Une femme sans enfants qui se prépare à subir l’ablation de son deuxième ovaire kystique apprend qu’elle est enceinte

Par SWNS
24 juin 2021
Mis à jour: 24 juin 2021

Une Britannique qui n’arrivait pas à concevoir après des années d’essais se préparait à subir une opération chirurgicale pour se faire enlever les ovaires lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte.

Caroline Darlington, 39 ans, et son mari Roy, 48 ans, de Warrington, dans le Cheshire, ont essayé d’avoir des enfants pendant des années, recourant même à la FIV. Finalement, ils ont accepté que leur famille soit complète avec leur fils adoptif, aujourd’hui âgé de 6 ans.

La mère au foyer, qui souffrait d’une endométriose atroce et d’un kyste, avait décidé à contrecœur de se faire enlever son dernier ovaire. Cependant, lors d’un dernier examen destiné à vérifier la santé de son utérus avant l’opération, l’échographiste a fait une découverte inattendue.

Caroline était enceinte de 16 semaines de son premier enfant « miracle ». Et cela ne serait jamais arrivé si la pandémie n’avait pas repoussé son opération des ovaires juste assez longtemps pour qu’elle tombe enceinte.

(SWNS)

Il leur avait fallu deux ans pour accueillir leur premier enfant biologique, et ils ont eu le sentiment que leur petite famille était complète. Leur fils Jorge Albert Darlington est né le 29 mars, avec un poids de 5 kg.

Caroline raconte : J’ai passé une échographie et l’infirmière m’a dit : « Votre ovaire a l’air normal, mais vous êtes en fait enceinte. »

« Mon ventre était gonflé, mais j’avais supposé que c’était le kyste qui grossissait.

« J’avais un masque quand j’ai appris la nouvelle, donc vous ne pouviez pas voir toute l’expression de mon visage, mais vous pouvez imaginer que c’était un peu un choc.

« Je me souviens avoir pensé : ‘Oh mon Dieu, que va dire mon mari ?’

« Nous avons tous les deux été sous le choc pendant quelques jours. Nous pensons que notre nouvelle arrivée est un miracle, qui ne serait jamais arrivé s’il n’y avait pas eu de pandémie. »

(SWNS)

Caroline et Roy se sont mariés en 2001, ont déménagé en Allemagne pour son travail dans l’armée, et un an plus tard, ils ont prévu d’agrandir leur famille.

« J’ai toujours voulu des enfants, depuis que je suis une petite fille et que je joue avec des poupées », a déclaré Caroline.

« J’ai suivi une formation de puéricultrice, donc j’ai toujours été entourée d’enfants. »

Les règles de Caroline étaient souvent irrégulières, et elle a finalement découvert qu’elle souffrait du syndrome des ovaires polykystiques, un trouble où les ovaires peuvent ne pas libérer régulièrement des ovules.

(SWNS)

Caroline a subi près de deux ans d’examens et de traitements différents, mais elle ne parvenait toujours pas à tomber enceinte.

« Cela a eu un impact physique et psychologique sur moi, car malgré tous les traitements, on ne pouvait toujours pas m’expliquer pourquoi nous n’étions pas enceintes.

En 2004, Caroline a été envoyée à l’hôpital Hammersmith IVF pour un traitement de FIV, mais celui-ci a échoué le jour où elle a fait son test de grossesse, car elle a commencé à saigner.

« C’était un moment horrible », se souvient-elle. « J’étais vraiment traumatisée. On pensait que ça allait marcher et, évidemment, ça n’a pas marché.

« Après cela, nous avons fait une sorte de pause et décidé de ne pas avoir d’enfants, car je ne voulais pas continuer à faire subir à mon corps toutes ces hormones. »

(SWNS)

En 2007, Caroline a été emmenée d’urgence à l’hôpital pour des douleurs abdominales extrêmes et des saignements internes, qui se sont avérés être un kyste ovarien rompu.

L’année suivante, le couple épuisé est retourné vivre au Royaume-Uni et a décidé d’arrêter pour de bon les traitements de fertilité. En 2015, ils ont adopté un petit garçon de 10 mois.

« J’avais regardé quelques émissions à la télé sur l’adoption et j’ai demandé à mon mari de les regarder ensuite », a-t-elle raconté. « Quand il l’a fait, il a dit : ‘Pourquoi ne pas tenter le coup ?’ et c’est ainsi que nous avons commencé le processus ! »

(SWNS)

Le jour de Noël 2016, Caroline a subi une deuxième rupture de kyste ovarien.

« Ils m’ont assuré après cela qu’il était très peu probable que cela se reproduise », a-t-elle déclaré. « J’ai perdu environ deux pintes de sang et on m’a retiré un de mes ovaires – c’était extrêmement traumatisant. Je me suis sentie encore plus mal pour mon fils, parce que c’était son jour de Noël qui était gâché. »

Caroline a ensuite été diagnostiquée comme souffrant d’endométriose, une maladie dans laquelle des tissus similaires à la muqueuse utérine commencent à se développer dans d’autres endroits, comme les ovaires. On pense que plus de 10 % des femmes dans le monde sont atteintes de cette maladie.

Comme elle continuait à souffrir beaucoup, elle a pris la décision de se faire enlever le deuxième ovaire. Elle a commencé la préparation préopératoire en février 2020, mais tout a été mis en attente lorsque le Covid-19 a frappé.

Caroline a finalement subi une préparation préopératoire en septembre dernier, mais heureusement, elle a découvert qu’elle était enceinte de 16 semaines. Elle a attendu pour annoncer la nouvelle à Roy, mais quand elle est rentrée chez elle, il avait déjà deviné qu’elle était enceinte car il a dit qu’il pouvait l’entendre sourire au téléphone.

Jorge est né au Warrington General Hospital, le même hôpital où Caroline devait subir une ablation chirurgicale des ovaires.

« Nous sommes reconnaissants d’avoir été bénis, et nous voulons que les gens sachent qu’il ne faut jamais perdre espoir », a-t-elle déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ