Une femme trisomique prospère en tant que PDG de sa propre entreprise de biscuits après avoir dû faire face à des refus d’embauche

Par Louise Bevan
24 juillet 2020
Mis à jour: 24 juillet 2020

Collette Divitto, la reine des cookies, qui a grandi à Ridgefield, dans le Connecticut, sait très bien ce que l’on ressent lorsqu’on est rejeté après un entretien d’embauche.

Son entreprise de boulangerie, Collettey’s Cookies, a démarré après que cette jeune femme de 29 ans, atteinte de trisomie, a eu du mal à trouver un emploi rémunéré. Plutôt que d’abandonner, Collette a pris les choses en main et a fait de sa passion son métier.

Collette Divitto, propriétaire de Collettey’s Cookies. (Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

Epoch Times a interviewé Collette sur son parcours de boulangère à domicile à patronne de boulangerie et au-delà.

« J’ai eu l’idée de créer ma propre entreprise parce que je n’arrivais pas à trouver un emploi rémunéré », a expliqué Collette. « Trouver un emploi était un véritable défi pour moi, car personne ne voulait m’engager. On m’a toujours dit que je n’étais pas la bonne candidate. »

Après avoir fréquenté l’université de Clemson et terminé son cursus de trois ans en deux ans seulement, Collette a déménagé à Boston pour chercher un emploi rémunéré. La jeune fille talentueuse a participé à de nombreux entretiens, mais elle n’a malheureusement essuyé que des refus.

En 2016, dégoûtée du refus de tant d’employeurs, elle s’est tournée vers son passe-temps favori, la fabrication de biscuits, comme solution possible.


(Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

Devenir patron

Selon son site web, Collette avait suivi des cours de pâtisserie au lycée et avait même testé diverses recettes, pour finalement revenir à son propre cookie original aux pépites de cannelle et de chocolat que ses proches appréciaient tant. Elle avait baptisé ce biscuit « Amazing Cookie », car tous ceux qui avaient goûté ce délicieux biscuit le trouvaient ‘épatant’. »

Faisant allusion à l’ouverture de sa propre entreprise, Collette a déclaré à Epoch Times : « J’ai lancé mon entreprise en préparant un de mes célèbres biscuits, dont j’ai apporté des échantillons à mon supermarché local pour savoir s’ils voudraient bien les vendre. » 

(Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

Très vite, le supermarché local s’est engagé à mettre ses biscuits en vente sur leurs étagères, si bien que c’est une Collette triomphante qui est retournée dans sa cuisine en remportant la mise.

C’est ainsi qu’est née Collettey’s Cookies.

Puis, avec l’aide de sa sœur Blake, la nouvelle de l’aventure de Collette s’est répandue sur les médias sociaux. Collette s’est assurée l’aide d’un certain nombre de bénévoles locaux, et même l’utilisation de la cuisine du supermarché local pour fabriquer ses biscuits le soir et le week-end. Peu de temps après, les commandes ont commencé à affluer de plusieurs magasins, selon une page de GoFundMe.

(Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

Il est vite devenu évident que Collette aurait besoin d’une cuisine commerciale plus grande si elle voulait répondre à la demande de son célèbre Amazing Cookie, dont la recette reste un secret bien gardé.

En savoir plus

En décembre 2016, la mère de Collette, Rosemary Alfredo, a lancé une page GoFundMe pour aider à collecter des fonds afin que sa fille puisse ouvrir sa propre cuisine commerciale. La nouvelle installation qui a vu le jour permet à Collette et à son équipe de préparer et de cuire jusqu’à 5 000 cookies par jour et dispose également d’un grand congélateur, d’un réfrigérateur et d’un mixer de 80 litres.

Collette avec sa mère, Rosemary. (Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

Depuis, Collettey’s Cookies a grandi et la jeune femme continue à enthousiasmer son entourage.

En octobre 2019, Collette a été nommée « GoFundMe Hero » pour son travail et les efforts payants dont elle a fait preuve.

En mai 2020, Collette comptait 13 employés, dont certains ont un handicap. « Je m’entretiens avec chaque personne », a déclaré Collette au journal Epoch Times. « Si je les aime bien, je les fais travailler comme stagiaires avec moi. »

Une journée type

Dans la vie de Collette, une journée type consiste à se lever à 8 h 30 du matin. « Je prends un café », dit-elle, « et je me dirige dans la cuisine. Je travaille avec mes employés à la cuisson et à l’expédition jusqu’à environ 13 heures. »

Collette avec son équipe.(Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

Après quelques heures de travail dans la cuisine, Collette fait une pause pour aller à la salle de sport et s’entraîner pendant une heure. Elle rentre ensuite chez elle pour le déjeuner et prend une douche régénérante avant de passer aux tâches administratives.

« Je travaille mes textes et mes prises de parole en public », dit-elle, ajoutant que les livres, la recherche de mots, les médias sociaux et le fait de regarder la télévision l’aident à se détendre dans ce qui reste de la soirée.

Collette, qui a été invitée à faire un discours aux Nations unies par le passé, a actuellement beaucoup de « grandes choses en cours ».

(Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

« J’ai maintenant une association à but non lucratif et je donne des cours de management. J’ai de nombreuses conférences l’année prochaine et même une émission de télévision », a-t-elle ajouté.

Changer le monde, un cookie à la fois

Collette a dévoilé que les deux choses qu’elle préférait le plus avec Collettey’s Cookies étaient de pouvoir créer des emplois pour les personnes handicapées et d’être le patron. Cependant, malgré l’ampleur de son succès, la talentueuse boulangère a encore quelques ambitions : elle veut ouvrir de nouveaux établissements de boulangerie, acheter une maison, apprendre à conduire et « avoir un chien et un mari ».

Lorsque Epoch Times lui a demandé de quelle façon sa société de cookies changeait le monde, Collette a répondu : « Elle est dirigée par moi et a du succès, et la plupart des gens n’attendent pas cela d’une personne handicapée. Donc elle change l’esprit des gens. »

(Avec l’aimable autorisation de Rosemary Alfredo)

« Il y a tellement de gens capables comme moi qui ont besoin d’une chance dans la vie », a-t-elle déclaré. « Mon message est que, peu importe qui vous êtes, vous pouvez faire la différence dans ce monde, et surtout n’abandonnez jamais vos rêves. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ