Une femme quitte son emploi et se consacre à photographier de somptueuses de baleines à bosse en Alaska

Par Michael Wing
24 novembre 2021
Mis à jour: 29 novembre 2021

Une femme de Pennsylvanie a décidé de laisser derrière elle son emploi dans le marketing pour réaliser son rêve de prendre des photos pour inspirer le monde.

C’est ce choix de vie qui a conduit la photographe Mary Parkhill, basée à Pittsburgh, à se rendre en Alaska où, alors qu’elle pêchait le flétan et le saumon, elle a aperçu des baleines à bosse faisant surface. Elle a été enchantée et a entrepris de capturer leur beauté sublime avec son appareil photo.

« J’ai commencé à remarquer des baleines à bosse qui remontaient pour respirer et je me suis retrouvée à les regarder jusqu’à ce qu’elles montrent leurs nageoires et plongent dans les profondeurs de l’océan », explique-t-elle sur son site Internet. « Ces douces géantes ont saisi mon cœur et depuis, je me suis accrochée en essayant de les photographier dans le but de raconter leur histoire. »

(Avec l’aimable autorisation de Mary’s Mark Photography)

Elle s’est rendu compte qu’il lui faudrait de la patience et du courage pour atteindre cet objectif, car les baleines remontent de manière imprévisible et ne suivent aucun horaire, si ce n’est leurs propres rythmes naturels. Au début, elle les voyait faire surface, souffler un jet de vapeur, et ne savait pas à quoi s’attendre. Mais Mary a fini par découvrir un schéma : lorsque les baleines perçoivent une activité « anormale » au-dessus de l’eau, elles frappent leurs nageoires à la surface, signe d’un saut imminent.

Voici quelques-unes des photos de baleines à bosse en train de s’éjecter hors de l’eau que Mary s’est efforcée de réaliser au cours de son voyage et qu’elle a publiées sur son site Web de photographie Mary’s Mark :

(Avec l’aimable autorisation de Mary’s Mark Photography)
(Avec l’aimable autorisation de Mary’s Mark Photography)

Il n’était pas non plus simple de pouvoir capturer cette action sur une caméra. Les « mers impitoyables » du sud-est de l’Alaska semblaient « donner des coups agressifs » à son bateau, ce qui rendait difficile la capture des mammifères marins au moment crucial. Et comme la réglementation interdit aux bateaux de s’approcher à moins de 200 mètres, un objectif puissant est indispensable pour réaliser des gros plans.

« Il est difficile d’avoir la discipline nécessaire pour être concentré et prêt à photographier une baleine en train de sauter après l’avoir observée pendant plusieurs heures », écrit-elle. « Souvent, les baleines sautent sans prévenir et ne sautent qu’une seule fois. »

« En plus d’utiliser un objectif 150-600 mm, j’ajoute un téléconvertisseur Sigma qui me donne la portée dont j’ai besoin », écrit-elle, ajoutant qu’elle est « encore en train d’expérimenter son équipement ».

Mary a fait une dernière suggestion : « Assurez-vous d’avoir de bons imperméables ! »


Rejoignez-nous sur Telegram :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ