistés par la police de la bande de Pokagon de la tribu Potawatomi, qui possède et exploite le casino. D’après le Mail, ils sont entrés de force dans la voiture, mais pas assez tôt. Deux des chiens étaient morts dans des conditions atroces ; un autre a vu sa santé dévastée par la déshydratation et la famine.

La justice a été rapide pour Mme Langford. Les services de contrôle des animaux du comté de Cass ont emmené le chien survivant, qu’ils ont soigné jusqu’à ce qu’il retrouve la santé. Le bureau du procureur du comté de Cass a déposé des accusations de cruauté envers les animaux contre Sherrill Langford et elle a comparu devant le tribunal à la fin avril.

Le procureur adjoint chargé de l’affaire, Tiffany Vohwinkle, a souligné la gravité du crime en s’adressant au Herald Palladium. « Ils n’avaient pas d’eau, de nourriture ou de pauses pipi pendant ces heures-là. Deux d’entre eux sont morts d’une mort atroce et horrible. » Pour Me Vohwinkle et le bureau du procureur, il n’y avait « aucun doute que c’était une séance de torture pour les animaux ».

Le juge dans cette affaire, Mark Herman, a confronté l’accusée au comportement terrible qu’elle avait affiché : « Vous avez dit que vous aviez laissé la fenêtre fissurée et que vous les aviez vérifiées pendant la journée, mais vous ne l’aviez pas fait. » De toute évidence, la dépendance au jeu de Mme Langford, qu’elle admettait ouvertement et pour laquelle elle prétendait chercher de l’aide, l’avait menée à une vision étroite des choses.

Le procureur adjoint Vohwinkle a fait valoir que Mme Langford « a besoin d’aide pour ses jeux de hasard, mais qu’elle doit aussi être punie », comme l’a rapporté le Herald Palladium.

Enfin, les procureurs et la défense se sont entendus sur une période de sursis de deux ans, de trois mois de prison et de 250 heures de travaux communautaires. Ils ont également convenu d’imposer des amendes d’environ 1 800 € et 450 € en dédommagement selon le Herald Palladium.

Heureusement, les conditions de son sursis correspondent au crime. Elle ne peut rien avoir à voir avec le jeu, que ce soit dans un casino ou en ligne, et doit effectuer son service communautaire dans un centre de sauvetage ou un refuge pour animaux. Ceci devrait être une mise en garde contre les dangers du jeu et contre ce qui peut arriver quand les gens laissent leurs animaux de compagnie dans des voitures en plein soleil. Pas d’excuses, pas de justification !

RECOMMANDÉ