Une femme effrayée trouve 20 araignées venimeuses dans sa piscine en Australie

Par Epoch Times
13 octobre 2020
Mis à jour: 13 octobre 2020

Il n’est pas rare de trouver des reptiles, grenouilles et autres créatures dans votre piscine de jardin – si vous en avez une. Pourtant, la plupart des gens ne s’attendent pas à trouver un groupe d’araignées venimeuses, vivantes, complètement immergées dans les profondeurs.

C’est exactement ce qu’une femme de Darwin, en Australie, a découvert le mois dernier.

Lauren Merritt a eu une frousse lorsqu’elle est tombée sur près de 20 araignées (Missulena bradleyi) venimeuses qui gisaient au fond de sa piscine. Certaines d’entre elles étaient mortes, mais d’autres étaient vivantes, même après avoir été couchées là pendant un certain temps.

(Avec l’aimable autorisation de Lauren Merritt)

Des experts recommandent aux résidents où elles sont distribuées, soit l’Australie et le Chili, de se méfier de ces visiteurs de piscine, en leur rappelant que même si elles sont complètement immergées dans de l’eau chlorée, certaines créatures peuvent rester en vie.

En fait, la Missulena peut vivre sous l’eau pendant 24 heures. Cette bestiole a la capacité unique de former une bulle d’air avec les poils de son dos, une astuce qui lui permet de respirer sous l’eau.

Espérant pouvoir identifier les araignées qu’elle avait retirées de sa piscine, Mme Merritt a publié quelques photos sur les médias sociaux.

Des internautes ont souligné les dangers de sortir une Missulena de l’eau, expliquant qu’elle avait l’étrange capacité de « se réanimer » après être restée apparemment morte pendant un certain temps.

(Avec l’aimable autorisation de Lauren Merritt)

« C’est effrayant quand on a des tas de feuilles au fond de la piscine », a déclaré une personne.

« Faites attention à celles que vous croyez mortes », peut-on lire dans un autre commentaire. « Elles ont l’habitude de revenir à la vie ! »

Un autre habitant de Darwin, Jens Ehrheart, a partagé une expérience similaire, ainsi qu’une photo effrayante personnelle.

(Avec l’aimable autorisation de Jens Ehrheart)

Des experts ont fait des mises en garde similaires, soulignant que sauf en cas d’infestation massive, il est préférable de laisser les araignées tranquilles.

Julian Bracewell de Pest2Kill, une entreprise de lutte antiparasitaire située dans la banlieue Est de Sydney, a déclaré à Daily Mail que les habitants australiens sont les plus susceptibles de repérer des Missulena entre les mois de mai et septembre.

Pendant cette période, il est assez fréquent que les Missulena tombent dans les piscines à cause de la hausse des températures.

« Beaucoup de gens confondent les Missulena avec les araignées à toile-entonnoir (Atracinae) », a déclaré M. Bracewell. « Elles ont un aspect très similaire et vivent également dans le sol. »

(Christopher Robin Smith Photography/Shutterstock)

M. Bracewell conseille aux personnes concernées de faire preuve de prudence. Il souligne également qu’il est important de laver au jet d’eau les jouets des enfants et de porter des gants appropriés pour le jardinage, afin de se protéger des morsures d’araignées.

« Une morsure est assez douloureuse et provoque des maladies chez les jeunes enfants. C’est semblable à une Veuve noire (Latrodectus hasselti), leurs crocs sont assez longs et toute personne mordue doit être emmenée à l’hôpital. »

Chaque année, environ 1 000 visites à l’hôpital en Australie sont dues à des morsures d’araignées, bien que la mort d’une seule personne mordue ait été signalée au cours des 37 dernières années.

M. Bracewell déconseille également de tenter de supprimer les Missulena tout seul.

« Si vous découvrez des terriers dans votre jardin, appelez un spécialiste », a-t-il déclaré. « Je ne m’occuperais pas de ça moi-même. »

FOCUS SUR LA CHINE –  Le porte-parole chinois sous le feu des critiques

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ