Une femme a accueilli plus de 600 enfants « comme s’ils étaient les miens »

Par CNN
13 janvier 2020 Mis à jour: 13 janvier 2020

Linda Herring a toujours voulu une grande famille. Mais elle n’avait jamais imaginé qu’elle allait accueillir plus de 600 enfants et transformer son foyer en un refuge où chaque enfant serait logé, nourri, habillé et, surtout, recevrait une quantité infinie d’amour.

Aujourd’hui âgée de 75 ans, Mme Herring a accueilli des enfants pendant près de cinq décennies dans le comté de Johnson, en Iowa.

Elle et son mari, Bob, ont commencé à être une famille d’accueil lorsqu’ils vivaient à Oxford, en Iowa, et ont continué à le faire après avoir déménagé à Tiffin.

« Ma meilleure amie accueillait des adolescentes et je me suis dit que ce serait bien de faire la même chose, mais je voulais de jeunes enfants », a dit Mme Herring à CNN. « J’ai parlé aux services sociaux et j’ai accepté de prendre des enfants ayant des besoins médicaux. »

En tant que mère d’accueil, Mme Herring dirigeait une garderie pour les familles locales et travaillait comme gardienne de nuit dans une école secondaire voisine. Comme si cela ne suffisait pas, elle a aussi été bénévole comme première intervenante pendant près de 50 ans.

Tout le monde dans le comté de Johnson savait que Mme Herring ne refusait jamais un enfant, peu importe son âge, son sexe ou ses besoins spéciaux, et qu’elle se déplaçait régulièrement pour aller chercher les enfants qui avaient besoin d’un foyer.

De famille d’accueil à famille adoptive

Mme Herring n’est pas seulement une mère qui accueille des enfants. Pour ses huit enfants, dont trois ont été adoptés par elle et son mari, elle était simplement leur « maman ».

L’un de ces enfants est Anthony Herring, âgé de 39 ans. Il avait 6 mois lorsqu’il a été placé dans le foyer des Herring. Quand il a eu 3 ans, la famille Herring l’a officiellement adopté.

« Aujourd’hui en tant que parent, j’apprécie encore plus d’avoir été adopté que lorsque j’étais enfant », a confié Anthony Herring à CNN. « Je serai éternellement reconnaissant pour la vie qu’on m’a offerte. Ils m’ont appris, tous les deux, que la famille n’est pas déterminée par le sang, mais par les personnes qu’on a à aimer dans sa vie. »

Il a dit que sa mère lui avait appris à apprécier et à comprendre les enfants ayant des besoins spéciaux.

Deux des enfants adoptés par Mme Herring ont de sérieux besoins médicaux. Dani dépend entièrement des autres pour ses soins. Même si Dani ne devait pas vivre longtemps après sa naissance, elle est maintenant âgée de 29 ans.

Mme Herring a transmis ce qu’elle aime appeler « caractéristique de famille d’accueil ». Quatre de ses enfants biologiques sont à leur tour des familles d’accueil et trois d’entre eux ont suivi les traces de leurs parents et ont adopté des enfants. Trois de ses petits-enfants agissent également comme famille d’accueil.

« Il est difficile de dire avec des mots l’impact qu’elle a eu. Elle était toujours disponible et prête à accueillir un enfant dans le besoin. Ces enfants étaient habituellement retirés d’une situation traumatisante et elle les accueillait, leur offrait un lit douillet, des vêtements propres, des repas chauds et de l’amour », a dit Anthony.

« Elle travaillait aussi très fort pour garder les familles unies. Garder les frères et sœurs ensemble. Aider les parents biologiques à faire les changements nécessaires pour pouvoir garder leurs enfants. Elle s’assurait toujours de faire prendre une photo professionnelle de chaque nouvel enfant qu’elle recevait et de la mettre sur le mur du salon. Cela semble insignifiant, mais ça les aide à se sentir chez eux. »

Tout vient de l’amour

Lorsqu’il s’agit de son inspiration pour accueillir des enfants dans son foyer, elle n’a qu’une explication : l’amour.

« J’aimais [mes enfants en famille d’accueil] comme s’ils étaient les miens, probablement plus que je n’aurais dû », a confié Mme Herring.

« Je pleurais quand les enfants quittaient ma maison, peu importe depuis combien de temps ils y étaient. C’était si difficile pour moi de leur dire adieu. Je me demandais toujours pourquoi je continuais à faire cela, car il n’était jamais facile de dire adieu à un enfant. Mais je continuais à le faire parce que j’avais beaucoup d’amour à donner à ces enfants dans le besoin. »

Elle se souvient de chaque enfant qu’elle a protégé et aimé. Une fois, on m’a appelée au milieu de la nuit pour aller chercher trois jeunes enfants qui avaient été abandonnés.

Un autre souvenir est l’expression sur le visage d’une fillette qu’elle avait accueillie lorsqu’elle a vu ses vêtements tout neufs, les premiers vêtements neufs que la fillette disait avoir reçus.

Maintenant qu’elle n’est plus un parent d’accueil, Mme Herring apprécie les photos et les cartes qu’elle reçoit des enfants qu’elle a accueillis. Ce qui la touche le plus, c’est quand les enfants qu’elle a reçus en famille d’accueil reviennent lui rendre visite une fois qu’ils sont adultes.

Son impact en tant que mère de famille d’accueil va au-delà des enfants qu’elle a accueillis. Tonya Stratton, dont la mère était l’une des enfants en famille d’accueil chez Mme Herring, a grandi en appelant Mme Herring « Grama Linda » et a passé son enfance à se faire des amis parmi les enfants en famille d’accueil chez Mme Herring.

« Grama Linda, c’est maintenant le temps de vous détendre, mais vous devez tout d’abord apprendre la définition de ce mot et ensuite apprendre à vous asseoir sans vous bercer, apprendre à apprécier le calme, sans piles de linge à plier, d’épicerie à acheter, de couches à changer », a écrit Tonya Stratton dans un hommage à Mme Herring sur Facebook.

« Elle était prête à les rencontrer n’importe où pour aller chercher un enfant »

En octobre 2019, Mme Herring a choisi de ne plus accueillir d’enfants à la suite de problèmes de santé, a dit sa petite-fille, Amber Herring, à CNN.

Après avoir annoncé sa décision d’arrêter, Mme Herring a été honorée jeudi par le conseil des superviseurs du comté de Johnson, avec une résolution d’appréciation.

« Le département d’aide sociale téléphonait à Linda au milieu de la nuit pour prendre un enfant, et elle était prête à les rencontrer n’importe où pour aller chercher un enfant », selon l’hommage qui a été rendu à Mme Herring.

« Linda a surtout accueilli de jeunes enfants ayant des besoins médicaux spéciaux. Elle gardait des boîtes de vêtements dans son garage, empilés jusqu’au plafond, étiquetés par taille et par sexe. Personne n’avait à s’inquiéter qu’un enfant se rende sans vêtements chez Linda, même s’il arrivait avec rien d’autre que ce qu’il portait. »

RECOMMANDÉ