Une fuite de documents remet en question le «patient zéro» annoncé par les dirigeants d’une province chinoise

Par Nicole Hao
28 mai 2020
Mis à jour: 28 mai 2020

Alors qu’une deuxième vague de virus se propage dans certaines régions de Chine, les autorités chinoises n’ont pas communiqué les données relatives au virus. Il n’y a pas de chiffres récapitulatifs sur les infections, les autorités locales ne signalant que les nouvelles infections quotidiennes. Les porteurs asymptomatiques sont également comptés séparément des « diagnostics confirmés », tandis que peu d’informations sont fournies sur les patients confirmés.

Actuellement, la flambée la plus grave se produit dans la ville de Jilin, dans la province du Jilin.

Des documents internes obtenus par Epoch Times ont révélé que les autorités locales ont caché au public des informations sur le « patient zéro », ainsi qu’aux policiers qui ont été diagnostiqués avec le Covid-19, la maladie causée par le virus du PCC*.

Le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus, a fait son apparition dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, à la fin de l’année 2019.

Depuis début avril, après une brève période au cours de laquelle la plupart des régions de Chine ont signalé peu ou pas de nouvelles infections, une deuxième vague d’épidémie s’est produite dans plusieurs provinces chinoises, dont Jilin dans le nord-est du pays.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le patient zéro

Depuis mai, la commission provinciale de la santé de Jilin a annoncé publiquement que le « patient zéro » de la deuxième vague d’épidémie est une employée du service de nettoyage de 45 ans qui travaille au bureau de police de la ville de Shulan, nommée Mme Li. Shulan est une municipalité d’un canton de la ville de Jilin.

Epoch Times a obtenu un nombre significatif de rapports internes, rédigés par le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) de la province de Jilin et transmis au CDC national. Plusieurs rapports détaillent des cas de personnes ayant été diagnostiquées avant Mme Li.

Les autorités de Jilin ont établi un dossier séparé pour chaque patient du Covid-19.

Le dossier de Mme Li précise qu’elle a développé une fièvre, un symptôme typique du Covid-19, le 6 mai. Elle a été diagnostiquée le 7 mai.

Cependant, un autre dossier du CDC de Jilin, daté du 9 mai, note qu’un officier de police de 47 ans qui travaillait dans le même bureau, nommé M. Huang, a développé une fièvre le 5 mai, un jour plus tôt que Mme Li. M. Huang a été officiellement diagnostiqué le 9 mai.

M. Huang travaille au département de la police criminelle, et est proche de Mme Li et de son mari, qui est également un employé du bureau et qui est positif pour le Covid, selon les documents.

Dans un autre dossier, le CDC de Jilin a rapporté que M. Hao, un policier auxiliaire de 29 ans du bureau de Shulan, a commencé à se sentir fiévreux le 3 mai. Du 5 au 7 mai, M. Hao a reçu une thérapie par perfusion dans une clinique privée locale tous les jours.

Le 7 mai, l’état de M. Hao s’est détérioré. Il s’est rendu dans un centre de diagnostic local. Puis, il a été isolé dans différents hôpitaux en tant que patient suspect, jusqu’à ce qu’il soit officiellement diagnostiqué le 10 mai.

Les cas de M. Huang et de M. Hao jettent le doute sur l’affirmation des autorités selon laquelle Mme Li soit la patiente zéro.

Éclosion d’un foyer au bureau de police

La fuite de documents a également révélé que davantage d’agents ont été infectés au bureau de Shulan. Trois agents de sa division locale, le poste de police du canton de Baiqi, ont également été infectés.

À part Mme Li, les autorités locales n’ont pas encore révélé que les patients atteints du Covid-19 étaient des membres du personnel des services de police locaux. Mais les dossiers des patients obtenus par Epoch Times correspondent pour la plupart aux profils des personnes dont les autorités ont confirmé la positivité au virus du PCC.

Les dossiers obtenus du CDC Jilin font état d’une personne de 49 ans à la réception du centre de commandement du bureau de Shulan, d’un membre du personnel de 46 ans au service de confidentialité et d’un chauffeur de 56 ans, qui ont également été infectés.

Les résidents locaux ont précédemment déclaré à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times que le bureau de police de Shulan était fermé en raison d’un foyer d’épidémie.

Le 17 mai, Geng Jianjun, chef adjoint du parti au bureau de Shulan, a été démis de ses fonctions au milieu d’une série de licenciements dus à l’incapacité des fonctionnaires à contenir l’épidémie.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ