Une fillette ignore l’avertissement de sa mère d’éviter un homme pauvre, son altruisme est une leçon pour tous

Par EMG Inspired Staff
2 septembre 2019 Mis à jour: 2 septembre 2019

« Paroles de sagesse » a pour but de souligner des principes moraux importants qui, selon nous, bénéficieront à nos lecteurs. Nous espérons que vous apprécierez cette fable.

Cette courte histoire valide la vertu d’accepter et de respecter les autres tels qu’ils sont. En ne laissant pas nos notions négatives l’emporter sur nos vraies et bonnes pensées, nous pouvons éventuellement rectifier nos cœurs et devenir de meilleures personnes.

Une mère et sa fillette de 5 ans ont pris le train. À peine s’étaient-elles assises qu’un vendeur à l’allure crasseuse, vêtu de vêtements bon marché, s’est approché pour leur vendre ses collations.

« Madame, aimeriez-vous acheter un paquet ? », a demandé le vendeur.

(Illustration – Shutterstock | tache)

La fillette voulait manger la collation et a supplié sa mère d’en acheter une, mais la mère n’en voulait pas du tout et a regardé le vendeur avec dégoût. « Allez-vous-en ! », a dit la mère.

Cependant, la fillette a souri gentiment à l’homme pauvre. Le vendeur a salué l’enfant avec un sourire chaleureux avant de disparaître dans la foule.

(Illustration – Shutterstock | Alexey_Arz)

Alors que la fillette boudait et que la température montait en flèche, la mère épuisée avait très chaud et était embêtée maintenant. Tout ce qu’elle voulait, c’était de rentrer bientôt chez elle en toute sécurité.

Lorsque le train est arrivé à la gare, la mère a pris soigneusement la main de sa fillette et s’est dirigée vers la sortie. Mais alors qu’elles attendaient pour débarquer, elles ont vu le même vendeur assis près de la porte en train de vendre ses collations.

L’enfant a de nouveau supplié sa mère : « Maman, donnons-lui de l’argent ? Il a l’air affamé. »

(Illustration – Shutterstock | RealityImages)

Au contraire, la mère inquiète avait à l’esprit la sécurité de sa fille. Elle a dit : « Ignore-le, sinon il t’emportera dans son sac. Ce n’est pas quelqu’un de bien. »

Alors qu’elles traversaient la route, à la consternation de la mère, elle voit alors le vendeur courir derrière elles. La mère pensait que l’homme était un harceleur à coup sûr. Elle a fait signe à un taxi, a sauté sur le siège arrière avec sa fille et a dit au conducteur de mettre le contact.

Cependant, le vendeur a réussi à atteindre le taxi juste avant qu’ils ne s’en aillent à toute vitesse. Le pauvre homme a tapé sur la fenêtre avec quelque chose appartenant à sa fille dans la main. La mère a reconnu le bracelet d’or de sa fille et a baissé la vitre.

« M’am votre fille me l’a donné juste avant que vous descendiez du train », a dit le vendeur. « Je sais que je ne peux pas le garder. »

Presque gênée par ses préjugés, la mère a pris tranquillement le bracelet que le pauvre homme lui tendait. Et juste avant de partir, le vendeur a donné à la mère un paquet de snacks et lui a dit : « C’est pour votre enfant. »

Le taxi est parti avant que la mère n’ait eu le temps de remercier cet inconnu.

(Illustration – Shutterstock | pan_kung)

La mère savait qu’elle avait eu tort de juger le vendeur. Quand elle a regardé sa fillette, qui savourait sa collation, elle s’est sentie fière d’elle. Aussi jeune qu’elle était, la fillette ne se laissait pas tromper par les apparences.

Nous espérons que cette fable inspirante nous rappellera humblement à tous qu’un bon cœur vaut plus que de l’or, et qu’il doit être chéri et honoré, indépendamment de la caste, de la foi ou du statut.

RECOMMANDÉ