Une femme se retrouve seule sur un banc et invente des « bancs de discussions » pour lutter contre l’isolement social

Par Louise Bevan
2 décembre 2019 Mis à jour: 2 décembre 2019

Après avoir vu un homme âgé assis seul et ignoré sur un banc de parc pendant 40 longues minutes, une femme a été motivée à lancer un mouvement anti-isolement dans sa communauté locale. Le mouvement a pris de l’ampleur.

« Il y avait quelque chose comme cette réserve britannique qui m’a fait penser qu’il pourrait me trouver bizarre si je m’asseyais à côté de lui », a déclaré Allison Owen-Jones, 53 ans, de Cardiff, au Pays de Galles, à la BBC. Mais Allison a été touchée par l’apparente solitude de l’homme âgé, et son imagination a été stimulée.

Avec l’aimable autorisation d’Avon et de la police de Somerset.

« Il m’est venu l’idée d’un panneau qui ouvrirait des espaces de discussions pour les gens », explique Allison. Je ne voulais pas qu’il ait l’air trop vulnérable, alors j’ai écrit : « Le banc ‘Au plaisir de discuter’ (‘Happy to Chat’). Asseyez-vous ici si ça ne vous dérange pas que quelqu’un s’arrête pour dire bonjour. Tout d’un coup, tu n’es plus invisible. »

En mai 2019, Allison a plastifié une série de cartes et les a fixées sur des bancs dans le centre-ville de Cardiff. L’équipe de liaison avec les personnes âgées, une organisation locale à but non lucratif, a repris le geste aimable d’Allison et l’a poussé encore plus loin ; elle a établi des partenariats avec les services de police d’Avon, de Somerset et de Gwent afin d’installer des « bancs de discussions » permanents dans le centre-ville.

« Nous voulions nous soucier de la solitude des personnes âgées, mais nous n’aurions jamais imaginé que cela connaîtrait un succès aussi remarquable », a déclaré l’inspecteur de police Ashley Jones d’Aberdare. « Nous avons été contactés par des gens du monde entier, tous désireux d’adopter une idée si simple. »

Avec l’aimable autorisation d’Ashley Jones

Ashley Jones s’est personnellement investi dans l’idée des bancs de causerie après une interaction avec une veuve âgée victime d’une arnaque financière. La veuve a été appelée tous les jours par un homme se faisant passer pour son ami ; l’arnaqueur a fini par convaincre la veuve de lui envoyer près de 28 135 €.

Selon le Washington Post, la veuve a dit à Jones que cela « ne la dérangeait pas » de lui envoyer son argent en disant au policier : « Sinon, je n’aurais jamais parlé à une autre personne pendant des semaines sans arrêt. »

Attristé par cet exemple d’isolement social profond dans sa collectivité, Ashley Jones et sa brigade ont consacré des bancs de discussions dans deux parcs locaux, Taunton et Burnham. Les panneaux de Jones reproduisaient le message original d’Allison : « Le banc ‘Au plaisir de discuter’ (‘Happy to Chat’). Asseyez-vous ici si ça ne vous dérange pas que quelqu’un s’arrête pour dire bonjour. »

L’inspecteur de police Ashley Jones (Avec l’aimable autorisation d’Ashley Jones)

Le 15 juin 2019, le bureau de police a partagé sa dernière mission sur Facebook. « Avez-vous vu notre ‘banc de discussions’ à Burnham ou Taunton ? », commencèrent-ils. « Le simple fait de s’arrêter pour dire bonjour à quelqu’un sur le banc de discussions pourrait faire une énorme différence pour les personnes vulnérables de nos communautés et aider à leur rendre la vie un peu meilleure. »

Le commissaire de la police et du crime d’Avon et Somerset a publié une déclaration à l’occasion de l’inauguration des bancs « Au plaisir de discuter » (‘Happy to Chat’). Ils ont déclaré :

« Malheureusement, il y a de plus en plus de criminels qui cherchent à profiter de nos aînés. Les personnes âgées peuvent être plus vulnérables aux escroqueries et à la fraude, aux crimes de porte-à-porte, aux cambriolages et aux escroqueries en ligne/téléphone. »

Un banc « Happy to Chat » à Ashcombe Park, dans le cadre d’une initiative des services de police d’Avon et du Somerset pour lutter contre la solitude et l’isolement dans la communauté (©Shutterstock | Keith Ramsey)

« L’isolement peut rendre les gens plus vulnérables », poursuit la déclaration. « Nous pouvons tous faire une différence en disant juste bonjour et en gardant un œil sur nos voisins. Non seulement cela réduira la solitude et signifiera peut-être qu’ils ont parlé à quelqu’un ce jour-là, mais cela peut aussi réduire la probabilité qu’ils soient victimes d’un crime. »

Aujourd’hui, grâce aux médias sociaux, les bancs « Au plaisir de discuter » (« Happy to Chat ») font leur apparition dans le monde entier.

La prochaine fois que l’un d’entre nous sera assis sur un banc dans un lieu public, nous pourrions envisager d’offrir un « bonjour » amical à un étranger ; cela pourrait vraiment changer la journée de quelqu’un pour le mieux.

RECOMMANDÉ