Une femme d’affaires canadienne condamnée à 8 ans de prison en Chine parce qu’elle pratique le Falun Dafa

Par Omid Ghoreishi
2 juillet 2020
Mis à jour: 2 juillet 2020

Une femme d’affaires canadienne qui était copropriétaire d’une société de plusieurs millions d’euros a été condamnée à huit ans de prison en Chine parce qu’elle pratique le Falun Dafa.

Sun Qian, une citoyenne canadienne, a été arrêtée à son domicile de Pékin en février 2017 et est restée en détention depuis. Le 30 juin, elle a été condamnée par un tribunal de Pékin, selon l’un de ses anciens avocats, Xie Yiyan.

« Sun Qian est innocente », a déclaré Xie Yiyan. « L’arrestation et l’inculpation de Sun Qian étaient illégales dès le début. »

Xie Yiyan a déclaré que la condamnation de Sun Qian violait la constitution chinoise, qui reconnaît la liberté de croyance religieuse. Il a déclaré que la sentence bafoue l’État de droit et révèle « les actes criminels » de ceux qui sont impliqués dans « une affaire aussi injuste ».

Xun Li, président de l’Association Falun Dafa du Canada, a demandé la libération immédiate de Sun Qian.

« Mme Sun souffre aux mains du Parti communiste depuis plus de trois ans. Elle a été détenue illégalement et torturée physiquement et mentalement. On rapporte qu’elle a été enchaînée, menottée à une chaise en acier, aspergée de poivre de Cayenne au visage, qu’elle a subi des séances de lavage de cerveau et une manipulation psychologique soutenue », a déclaré Xun Li.

Depuis son arrestation, Mme Sun a été représentée par près de douze avocats, mais ils ont tous dû abandonner sa cause en raison des pressions exercées par les autorités chinoises. Depuis 2019, elle est autorisée à ne recourir qu’à un avocat désigné par le régime chinois, qui n’a pu, au mieux, demander la clémence plutôt que de plaider son innocence.

L’affaire Meng

Xie Yiyang affirme que l’un des principaux facteurs expliquant le délais de trois ans avant le jugement de Mme Sun, ainsi que sa très longue peine de prison prononcée le 30 juin, relève de l’affaire Meng Wanzhou.

Meng Wanzhou, la directrice financière de la société chinoise Huawei Technologies, a été arrêtée à Vancouver en décembre 2018 à la suite d’une demande d’extradition des États-Unis. Peu après, la Chine a arrêté les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor.

Fin mai, la Cour suprême de Colombie-Britannique a rejeté une demande de libération Meng Wanzhou.

Peu de temps après, le 19 juin, MM. Kovrig et Spavor ont été officiellement accusés d’espionnage en Chine.

Depuis l’arrestation de MM. Kovrig et Spavor, Pékin a régulièrement insisté sur le fait que leur détention n’était pas liée à l’arrestation de Mme Meng. Or, le régime a fait marche arrière le 24 juin, lorsqu’un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a suggéré que si Mme Meng était libérée, les deux Canadiens pourraient également l’être.

Xie Yiyang a déclaré que le gouvernement chinois a employé les mêmes tactiques dans l’affaire de Sun Qian, notant le moment où Mme Sun s’est vu soudainement infliger une très longue peine de prison.

Il a déclaré que plusieurs avocats des droits de la personne en Chine avaient écrit une lettre ouverte au Premier ministre canadien Justin Trudeau avant son voyage en Chine en 2017, soutenant que l’arrestation et la détention de Mme Sun étaient illégales, espérant obtenir son aide pour la faire libérer.

Coercition

Selon Xie Yiyang, Sun Qian a accepté avoir recours à un avocat nommé par le gouvernement « sous la contrainte ». Il a également déclaré qu’elle avait été manipulée psychologiquement au point de décider de faire don de sa fortune – des centaines de millions d’euros – au centre de détention où elle est détenue.

« Sun Qian a pratiquement tout abandonné. Cependant, elle l’a fait pendant sa détention et sans être libre. Légalement, cela ne devrait pas être valable, car ce n’est pas l’expression de sa libre volonté », a déclaré Xie Yiyang.

Avant son arrestation, Mme Sun était la fondatrice et la vice-présidente de Beijing Leadman Biochemistry, une entreprise de plusieurs millions d’euros qu’elle possédait avec son mari, Shen Guangqian.

La soeur de Mme Sun, Sun Zan, a déclaré à Epoch Times dans de précédentes interviews que Shen Guangqian était de connivence avec les responsables chinois pour faire incarcérer Mme Sun afin qu’il puisse reprendre ses parts dans la société.

« [Shen] a été de connivence avec certains individus du bureau de la sécurité publique, utilisant la politique de suppression du Falun Gong pour provoquer la détention illégale et la poursuite de Sun », a déclaré Sun Zan.

Des députés canadiens et Amnesty International ont, à de nombreuses reprises, exhorté Pékin à libérer Sun Qian. Le Parlement européen a également demandé sa libération dans le cadre d’une résolution appelant à des sanctions contre les auteurs de violations des droits de la personne en Chine.

Xun Li, le président de l’Association Falun Dafa du Canada, a déclaré que Mme Sun est innocente et qu’elle n’aurait pas dû être arrêtée en premier lieu.

« La persécution du Falun Gong viole la Charte des Nations unies et d’autres conventions internationales sur les droits de la personne. Elle viole également la propre constitution et les lois de la Chine », a-t-il déclaré.

Le Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, est une discipline de méditation basée sur les principes d’Authenticité, de Bienveillance et de Tolérance qui, selon ses pratiquants, améliore la santé et le bien-être. Cette discipline est brutalement réprimée en Chine depuis 1999, au moment où le dirigeant chinois de l’époque, Jiang Zemin, a lancé une vaste campagne de persécution envers cette pratique.

Avant cela, les données du gouvernement montraient que 70 à 100 millions de personnes pratiquaient le Falun Dafa en Chine.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ