Une infection antérieure au Covid-19 protège davantage contre le variant Delta que le vaccin Pfizer, selon une étude

Par Mimi Nguyen-ly
30 août 2021
Mis à jour: 30 août 2021

Selon une étude israélienne, on a observé que les personnes ayant guéri du Covid-19 sont mieux protégées contre le variant Delta du virus du PCC que celles ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech.

« Cette analyse a démontré que l’immunité naturelle offre une protection plus durable et plus forte contre l’infection, la maladie symptomatique et l’hospitalisation dues au variant Delta », ont déclaré les chercheurs de Maccabi Healthcare et de l’université de Tel Aviv.

« Il s’agit de la plus grande étude d’observation dans le monde réel comparant l’immunité naturelle, acquise lors d’une infection antérieure par le SRAS-CoV-2, à l’immunité induite par le vaccin à ARNm BNT162b2 », ont-ils ajouté.

L’immunité naturelle désigne l’immunité qu’une personne conserve après s’être remise d’un virus, en l’occurrence le virus du PCC (Parti communiste chinois), également appelé nouveau coronavirus.

Une préimpression de l’étude, qui doit encore faire l’objet d’un examen par des pairs, a été publiée sur medRxiv le 25 août.

Les chercheurs ont utilisé les données de Maccabi Healthcare Services, le deuxième plus grand fonds de santé d’Israël, entre le 1er mars 2020 et le 14 août 2021. Ils ont effectué une analyse statistique sur les personnes éligibles pour trois groupes d’étude : les personnes qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer, les personnes non vaccinées qui ont précédemment vécu un épisode de Covid-19, et les personnes qui ont été précédemment infectées et ont ensuite reçu une dose du vaccin.

Les résultats ont été observés pour la période allant du 1er juin au 14 août 2021, ce qui correspond au moment où le variant contagieux Delta est devenu la souche dominante du virus du PCC en Israël.

Les chercheurs ont constaté que les personnes entièrement vaccinées avec le vaccin Pfizer avaient 13,06 fois plus de risques de contracter le variant Delta du virus PCC, et 27,02 fois plus de risques d’avoir une maladie symptomatique, par rapport aux personnes qui s’étaient remises d’une infection antérieure au Covid-19. Ces chiffres s’appliquent lors de la comparaison des cas où la première vaccination ou infection a eu lieu entre janvier et février 2021.

Lorsque les chercheurs ont comparé tous les cas d’infection antérieure entre mars 2020 et février 2021 avec les vaccinations entre janvier et février 2021, ils ont constaté que la cohorte vaccinée était 5,96 fois plus susceptible de contracter le variant Delta, et 7,13 fois plus à risque de maladie symptomatique, par rapport aux personnes précédemment infectées.

Les résultats suggèrent que l’immunité naturelle acquise après avoir survécu à une infection précédente de Covid-19 peut s’affaiblir avec le temps contre le variant Delta, écrivent les auteurs.

Les personnes vaccinées avaient un risque plus élevé d’hospitalisations liées au Covid-19 par rapport à celles qui avaient été infectées précédemment, ont également noté les auteurs. Ils ont ajouté que le fait d’être âgé de 60 ans ou plus augmentait le risque d’infection et d’hospitalisation.

Dans une autre analyse, les auteurs ont comparé les personnes précédemment infectées avec celles qui étaient à la fois précédemment infectées et avaient reçu une dose de vaccin. Ils ont constaté que le groupe ayant reçu une dose de vaccin était marginalement, soit 0,53 fois, moins susceptible d’être réinfecté par le variant Delta.

Les auteurs ont déclaré que les résultats suggèrent que les personnes précédemment infectées « semblent bénéficier d’une protection supplémentaire grâce à l’administration d’une dose unique de vaccin », mais qu’ils « n’ont pas pu démontrer la signification » dans la cohorte.

Ils ont reconnu un certain nombre de limites, notamment le fait que l’étude n’a observé que la protection du vaccin ou l’immunité naturelle contre le variant Delta. En outre, l’étude n’a observé que la protection du vaccin Pfizer et n’a pas examiné les autres vaccins ou les effets d’une troisième dose, ou rappel, du vaccin Pfizer.

Ils ont également noté qu’étant donné que le test Covid-19 tel que la PCR n’était pas obligatoire selon le protocole en Israël, le nombre réel d’infections asymptomatiques peut avoir été sous-représenté dans l’étude, car ces personnes ne vont souvent pas se faire tester.

Les auteurs de l’étude ont également reconnu que certains comportements sanitaires tels que la distanciation sociale et le port de masques peuvent jouer un rôle confondant dans l’étude.

Depuis que le variant Delta a commencé à se propager vers le mois de juin, le ministère israélien de la Santé a signalé à deux reprises une baisse de l’efficacité du vaccin contre l’infection – début et fin juillet – ainsi qu’une légère diminution de sa protection contre les maladies graves.

Les scientifiques et les agences continuent de chercher à savoir si une troisième dose est nécessaire. Le 24 août, le pays a étendu l’âge d’éligibilité pour une troisième dose du vaccin Pfizer aux personnes de plus de 30 ans.

Face à la propagation continue du variant Delta, Israël a réimposé le port du masque à l’intérieur, la limitation des rassemblements et l’intensification des tests rapides, et a rétabli son programme de passeport vaccinal Covid-19 « Green Pass » à la fin juillet.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ