Une agente de sécurité de l’aéroport licenciée pour avoir remis une note blessante à un passager

Par T
18 août 2019 Mis à jour: 18 août 2019

Une agente de sécurité dans un aéroport de New York a été licenciée après que des images de surveillance obtenues grâce à une demande de la Freedom of Information Act montrent qu’elle a glissé une note à un voyageur qui se serait lue : « Vous êtes moche. »

Neal Strassner a confié à NBC News qu’il venait tout juste de se procurer une vidéo le montrant en train de passer un contrôle de sécurité à l’aéroport international du Grand Rochester en juin, au cours duquel une agente de sécurité en service lui a remis un morceau de papier plié.

« J’ai appelé l’aéroport et j’ai essayé d’obtenir les informations et ils m’ont dit que je devais parler au comté », a raconté M. Strassner à NBC le 16 août. « J’ai appelé le comté, et ils m’ont répondu que c’était le seul moyen de l’obtenir. »

M. Strassner a déclaré au New York Post que lorsque la femme lui avait tendu le billet, il pensait que c’était peut-être un déchet.

« Je ne l’ai pas ouvert parce que je m’en moquais », a-t-il dit à la publication. « Elle se retourna plusieurs fois et demanda : ‘Est-ce que tu vas l’ouvrir ?' »

Il a dit au journal que quand il avait finalement regardé la note, il a ignoré l’incident et avait pris son avion.

« J’étais plus confus qu’autre chose », a dit Strassner à NBC. « J’ai en quelque sorte juste regardé et pensé : ‘C’était bizarre.’ »

Des images obtenues par M. Strassner et publiées en ligne montrent la gardienne de sécurité qui rit en s’éloignant. On la voit alors sourire et parler à quelqu’un hors écran tout en déchirant un morceau de carton d’une boîte de gants en latex. L’agente commence alors à écrire ce qui pourrait être une autre note, vraisemblablement pour faire une plaisanterie à un autre passager.

« Je voyage constamment et je n’ai jamais rien eu de pareil », a raconté M. Strassner au New York Post, ajoutant qu’il avait contacté les autorités de l’aéroport lorsque des amis lui avaient suggéré qu’une personne déprimée ou vulnérable pourrait être irritée de façon dangereuse.

« On ne sait jamais vraiment comment quelqu’un se sent, comment était sa journée, qu’est-ce qui se passe dans sa tête », a-t-il dit à ABC. « Plus on y pense, plus on réalise qu’il est plus facile de sourire que de faire ça. »

« Je n’aime pas émettre des ondes négatives », a déclaré M. Strassner. Plutôt qu’un message dénigrant l’apparence de quelqu’un, il suggère une blague plus appropriée comme : « Hé, apportez-moi des tacos la prochaine fois. »

M. Strassner a dit à NBC qu’il avait ensuite déposé une plainte et rencontré plus tard un responsable de l’aéroport.

La femme agent de sécurité a depuis été renvoyée. NBC a cité une déclaration de la société de sécurité VMD Corp. basée en Virginie – qui a passé un contrat avec la Transportation Security Administration – confirmant le renvoi de la femme.

« La TSA impose aux employés sous contrat les normes éthiques les plus strictes et applique une tolérance zéro pour ce type de comportement », indique le communiqué. « Cette affaire, impliquant un employé sous contrat, a fait l’objet d’une enquête dès la réception de la plainte par le voyageur. L’entrepreneur a depuis mis fin à son emploi. »

Selon News 8, M. Strassner a dit dans un communiqué qu’il avait apprécié la réponse de la société.

« Je suis vraiment curieux de savoir ce que les autres notes disaient. Je voyage beaucoup et l’aéroport est normalement impeccable. C’était un événement totalement étrange qu’ils [VMD Corp.] semblaient gérer correctement. Je voyage beaucoup et je veux juste m’assurer que leur organisation mérite d’être réputée et que personne ne sape leur nom. »

Neal Strassner a dit à NBC que l’incident peu agréable ne l’avait pas empêché de prendre l’avion pour embarquer de l’aéroport international du Grand Rochester.

« Je prends des vols ici tout le temps. C’est en fait un très bon aéroport », a-t-il déclaré. « Parmi tous les aéroports où je vais dans le pays, c’est l’un de mes préférés. »

Il a dit au New York Post qu’il demeurait confus quant à l’intention de l’agente de sécurité.

« Je ne comprends vraiment pas ce qu’elle essayait de faire. »

RECOMMANDÉ