Une importante cyberattaque qui dure depuis un mois en Australie pourrait coûter 30 milliards $ à l’économie

Par Daniel Y. Teng
14 juillet 2020
Mis à jour: 14 juillet 2020

Une importante cyber-attaque menée pendant un mois en Australie pourrait coûter à son économie 30 milliards $ et plus de 163 000 emplois, a révélé un nouveau rapport.

Une analyse réalisée par le réseau indépendant australien de cybersécurité (AustCyber) a réclamé davantage d’investissements dans des infrastructures numériques sécurisées et des données fiables.

« Cela permettra à toutes les branches de l’économie australienne qui dépendent de plus en plus des technologies numériques de bénéficier d’une base solide favorisant la confiance des marchés », déclare Michelle Price, PDG d’AustCyber.

Le rapport estime que les activités numériques contribuent pour plus d’un trillion de dollars australiens (610 milliards €) à la production économique de l’Australie et soutiennent un emploi sur six, le rapport affirme que « le commerce sans les technologies numériques est devenu pratiquement impossible ».

Le rapport a permis de mettre en évidence cette dépendance et ce risque potentiel en modélisant ce qu’une éventuelle cyber-attaque coûterait à des secteurs clés de l’économie.

Il a estimé que près de 10 % de toutes les transactions commerciales australiennes étaient actuellement effectuées en ligne. Des perturbations causées par une cyberattaque de quatre semaines coûteraient au secteur 2 milliards $ AU (1,22 milliard €) et 18 558 emplois.

Le secteur de la santé numérique risquerait de perdre 174 millions $ AU (107 millions €) et 1 202 emplois, tandis que l’industrie spatiale connaîtrait des pertes évaluées à 178 millions $ AU (109 millions €) et 1 189 emplois.

Selon Michelle Price, le calendrier du Rapport 2020 sur la confiance numérique (pdf) est à la fois « critique et délibéré » et appelle à un effort consolidé entre le gouvernement et l’industrie pour préserver et faire évoluer les activités numériques essentielles en Australie.

La pandémie Covid-19 a provoqué un passage rapide du travail de bureau au télétravail, soulignant l’importance des nouvelles technologies numériques pour la transition.

« La qualité du numérique et sa fiabilité sont aujourd’hui soumises à une immense pression alors que l’économie commence à se relever de la pandémie », a déclaré Mme Price.

Le rapport a montré que si l’Australie se préparait bien face aux perturbations numériques, elle pourrait réagir efficacement en augmentant « ses effectifs pour répondre à une crise de ce type ».

« L’Australie serait capable de prédire la durée d’un arrêt potentiel et de passer instantanément à des paramètres de résilience », selon le rapport.

La confidentialité et la sécurité des données ont fait l’objet d’une attention particulière ces dernières semaines à la suite de l’annonce par le Premier ministre Scott Morrison que l’Australie était la cible de cyberattaques de longue durée lancées par une entité étrangère. Il l’a décrit comme un « cyber-acteur sophistiqué, appartenant à un État ». Des commentateurs ont désigné le Parti communiste chinois comme coupable potentiel.

Le Premier ministre a donné suite à cette annonce en lançant un nouveau programme de cybersécurité, qui prévoit d’investir 1,35 milliard $ AU au cours des dix prochaines années pour renforcer les capacités de l’Australie en matière de cybersécurité.

Le 7 juillet, le ministre des Services gouvernementaux a également évoqué les plans destinés à améliorer la cybersécurité autour des services et des données du gouvernement.

Il a déclaré que le Ministère envisageait de déclarer certains ensembles d’informations comme étant des « ensembles de données souveraines » qui seraient uniquement « hébergées en Australie, dans un centre de données australien accrédité, sur les réseaux australiens et accessibles uniquement par le gouvernement australien et nos fournisseurs de services australiens ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ