Une femme britannique dirige un sanctuaire en Israël pour sauver des ânes de trait maltraités

Par Caters News Agency
4 novembre 2020
Mis à jour: 4 novembre 2020

Une amoureuse des animaux britannique a consacré sa vie entière à sauver des ânes maltraités, malades et décharnés. Elle a déboursé jusqu’à 7 800 dollars par mois pour soigner les animaux dans son propre sanctuaire en Israël.

Lucy Fensom, 49 ans, de Brighton, en Angleterre, s’est donné beaucoup de mal pour soigner les ânes négligés à l’étranger. C’est à Jérusalem, en Israël, en 2000, lors d’un voyage que sa passion des animaux s’est manifestée pour la première fois pour eux. Cependant, Mme Fensom n’est jamais repartie et a créé son propre sanctuaire pour les ânes, qui s’étend sur plus de trois acres de terrain.

Lucy Fensom, mère d’un enfant, a partagé des images d’ânes maltraités et abusés qui sont soignés dans son sanctuaire ; un acte désintéressé qui n’est pas pour les faibles d’esprit.

Lucy Fensom, 49 ans, de Brighton, en Angleterre, est une grande amoureuse des animaux. (Caters News)

Lucy a dit qu’elle est capable de secourir environ 16 ânes par an, qui sont souvent au « seuil de la mort ».

« J’ai vu des centaines d’ânes maltraités, et ça ne devient pas plus facile. C’est déchirant de les voir dans tant de détresse et de douleur », a-t-elle déclaré.

« Les chariots et les cordes attachées autour d’eux ont tendance à frotter sur leur peau et la blessure s’infecte presque toujours », a-t-elle ajouté. « C’est vraiment terrible ! »

En passant par les yeux arrachés aux oreilles coupées, aux plaies dorsales ouvertes et membres fracturés, l’état de certains ânes exige l’abattage, mais le sanctuaire fait de son mieux pour les remettre sur pied.

Le sanctuaire est géré de manière totalement volontaire par Lucy et son mari, avec une seule personne-ressource rémunérée à temps partiel.

(Caters News)

Lucy a déclaré « qu’il y a actuellement 53 ânes et trois chevaux au sanctuaire. Il en coûte environ 7 500 dollars US par mois pour s’occuper d’eux et payer les factures d’entretien ».

« Notre plus grande préoccupation est le coût de l’alimentation et les fluctuations du taux de change. »

« Nous collectons des fonds principalement en livres et en dollars, mais bien sûr, tout doit être échangé en shekels israéliens », a-t-elle ajouté.

« Malheureusement, nous recevons moins de shekels à la livre. Les balles de foin coûtent à elles seules 2 000 livres (2 582 dollars US). »

Cependant, Lucy a fait l’éloge du soutien que le sanctuaire reçoit des amoureux des animaux et des « incroyables contribuables » qui aident à fabriquer à la main des couvertures pour protéger la peau des ânes contre les chaînes lorsque ceux-ci travaillent.

« Leurs propriétaires ont tendance à utiliser des chaînes autour de la portion molle du nez afin d’avoir un certain contrôle sur l’âne », a déclaré Lucy.

« Nos collaborateurs ont fabriqué des couvertures de matériaux épais et doux comme de la fausse fourrure pour couvrir les chaînes », a-t-elle dit, ajoutant que ces couvertures peuvent être enroulées autour des chaînes.

Lucy a déclaré que cela empêche la chaîne de « frotter sur la peau et de causer une blessure béante. »

(G) Tony le cheval et (D) un âne que Lucy Fensom a aidé dans son sanctuaire. (Caters News)

Comme les ânes ont depuis l’antiquité servi aux humains comme bêtes de somme et de transport, Mme Fensom se porte également volontaire pour éduquer les gens sur la façon de les monter en toute sécurité.

« Certains ânes sont utilisés avec une charrette qui leur est attachée et sont maltraités », a déclaré Lucy.

« C’est si difficile parce que certains des ânes sont confisqués par la police et envoyés dans mon sanctuaire, ce qui est bien pour l’âne, mais pas pour son propriétaire. »

« J’essaie d’empêcher que cela n’arrive et d’éduquer les gens sur la façon de les traiter avec respect », a-t-elle déclaré.

Lucy a déclaré que le sanctuaire dispose également d’un vétérinaire qui aide à assurer les suivis médicaux des ânes et fournir les traitements nécessaires lorsqu’ils organisent des cliniques de proximité.

« Beaucoup de gens du coin pensent que je suis folle de m’occuper d’autant d’animaux, mais leur souffrance me fait mal au cœur », dit-elle. « Je me sens obligée d’agir. »

Lucy Fensom caresse un âne. (Caters News)

Bien qu’elle ait manqué la culture britannique après avoir déménagé en Israël, Lucy dit n’avoir aucun regret.

Elle a dit : « Je n’ai jamais eu l’intention de rester si longtemps en Israël, mais j’ai trouvé ma raison et ma place dans la vie. Cela a commencé dans les années 90, lorsque j’ai fini par faire du bénévolat dans une chatterie après avoir sauvé un chat errant qui était en mauvaise posture. »

Lucy a dit qu’il y avait un âne dehors qui était souvent laissé attaché au mur pendant des jours.

« Je le nourrissais. Finalement, je l’ai acheté, car son propriétaire le quittait pendant des mois », dit-elle.

Après que la Lucy a réussi à obtenir l’aide de l’organisation WSPA (The World Society for the Protection of Animals), elle a fait en sorte que l’âne soit envoyé dans un sanctuaire situé au Royaume-Uni.

« J’ai toujours adoré les animaux et je déteste les voir souffrir », a-t-elle déclaré. « Je suis restée passionnée à leur porter secours depuis lors ! »

FOCUS SUR LA CHINE – Une crise immobilière fait scandale en Chine



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ