Une fillette de 7 ans «potentiellement marquée à vie» après qu’un tatouage au henné noir tourne en cloques

Par Viviane Berger
31 mai 2019
Mis à jour: 12 juillet 2019

ATTENTION : Les images contenues dans cet article pourraient heurter la sensibilité de certains lecteurs.

Les tatouages ​​temporaires au henné noir contenant de la PPD sont dangereux pour la santé et peuvent causer des cicatrices permanentes ont averti des spécialistes en dermatologie, après qu’une fille de sept ans a subi des brûlures chimiques sévères.

Madison Gulliver, âgée de 7 ans, et son frère Sébastien, âgé de 9 ans, étaient en vacances avec leurs parents dans un hôtel luxueux à Hurghada, en Égypte. « Cependant, leur mère est tombée malade après une infection à la vésicule biliaire ; les enfants étaient très gentils et sont restés à côté de leur mère à l’hôpital pour lui tenir compagnie. »

Pour les occuper, leur père les a emmenés faire un tatouage temporaire au henné noir dans le salon de l’hôtel, juste pour leur faire plaisir.Ce n’est qu’après son arrivée en Angleterre que Madison s’est plainte de démangeaisons au niveau de son tatouage.

« Son tatouage très joli qui s’étendait de ses doigts à son coude s’est transformé en une éruption cutanée rouge qui, après avoir essayé de la laver, s’est changée en des cloques éruptives.

« Le tatouage a commencé à cloquer, alors nous avons regardé sur Internet concernant les tatouages ​au henné noir et c’est à ce moment-là que nous avons découvert des choses inquiétantes. »

Le père de Madison, Martin, 50 ans, est directeur du Royal Mail. Il a déclaré : « Je pense que c’est en partie de ma faute parce que je ne le savais pas, mais c’est aussi la faute du salon parce qu’ils utilisent des produits chimiques dangereux pour les enfants. »

Des crèmes aux stéroïdes ont été prescrites par les médecins, mais lorsque les ampoules n’ont pas diminué, Madison a été emmenée d’urgence à l’hôpital, puis transférée aux spécialistes des brûlures du Salisbury District Hospital.

Ils n’avaient jamais vu ça auparavant et, chaque fois que nous passions, ils essayaient différentes solutions. Mais ça devenait de plus en plus grave.

Un haut niveau du produit chimique appelé para-phénylènediamine, ou PPD, qui est ajouté au henné pour rendre les tatouages ​​plus foncés, a été trouvé dans les cloques sur le bras de Madison.

« Ils ont décidé de traiter la peau en enlevant les cloques, afin qu’ils puissent accéder à la peau brûlée en dessous », a déclaré Martin. « Elle est potentiellement marquée à vie après ce tatouage au henné noir. »

« Ils ont pensé qu’ils pourraient tremper les cloques et les frotter, mais cela n’était pas possible car elles étaient si épaisses, alors ils ont dû les couper. »

Mais, comme dit son père, Madison a été très courageuse : « Elle voulait voir ce qu’ils faisaient, alors on ne pouvait pas l’empêcher de se retourner, elle était très courageuse et disait toujours : ‘Tu l’as manqué.' »

L’hôtel à Hurghada s’est excusé et a dit qu’ils ont cessé d’offrir des tatouages à leurs clients. L’épreuve de Madison est survenue après l’apparition de cas similaire.

Selon les rapports de 2017, la mère de Madison, Sylvia, a déclaré que les médecins espéraient que les cicatrices disparaîtraient dans les deux ans.

L’expérience de Madison a également été vécue un an plus tard par un autre enfant. En août 2018, un garçon de 7 ans du nom d’Owen Richardson s’est fait tatouer un henné noir pendant ses vacances à Salou, en Espagne.

Une semaine après son retour de vacances à Consett, dans le comté de Durham, Royaume-Uni, le pigment de couleur noire a commencé à s’effriter et à ressembler à des brûlures chimiques douloureuses qui ont provoqué l’apparition de cloques sur son corps.

La mère bouleversée, Leanne Richardson, a déclaré au Sun : « Nous ne savions rien des dangers du henné noir. Quand j’ai finalement cherché sur Google, mon sang s’est glacé. » La mère a révélé que le garçon s’était fait faire trois tatouages, y compris un contour de dragon et une empreinte de patte sur son bras droit, plus un dessin tribal sur sa poitrine.

En moins d’une semaine, le petit garçon a été emmené aux urgences. Les médecins de l’hôpital universitaire de North Durham ont habillé sa peau boursouflée de pansements énormes. En plus de cela, la petite a reçu une crème de stéroïdes, un traitement d’antibiotiques et des comprimés contre les allergies.

« Ils nous ont parlé de la PPD dans le henné noir et ont pansé toutes ses brûlures, il était couvert de bandages comme une petite momie », a partagé Léanne.

Selon la mère d’Owen, les brûlures ne lui ont pas causé de douleur, mais il est toujours « gêné ». Owen porte des hauts à manches longues pour couvrir ses cicatrices.

Regardez la vidéo :

RECOMMANDÉ