Une fuite de documents montre que le régime chinois a fait passer la politique avant la loi en réprimant un groupe spirituel

Par Rita Li
3 juillet 2021
Mis à jour: 3 juillet 2021

Des documents ayant fait l’objet d’une fuite, récemment obtenus par Epoch Times, détaillent que le système judiciaire chinois n’était pas conforme à la loi dans la répression du Falun Gong en Chine, soulignant la tension permanente à laquelle est confronté le groupe spirituel.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique spirituelle qui comprend des exercices de méditation et des enseignements moraux centrés sur les valeurs d’authenticité, de bienveillance et de tolérance.

Cette pratique avait attiré 70 à 100 millions de pratiquants à la fin des années 1990 avant que le régime chinois ne lance un mouvement d’éradication du Falun Gong à l’échelle nationale en juillet 1999. Des millions de ses pratiquants ont été arrêtés, condamnés et détenus, selon le Centre d’information sur le Falun Dafa.

De plus, les avocats des droits de l’homme qui représentent des cas de Falun Gong sont ciblés comme des fauteurs de troubles, indique un document interne (pdf), publié par le Comité des affaires politiques et juridiques du Comité municipal de Dandong, dans la province du Liaoning, en juin 2015.

Le document porte la mention « Secret ».

« Les tribunaux et les parquets à tous les niveaux [doivent] renforcer la répression du Falun Gong […] en se concentrant sur les procès relatifs au Falun Gong et en empêchant les avocats des droits de l’homme de ‘chercher querelle et de provoquer des troubles' », indique le document.

Dans un rapport publié un mois plus tôt, il était écrit que les autorités avaient géré « avec succès » les procès lorsque des avocats de Pékin défendaient les droits des pratiquants de Falun Gong.

L’avocat des droits de l’homme Li Ming, qui a été contraint de fuir la Chine en 2018, a dit à Epoch Times que le Bureau 610 allait assister à l’audience des affaires de Falun Gong et et superviser celle-ci.

Le Bureau 610, mis en place sous le commandement de l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin le 10 juin 1999, fonctionne comme une force de police secrète extralégale visant à éradiquer le Falun Gong en Chine.

« Bien que [les juges et les procureurs] pensent que les pratiquants de Falun Gong sont innocents en s’accrochant à leurs croyances, ils n’osent pas s’exprimer librement dans cet environnement sous haute pression et sous surveillance », a déclaré Li.

Li a déjà été menacé et réprimé par le bureau local 610 alors qu’il travaillait à Shanghai pour avoir défendu les pratiquants de Falun Gong.

Le document décrit également les tactiques de surveillance et de contrôle utilisées dans le pays et à l’étranger, en ligne et hors ligne, comme l’élimination des bannières suspendues et des slogans peints à la bombe par les pratiquants locaux, la surveillance et le blocage des informations pertinentes sur Internet, et la collecte d’informations auprès des organisations affiliées au Falun Gong à l’étranger.

En outre, un rapport annuel publié en juillet 2017 par le Comité municipal sur la politique et la loi de Dandong montre que les médias d’État ont été armés pour salir le Falun Gong et diriger l’opinion publique.

En 2016, les stations de télévision et les journaux locaux ont diffusé des programmes anti-Falun Gong dans le cadre de l’éducation patriotique de Pékin, sous le commandement du département de propagande du comité municipal.

Ces programmes, dont 60 000 journaux, 8 000 publicités et une série de 5 colonnes, ont touché plus de 150 000 résidents locaux, selon le rapport.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ